RATIONALITÉ ÉCONOMIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le fondement de la science économique

En une première acception, la « rationalité économique » peut être tenue pour le fondement de la science économique positive. Elle consiste à isoler dans le champ de l'action sociale un domaine bien déterminé dans lequel les agents, individus ou entreprises, présentent un comportement obéissant à des principes considérés comme rationnels : recherche du maximum de satisfaction, du minimum d'effort pour un objectif déterminé. Selon M. Allais, « un homme est réputé rationnel lorsque : a) il poursuit des fins cohérentes avec elles-mêmes ; b) il emploie des moyens appropriés aux fins poursuivies ».

La théorie économique depuis W. S. Jevons et C. Menger a établi un certain nombre d'hypothèses concernant le comportement du consommateur et de l'entrepreneur rationnels. À partir de ces hypothèses, on peut démontrer que le comportement rationnel, celui qui maximise la satisfaction du consommateur, est celui par lequel le consommateur effectue ses choix de manière à égaliser les utilités marginales des biens achetés. Selon les doctrines classiques et néo-classiques, l'entrepreneur rationnel est celui qui vise à maximiser le profit de l'entreprise, dans le système de contraintes qui lui est imposé.

La valeur de cette hypothèse théorique tient évidemment à la capacité de formalisation qu'elle comporte et qui en a fait le fondement de toute la théorie marginaliste moderne et des théories du welfare. À partir des préférences des consommateurs, on peut en effet déduire, suivant le modèle de l'équilibre général walrasoparétien, les positions d'équilibre des entreprises, la demande des facteurs de production et l'équilibre du système tout entier. La rationalité supposée des agents fonde ainsi un modèle fortement structuré, qui fait ressortir l'interdépendance des décisions économiques, qui est apte au traitement mathématique et qui permet, sous certaines conditions, une large utilisation des procédures d'optimisation.

Cependant, la nature de la rationalité qu' [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  RATIONALITÉ ÉCONOMIQUE  » est également traité dans :

ACTION RATIONNELLE

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 2 633 mots
  •  • 1 média

Les théories sociologiques ne convergent pas, loin s'en faut, lorsqu'il est question de rendre intelligibles les comportements individuels. D'inspiration psychologique, certaines estiment que les hommes demeurent avant tout les jouets de leurs passions. Dans un registre tout différent, d'autres analysent les pratiques comme la simple actualisation des structures sociales dont les individus seraie […] Lire la suite

ADMINISTRATIVE BEHAVIOR, Herbert A. Simon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Catherine QUINET
  •  • 957 mots

Dans le chapitre « La rationalité subjective : un premier pas vers la rationalité limitée »  : […] La postérité retiendra l'ambition de Simon « de construire les fondations sur lesquelles pourrait être érigée une claire compréhension du concept de „rationalité“ ». La rationalité objective, alors prédominante dans la théorie économique, est celle de l'homme qui disposerait de la connaissance parfaite de toutes les options et de leurs conséquences ; son choix ne peut être qu'optimal. Or, selon Si […] Lire la suite

ANTICIPATIONS, économie

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 6 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les modèles d'anticipations rationnelles »  : […] La théorie des anticipations rationnelles trouve son origine dans un article de John Muth (1961), resté pendant dix ans dans la pénombre et exploité à partir de 1972 par les auteurs se réclamant de la « Nouvelle Macroéconomie classique » (Robert Lucas, Thomas Sargent, Neil Wallace...). Elle doit au départ être interprétée comme une réaction de rejet vis-à-vis des modèles purement autorégressifs. […] Lire la suite

BECKER GARY STANLEY (1930-2014)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 230 mots

Dans le chapitre « Une analyse économique conquérante »  : […] Né en 1930 à Pottstown en Pennsylvanie, Gary Becker occupe toutefois une place singulière dans la galaxie des économistes. Au début de sa carrière il hésite entre la sociologie et l'économie, ce qui marquera toute son œuvre et l'incitera à ouvrir aux économistes des champs de recherche habituellement rattachés à la sociologie : l'éducation et la formation, la discrimination raciale, les décisions […] Lire la suite

LE CALCUL DU CONSENTEMENT, FONDATIONS LOGIQUES DE LA DÉMOCRATIE CONSTITUTIONNELLE, James Buchanan et Gordon Tullock - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Samuel FEREY
  •  • 1 022 mots

