DEPARDON RAYMOND (1942- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« La bonne distance »

Débarqué à Paris, un autre Depardon voit le jour. Un Depardon passionné par l'actualité et pour qui le métier de journaliste-photographe représente le seul moyen de promotion sociale pour un non-diplômé, ainsi qu'un moyen de côtoyer du beau monde et de parcourir la planète. Après avoir été assistant du photographe Gilles Foucherand, il intègre en 1960 Dalmas, une des agences phares de l'époque : « Je partais tous frais payés aux quatre coins du monde et je multipliais les couvertures de magazines. Je portais le costume-cravate et je fréquentais les vedettes. Pour moi, le rêve, à dix-huit ans, c'était photographier Bardot. » Ce qu'il fait, surprenant la star dans la neige de Megève. Il tire aussi le portrait de Marlon Brando ou réalise un reportage sur la construction du Mur de Berlin en 1961. Depardon devient vite le photographe phare de Dalmas. Mais il en voit vite les limites : « Je bossais comme un fou pour 1 500 francs par mois. On me pressait le citron. »

Pour mieux contrôler ses images et ses sujets, Raymond Depardon crée, en 1967, l'agence Gamma avec les photographes Hubert Henrotte, Hugues Vassal et Leonard de Raemy. Pour la première fois dans la photographie de presse, une structure est au service de ceux qui font les images, et non l'inverse. Gamma met en place le fameux système du 50-50, où le reporter et l'agence partagent les frais de reportages et les recettes de vente aux journaux. Magnum avait déjà responsabilisé les photographes, mais Gamma va appliquer le système à une agence de presse, avec pour ambition de « couvrir » tous les « points chauds » du monde. Le système Gamma est séduisant, il attire des reporters chevronnés, comme Gilles Caron, disparu au Cambodge en 1970. Il fera des petits, notamment avec Sygma, née d'une scission avec Gamma, et Sipa. Paris est ainsi devenue, dans les années 1970, la capitale mondiale du photojournalisme, elle l'est toujours, et Depardon est un des hommes clés de ce système. C'est à Gamma que Depardon réalisera un reportage de fond sur le Chili de P [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DEPARDON RAYMOND (1942- )  » est également traité dans :

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 787 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Le champs esthétique du reportage »  : […] Concurrencé depuis cinq décennies par la télévision dans sa dimension événementielle, le reportage investit le marché de l'art depuis le milieu des années 1990 avec des photographes qui s'éloignent du photojournalisme né de la Seconde Guerre mondiale et entravé par la censure américaine lors de ses opérations au Koweït en 1991. Cinéaste autant que photographe, Raymond Depardon est un des premier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-un-art-multiple/#i_98360

PHOTOGRAPHIE DE PRESSE

  • Écrit par 
  • Alain LE BACQUER, 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 4 790 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'agence, affaire des photographes »  : […] À la Libération, Rapho trouve une nouvelle orientation avec la direction de Raymond Grosset qui réunit autour de lui Robert Doisneau, Willy Ronis, Émile Savitry, Janine Niépce et Sabine Weiss. Alliance Photo disparaît en 1946. Maria Eisner rejoint les photographes Robert Capa, Henri Cartier-Bresson, George Rodger, David Seymour et Bill Vandivert dans le projet de création de la première agence co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-de-presse/#i_98360

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel GUERRIN, « DEPARDON RAYMOND (1942- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-depardon/