RAYONNEMENT COSMIQUERayons cosmiques

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Génération d'une grande gerbe

Génération d'une grande gerbe
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Aurore polaire

Aurore polaire
Crédits : George Lepp/ Getty Images

photographie

Rapport des abondances des éléments entre R.C.S et M.G.L.

Rapport des abondances des éléments entre R.C.S et M.G.L.
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Flux des protons

Flux des protons
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Tous les médias


La découverte des rayons cosmiques

En 1912, le physicien autrichien Victor Franz Hess (1883-1964) vole à bord de ballons ouverts atteignant 5 kilomètres d'altitude ; il a la surprise de constater que, au-delà de 1 kilomètre d'altitude, les fines feuilles de son électroscope enregistrent une charge électrique qui augmente régulièrement à mesure que le ballon s'élève. Il conclut à l'existence d'un rayonnement ionisant d'origine cosmique. Ses expériences sont reprises en 1913 par Werner Kolhörster, qui étend les mesures jusqu'à 9 300 mètres d'altitude. Mais il faudra attendre les années 1927 à 1936, avec l'invention du compteur de Geiger-Müller, pour établir la nature du rayonnement ionisant en étudiant les variations de son flux en fonction de la latitude terrestre et de la direction d'arrivée : il s'agit pour l'essentiel de particules chargées et non de photons. En 1938, les Français Pierre Auger et Roland Maze découvrent les « grandes gerbes » atmosphériques, ce qui leur permet d'affirmer l'existence de rayons cosmiques primaires d'au moins 1015 électronvolts. Enfin, en 1948, aux États-Unis, Helmut L. Bradt et Bernard Peters, utilisant des émulsions photographiques « nucléaires » envoyées à haute altitude par des ballons stratosphériques, identifient des noyaux d'hydrogène (protons) et des noyaux d'éléments plus lourds ayant des énergies de 1 milliard d'électronvolts environ.

Les composantes plus rares des rayons cosmiques seront mises en évidence après 1963. Les neutrinos cosmiques, par exemple, n'ont été pour la première fois observés que le 23 février 1987 : une bouffée de neutrinos provenant de l'explosion de la supernova SN 1987A, dans le Grand Nuage de Magellan (une galaxie située à 179 000 années-lumière de nous) a traversé la Terre avant d'être enregistrée par des détecteurs situés au Japon et aux États-Unis ; le flux atteignit quelques milliards de particules par centimètre carré et par seconde et se maintint pendant quelques secondes (le flux permanent de neutrinos d'origine solaire est six fois plus élevé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages


Écrit par :

  • : docteur ès sciences, ingénieur physicien à l'Institut de recherche sur les lois fondamentales de l'Univers du Commissariat à l'énergie atomique
  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  RAYONNEMENT COSMIQUE  » est également traité dans :

RAYONNEMENT COSMIQUE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Marc LACHIÈZE-REY
  •  • 1 359 mots

Le Soleil et les étoiles rayonnent : ils émettent quelque chose qui nous parvient et que nous pouvons détecter. Dans le langage commun, le rayonnement concerne la plupart du temps la chaleur ou la lumière. Pour le physicien, c'est un peu différent. De son point de vue, la chaleur se « propage » de trois manières : si la conduction est véritablement un transfert de chaleur, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-cosmique-vue-d-ensemble/

RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons X cosmiques

  • Écrit par 
  • Monique ARNAUD, 
  • Robert ROCCHIA, 
  • Robert ROTHENFLUG
  •  • 6 545 mots
  •  • 10 médias

Opaque aux rayons X, l'atmosphère terrestre empêche l'observation des photons X extraterrestres depuis le sol. La date de naissance de l'astronomie des rayons X peut être située le 18 juin 1962, lorsqu'un détecteur sensible à ce type de rayonnement, placé à bord d'une fusée-sonde de la N.A.S.A., découvrait l'existence d'une source X située hors du système […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-cosmique-rayons-x-cosmiques/

RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons gamma cosmiques

  • Écrit par 
  • François LEBRUN, 
  • Robert MOCHKOVITCH, 
  • Jacques PAUL
  •  • 8 031 mots
  •  • 3 médias

Les rayons gamma cosmiques, photons les plus énergétiques du rayonnement électromagnétique, signent les événements les plus violents de l'Univers. Bloqués par les hautes couches de l'atmosphère terrestre, ils sont détectés presque exclusivement à bord de véhicules spatiaux. L'astronomie des rayons gamma couvre un im […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-cosmique-rayons-gamma-cosmiques/

ONDES GRAVITATIONNELLES

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 6 832 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Détection directe d’ondes gravitationnelles »  : […] Une onde sonore modifie la pression de l’air, ce qui peut faire vibrer le tympan d’un spectateur ; une onde électromagnétique fait apparaître ou modifie le champ électromagnétique présent à un endroit, ce qui peut mettre en mouvement des charges électriques dans une antenne ; une onde gravitationnelle fait varier la métrique de l’espace-temps et donc modifie les distances. Cette onde balaie l’esp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ondes-gravitationnelles/#i_49008

Voir aussi

Pour citer l’article

Lydie KOCH-MIRAMOND, Bernard PIRE, « RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons cosmiques », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-cosmique-rayons-cosmiques/