Dans le chapitre « Intérêts individuels, calcul et politique »  : […] Buchanan et Tullock cherchent à « analyser le calcul d'individus rationnels confrontés à un choix constitutionnel ». La première partie de l'ouvrage expose les deux piliers méthodologiques de l'analyse : l'individualisme méthodologique, d'une part, l'extension de la théorie économique de l'action au comportement politique, d'autre part. Qu'il agisse dans la sphère économique (comportement de marc […] Lire la suite

CHANGE - Les théories du change

  • Écrit par 
  • Hélène RAYMOND-FEINGOLD
  •  • 9 061 mots

Dans le chapitre « Le rôle de la spéculation »  : […] La spéculation est souvent donnée comme une explication des variations erratiques des taux de change ou des cours boursiers. Pourtant, le rôle de la spéculation n'est pas nécessairement déstabilisant. Jouer un rôle déstabilisateur ne fait d'ailleurs pas partie des objectifs d'un spéculateur. Ce dernier est simplement un intervenant qui cherche à tirer partie d'une opportunité de profit anticipée. […] Lire la suite

CHOIX PUBLICS ÉCOLE DES ou PUBLIC CHOICE SCHOOL, économie

  • Écrit par 
  • Samuel FEREY
  •  • 1 115 mots

Née au tournant des années 1960, sous l'influence des travaux d'Anthony Downs, Gordon Tullock et James M. Buchanan (distingué par le prix Nobel d'économie en 1986), l'école des choix publics a profondément renouvelé l'étude des faits politiques. Si ses objets d'étude restent ceux de la science politique traditionnelle – l'État, les règles de vote et les élections, le phénomène bureaucratique – […] Lire la suite

CONCURRENCE, économie

  • Écrit par 
  • Alain BIENAYMÉ
  •  • 7 210 mots

Dans le chapitre « La concurrence en deçà et au-delà des imperfections de marché »  : […] Le comportement purement rationnel attribué aux acteurs du marché pour traiter des imperfections de la concurrence occulte tout ce que la concurrence doit aux « passions acquisitives » de l'être humain (David Hume) et à l'activisme des entreprises. […] Lire la suite

CRISES FINANCIÈRES - Instabilité financière

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 7 126 mots

Dans le chapitre « L'instabilité fondamentale des marchés financiers et les krachs boursiers »  : […] John Maynard Keynes, qui écrivait au lendemain de la grande crise de 1929, est sans doute l'économiste qui a donné l'analyse la plus éclairante de l'instabilité financière. Pour Keynes, le futur relève de l'incertitude dans nos économies. La raison principale de cette incertitude réside dans la difficulté d'effectuer des prévisions dans une situation de changement permanent dû aux fluctuations d […] Lire la suite

CRISES FINANCIÈRES - Krachs boursiers

  • Écrit par 
  • Christophe BOUCHER
  •  • 4 280 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'intervention des autorités monétaires et la détection des bulles spéculatives »  : […] Cet enchaînement n'est cependant pas inévitable si les autorités monétaires interviennent de manière forte et rapide. Ainsi, en octobre 1987, la Réserve fédérale (la banque centrale américaine) avait massivement injecté des liquidités. Entre 2001 et 2003, elle a fait passer les taux d'intérêt de 6,5 p. 100 à 1 p. 100. De 1929 à 1931, elle avait également réduit les taux d'intérêt de 6 p. 100 à 1, […] Lire la suite

DROIT - Économie du droit

  • Écrit par 
  • Bruno DEFFAINS
  •  • 3 736 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Les fondements analytiques de l'économie du droit »  : […] L'analyse micro-économique du droit est donc une discipline récente. Elle a toutefois connu une histoire mouvementée au cours des dernières décennies (Cooter et Ulen, 1996 ; Fluet, 1990 ; Hovenkamp, 1995). Durant la période des années 1960, elle a été principalement marquée par des travaux appliquant la théorie des prix aux notions de base de la common law  : propriété, contrats, responsabilité ex […] Lire la suite

DROIT, LÉGISLATION ET LIBERTÉ, Friedrich von Hayek - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Samuel FEREY
  •  • 1 296 mots

