RAW MATERIALOK, OK, OK (B. Nauman)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sur trois canaux distincts – deux moniteurs télé et une projection murale –, le visage en gros plan de l'artiste américain Bruce Nauman tourne sur lui-même répétant inlassablement les deux lettres « OK ». Ce mot, sa répétition, et le dispositif qui en amplifie l'intensité constituent Raw Material – OK, OK, OK (Matériau brutOK, OK, OK) qui donne son titre à cette installation vidéo réalisée par l'artiste en 1990. La situation, rappelant en cela l'esprit du théâtre de Beckett, a sans doute quelque chose d'absurde. Cette forme particulière de torture que l'artiste s'inflige n'a apparemment aucune cause, sinon, peut-être, la présence d'un spectateur que son art apostrophe généralement avec une violence calculée. Une violence qui attire l'attention pour la maintenir à la limite d'un seuil de tolérance au-delà duquel, ainsi que la scansion du mot nous le laisse vite entendre, le OK se transforme en KO. Comme de nombreuses vidéos de Bruce Nauman, celle-ci est destinée à être diffusée en boucle, continuellement, prenant le spectateur au piège d'un temps circulaire, dont l'issue – sans cesse différée – ne peut être que le chaos.

—  Hervé VANEL

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art contemporain à l'université de Brown, Rhode Island (États-Unis)

Classification

Pour citer l’article

Hervé VANEL, « RAW MATERIAL - OK, OK, OK (B. Nauman) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/raw-material-ok-ok-ok/