RATIONAL EXPECTATIONS AND ECONOMETRIC PRACTICE, Robert Lucas et Thomas SargentFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'inefficacité de la politique économique selon les nouveaux classiques

Cette représentation des anticipations présente un avantage pour les nouveaux classiques : elle s'accorde avec le postulat que l'économie modélisée est en équilibre permanent. Des agents rationnels anticipant parfaitement (à des erreurs aléatoires de moyenne nulle près) l'évolution des variables économiques vont directement adopter le comportement leur garantissant la satisfaction la plus élevée possible, compte tenu de l'information disponible. Personne n'est incité à modifier son comportement, ce qui caractérise par définition un équilibre. Cette hypothèse évite le problème épineux de la coordination des décisions individuelles, puisque la notion d'anticipations rationnelles conduit à postuler l'équilibre. L'hypothèse des anticipations rationnelles s'oppose à la formulation qui prévalait dans les années 1960 : celle des anticipations adaptatives, qui suppose que les prévisions des agents ne sont fonction que de leur expérience passée.

La conversion à l'hypothèse des anticipations rationnelles a deux conséquences principales. Les économètres ne peuvent plus estimer les effets d'éventuelles politiques économiques en utilisant des modèles ajustés sur des séries statistiques passées. De telles estimations mènent à des prévisions erronées. L'annonce même d'une politique économique change les anticipations et les paramètres pertinents des modèles économétriques. Dans le cadre d'équilibre général, les théoriciens concluent d'ailleurs à l'inefficacité de telles politiques. Quelle que soit la politique de l'État, les lois du marché ramèneraient les indicateurs économiques à leurs valeurs structurelles (il existerait notamment un taux « naturel » de chômage). Cette idée conduisait déjà les monétaristes à nier l'efficacité des politiques économiques à long terme. Associée aux anticipations rationnelles, elle conduit à l'inefficacité à court terme de toute politique annoncée : les agents seraient conscients de ces « forces naturelles » de rappel et anticiperaient des hausses d'impôts consécutives aux politiques budgétaires ou les conséquences inflationnistes de politiques monétaires. Seule une politique économique inopinée pourrait temporairement « duper » le public.

Ce résultat repose cependant sur le caractère – méthodologiquement problématique – autoréalisateur des anticipations rationnelles : le comportement d'agents dont les croyances se fondent sur la représentation des nouveaux classiques conduit à la réalisation de leurs conclusions.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : enseignant-chercheur à l'université de Paris-IX-Dauphine

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Marion GASPARD, « RATIONAL EXPECTATIONS AND ECONOMETRIC PRACTICE, Robert Lucas et Thomas Sargent - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rational-expectations-and-econometric-practice/