Dans le chapitre « Information et ordre spontané du marché »  : […] Pour Hayek, comme il l'affirme dès le premier tome de l'ouvrage ( Règles et Ordre ), le monde économique est radicalement incertain et complexe, car l'information n'y existe que sous forme partielle et fragmentée. La prise en compte de cette opacité informationnelle invite d'abord à rompre avec la représentation microéconomique traditionnelle de l'action économique comme le fruit d'un calcul rati […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Objets et méthodes

  • Écrit par 
  • Henri GUITTON
  •  • 6 469 mots

Dans le chapitre « Les méthodes de la connaissance économique »  : […] Les trois thèmes qui viennent d'être évoqués, bien loin de se contredire, se complètent et s'enrichissent. Il reste à exposer comment ils ont été effectivement mis en œuvre. Sur le terrain des méthodes, deux grandes familles d'esprits se sont opposées et ne cesseront de s'opposer. Il y a ceux qui raisonnent et ceux qui observent, les « déducteurs » et les « inducteurs ». Connaissance rationnelle […] Lire la suite

ÉCONOMIE SOCIOLOGIE DE L'

  • Écrit par 
  • Frédéric LEBARON
  •  • 4 580 mots

Dans le chapitre «  La notion de « réseau » et les conceptions « alternatives » »  : […] La sociologie économique, en particulier américaine, donne une grande importance à la notion de « réseau » (et à celle, liée, de « capital social »), qui a une longue histoire dans les sciences sociales mondiales. Le réseau est conçu comme le moyen principal d'appréhender les conditions sociales dans lesquelles se forme l'action économique individuelle. Il offre ainsi un intermédiaire entre l'indi […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Monétarisme et néo-libéralisme »  : […] L' école monétariste est menée par Friedman (1953, Essays in Positive Economics  ; 1956, Studies in the Quantity Theory of Money  ; 1969, The Optimum Quantity of Money and Other Essays ) qui, dans les années 1950 et 1960, critique le système de taux de change fixes de Bretton-Woods et les politiques inspirées du keynésianisme. De façon générale, Milton Friedman conteste la possibilité pour les a […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Keynésianisme

  • Écrit par 
  • Olivier BROSSARD
  •  • 8 210 mots

Dans le chapitre « Le courant post-keynésien »  : […] L'école post-keynésienne a pour ambition de proposer des analyses qui soient keynésiennes non plus seulement dans leurs résultats, mais aussi dans leurs prémisses. En cela, elle se différencie profondément des approches « syncrétiques ». En suivant la présentation proposée par Marc Lavoie (2004), on peut résumer les principaux éléments du cadre d'analyse proposé par l'école post-keynésienne. Premi […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Économie des conventions

  • Écrit par 
  • Philippe BATIFOULIER
  •  • 1 521 mots

Dans le chapitre « Une économie de la pluralité »  : […] Interpréter la règle par une représentation du collectif consiste à évaluer le problème de coordination ou de coopération et à porter un jugement sur l'autre, sur la situation, et sur soi-même dans la situation. Comme il n'y a pas qu'une seule façon de juger mais plusieurs, on ne peut plus se contenter d'une définition univoque et réductrice de l'individu, cantonné à un statut de calculateur oppo […] Lire la suite

ÉCONOMIE INDUSTRIELLE

  • Écrit par 
  • Bruno JULLIEN
  •  • 9 068 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'entreprise comme organisation »  : […] L'entreprise remplit deux fonctions. Tout d'abord, elle est une instance de coordination du processus de production. Dans La Richesse des nations (1776), Adam Smith présente la firme moderne comme une réponse à la complexité croissante des activités, en particulier à la division du travail. En second lieu, elle repartit la valeur créée entre les parties impliquées dans le processus, ainsi que le […] Lire la suite

ÉDUCATION - Économie de l'éducation

  • Écrit par 
  • François LECLERCQ
  •  • 3 976 mots

Dans le chapitre « Analyse théorique de l'investissement en capital humain »  : […] La théorie économique de la demande d'éducation, due à Gary Becker, repose sur l'idée que les individus déterminent leur parcours scolaire et universitaire de façon rationnelle, en fonction du rendement de l'investissement en capital humain qu'il représente. Ce rendement est la différence entre les bénéfices de l'éducation, qui incluent notamment des revenus du travail plus élevés reflétant la pr […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Hubert BROCHIER, « RATIONALITÉ ÉCONOMIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rationalite-economique/