RATIONALITÉ ÉCONOMIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rationalité d'agent et rationalité de système

La distinction entre rationalité d'un agent et rationalité du système pourrait sans doute éclairer quelque peu un débat parfois confus : la rationalité de l'agent se réfère à la manière dont celui-ci se comporte (ou doit se comporter) dans la poursuite des objectifs qu'il s'est fixés ; la rationalité du système conduit à poser des questions sur sa capacité à assurer un certain nombre de fins telles que croissance des moyens de production, élévation du niveau de vie, diminution des inégalités. Ces deux types de rationalité, l'une intentionnelle, l'autre non intentionnelle, correspondent à deux options épistémologiques fondamentales : la première situe l'interrogation scientifique au niveau du sujet (que ce soit l'individu, l'entreprise ou l'État) ; la seconde, qu'illustrent les structuralistes, consiste à accorder à la connaissance du système le primat méthodologique sur celle des acteurs. Ceux-ci apparaissent alors seulement comme produits et « supports de la structure » et non comme ce qui lui confère son sens.

La rationalité d'un système est nécessairement relative, elle ne se manifeste qu'à travers la comparaison des performances réalisées par des systèmes différents. Ainsi la notion de surplus, sur laquelle P. A. Baran et A. Sweezy fondent leur analyse de la rationalité comparée des systèmes capitaliste et socialiste, reste trop vague pour fournir un critère précis à la comparaison. On peut se demander en outre si ce vocabulaire est assez rigoureux et notamment si la notion de rationalité du système est assez clairement fondée. Comme cette rationalité est, par définition, non intentionnelle, elle ne réside que dans la cohérence interne des diverses instances qui la constituent. En d'autres termes, un système n'a pas de fins, sinon peut-être celle de se perpétuer. On peut donc admettre que tout système est « rationnel » tant qu'il se survit à lui-même, c'est-à-dire tant qu'il existe un degré de cohérence supportable entre les instances qui le composent (forces productives, rapports sociaux, idéologies, par exemple), c [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  RATIONALITÉ ÉCONOMIQUE  » est également traité dans :

ACTION RATIONNELLE

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 2 633 mots
  •  • 1 média

Les théories sociologiques ne convergent pas, loin s'en faut, lorsqu'il est question de rendre intelligibles les comportements individuels. D'inspiration psychologique, certaines estiment que les hommes demeurent avant tout les jouets de leurs passions. Dans un registre tout différent, d'autres analysent les pratiques comme la simple actualisation des structures sociales dont les individus seraie […] Lire la suite

ADMINISTRATIVE BEHAVIOR, Herbert A. Simon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Catherine QUINET
  •  • 957 mots

Dans le chapitre « La rationalité subjective : un premier pas vers la rationalité limitée »  : […] La postérité retiendra l'ambition de Simon « de construire les fondations sur lesquelles pourrait être érigée une claire compréhension du concept de „rationalité“ ». La rationalité objective, alors prédominante dans la théorie économique, est celle de l'homme qui disposerait de la connaissance parfaite de toutes les options et de leurs conséquences ; son choix ne peut être qu'optimal. Or, selon Si […] Lire la suite

ANTICIPATIONS, économie

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 6 070 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les modèles d'anticipations rationnelles »  : […] La théorie des anticipations rationnelles trouve son origine dans un article de John Muth (1961), resté pendant dix ans dans la pénombre et exploité à partir de 1972 par les auteurs se réclamant de la « Nouvelle Macroéconomie classique » (Robert Lucas, Thomas Sargent, Neil Wallace...). Elle doit au départ être interprétée comme une réaction de rejet vis-à-vis des modèles purement autorégressifs. […] Lire la suite

BECKER GARY STANLEY (1930-2014)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 230 mots

