LULLE RAYMOND (1233 env.-1316)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La passion du dialogue

Né à Majorque, d'une noble famille catalane, Raymond Lulle vit à la cour dès l'âge de douze ans, il apprend le maniement des armes et l'art de trobar. Adulte, il est nommé précepteur de l'infant Jacques qui, devenu roi, fait de lui le sénéchal de la maison. Dans sa jeunesse, il jouait les troubadours auprès des beautés majorquines, courtisant et écrivant selon les bonnes normes de la civilisation occitane. Rien n'est conservé de cette production du troubadour dont son autobiographie porte témoignage. À vingt-cinq ans, il se marie ; il aura deux enfants.

La trentaine dépassée, se sentant mystérieusement appelé à changer de vie, il abandonne ses chansons, quitte sa femme et ses enfants pour vouer au Christ son activité et ses talents. Il caresse un triple projet : écrire des livres dénonçant les erreurs des infidèles ; fonder des collèges pour l'enseignement des langues en vue de la prédication ; évangéliser les musulmans. Il apprend l'arabe, voulant surtout évangéliser ceux qui le parlent, et il écrit en cette langue, ainsi qu'en catalan et en latin, quelque trois cents ouvrages dont les thèmes vont du roman à la mystique, en passant par les sciences, la logique, la philosophie, la théologie, l'ascétique, la lutte contre l'averroïsme, la croisade, la pédagogie, la politique, le droit.

Ses voyages apostoliques le conduisent de Majorque aux rives orientale et méridionale de la Méditerranée. Il ne prêche pas mais discute. Cependant, il ne se contente pas d'écrire et de discuter : il mène une activité débordante à Majorque (où il fonde le collège de langues de Miramar), à Montpellier, à Paris, à Rome, à Naples, à Gênes, à Avignon, etc. Par ces voyages, il cherche à intéresser les grands de ce monde, en premier lieu les cours royales et la papauté, à ses projets de croisade intellectuelle. Il veut provoquer entre savants musulmans, orthodoxes et catholiques des rencontres dont il espère le plus grand bien pour l'unification du monde. À Paris, il veut barrer la route à l'averroïsme.

Partout, il se bat pour faire prendre réalité à l'unité de culture, de foi et de vie sociale qu'il aperçoit dans son rêve philosophique. Octogénaire, il entreprend, seul, sa dernière campagne africaine, au retour de laquelle il s'éteint dans sa ville de Majorque.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite de philosophie politique, universités de Paris-I et de Toulouse-II

Classification

Autres références

«  LULLE RAYMOND (1233 env.-1316)  » est également traité dans :

CATALOGNE

  • Écrit par 
  • Mathilde BENSOUSSAN, 
  • Christian CAMPS, 
  • John COROMINAS, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Robert FERRAS, 
  • Jean MOLAS, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 22 415 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Chevaliers et bourgeois »  : […] Vers la seconde moitié du xiii e  siècle, une nouvelle classe, la bourgeoisie, qui était née à la faveur de la crise de la féodalité et de l'expansion progressive de ce qu'on a appelé la révolution mercantile, acquit une influence qui se fit de plus en plus décisive sur la marche du pays. Elle a remis en question les formes culturelles et linguistiques en vigueur jusqu'alors. Le latin a commencé à […] Lire la suite

DIALOGUE

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Robert MISRAHI
  •  • 4 421 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La relation dialoguée des mystiques »  : […] C'est, paradoxalement, chez les mystiques que l'on trouve, fécondé, le meilleur, quant à son contenu, de l'inspiration platonicienne. Le néo-platonicien Plotin (Alexandrin du ii e  s.) avait déjà, dans les Ennéades , symbolisé la relation de l'âme individuelle avec l'Un (substance ultime et unifiante de la totalité du cosmos) par la relation « érotique » de deux âmes, assoiffées l'une de l'autre e […] Lire la suite

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 997 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Raymond Lulle »  : […] En marge de la scolastique, Raymond Lulle pensait avoir trouvé, par son Grand Art , le moyen de convertir infailliblement les infidèles. S'il n'y a rien à retenir de sa technique, qui a été souvent moquée et qui frise en effet le ridicule, du moins l'idée d'une mécanisation des opérations logiques allait-elle, par de tout autres moyens, faire ensuite son chemin. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Louis SALA-MOLINS, « LULLE RAYMOND (1233 env.-1316) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-lulle/