Dans le chapitre « Une analyse économique conquérante »  : […] Né en 1930 à Pottstown en Pennsylvanie, Gary Becker occupe toutefois une place singulière dans la galaxie des économistes. Au début de sa carrière il hésite entre la sociologie et l'économie, ce qui marquera toute son œuvre et l'incitera à ouvrir aux économistes des champs de recherche habituellement rattachés à la sociologie : l'éducation et la formation, la discrimination raciale, les décisions […] Lire la suite

LE CALCUL DU CONSENTEMENT, FONDATIONS LOGIQUES DE LA DÉMOCRATIE CONSTITUTIONNELLE, James Buchanan et Gordon Tullock - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Samuel FEREY
  •  • 1 022 mots

Dans le chapitre « Intérêts individuels, calcul et politique »  : […] Buchanan et Tullock cherchent à « analyser le calcul d'individus rationnels confrontés à un choix constitutionnel ». La première partie de l'ouvrage expose les deux piliers méthodologiques de l'analyse : l'individualisme méthodologique, d'une part, l'extension de la théorie économique de l'action au comportement politique, d'autre part. Qu'il agisse dans la sphère économique (comportement de marc […] Lire la suite

CHANGE - Les théories du change

  • Écrit par 
  • Hélène RAYMOND-FEINGOLD
  •  • 9 061 mots

Dans le chapitre « Le rôle de la spéculation »  : […] La spéculation est souvent donnée comme une explication des variations erratiques des taux de change ou des cours boursiers. Pourtant, le rôle de la spéculation n'est pas nécessairement déstabilisant. Jouer un rôle déstabilisateur ne fait d'ailleurs pas partie des objectifs d'un spéculateur. Ce dernier est simplement un intervenant qui cherche à tirer partie d'une opportunité de profit anticipée. […] Lire la suite

CHOIX PUBLICS ÉCOLE DES ou PUBLIC CHOICE SCHOOL, économie

  • Écrit par 
  • Samuel FEREY
  •  • 1 115 mots

Née au tournant des années 1960, sous l'influence des travaux d'Anthony Downs, Gordon Tullock et James M. Buchanan (distingué par le prix Nobel d'économie en 1986), l'école des choix publics a profondément renouvelé l'étude des faits politiques. Si ses objets d'étude restent ceux de la science politique traditionnelle – l'État, les règles de vote et les élections, le phénomène bureaucratique – […] Lire la suite

CONCURRENCE, économie

  • Écrit par 
  • Alain BIENAYMÉ
  •  • 7 210 mots

Dans le chapitre « La concurrence en deçà et au-delà des imperfections de marché »  : […] Le comportement purement rationnel attribué aux acteurs du marché pour traiter des imperfections de la concurrence occulte tout ce que la concurrence doit aux « passions acquisitives » de l'être humain (David Hume) et à l'activisme des entreprises. […] Lire la suite

CRISES FINANCIÈRES - Instabilité financière

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 7 126 mots

Dans le chapitre « L'instabilité fondamentale des marchés financiers et les krachs boursiers »  : […] John Maynard Keynes, qui écrivait au lendemain de la grande crise de 1929, est sans doute l'économiste qui a donné l'analyse la plus éclairante de l'instabilité financière. Pour Keynes, le futur relève de l'incertitude dans nos économies. La raison principale de cette incertitude réside dans la difficulté d'effectuer des prévisions dans une situation de changement permanent dû aux fluctuations d […] Lire la suite

CRISES FINANCIÈRES - Krachs boursiers

  • Écrit par 
  • Christophe BOUCHER
  •  • 4 285 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'intervention des autorités monétaires et la détection des bulles spéculatives »  : […] Cet enchaînement n'est cependant pas inévitable si les autorités monétaires interviennent de manière forte et rapide. Ainsi, en octobre 1987, la Réserve fédérale (la banque centrale américaine) avait massivement injecté des liquidités. Entre 2001 et 2003, elle a fait passer les taux d'intérêt de 6,5 p. 100 à 1 p. 100. De 1929 à 1931, elle avait également réduit les taux d'intérêt de 6 p. 100 à 1, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Hubert BROCHIER, « RATIONALITÉ ÉCONOMIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rationalite-economique/