RĀMDĀS (1608-1681)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un brahmane de la région de Nāsik (au nord-est de Bombay), celui qui devait prendre plus tard le nom religieux de Rāmdās (rāmadāsa, « serviteur de Dieu ») eut très tôt la révélation de sa mission : on raconte qu'au moment de se marier il comprit que son destin n'était pas de mener la vie profane des hommes ordinaires, mais de prêcher partout la dévotion à Viṣṇu. Ce faisant, il contrevenait aux règles du Dharma (la norme éthico-religieuse), qui exigent que l'on assure d'abord sa descendance avant de renoncer au monde. Après une période difficile, il s'imposa comme un représentant éminent de la renaissance hindoue, grâce surtout aux poèmes qu'il composa en marathe, langue parlée dans cette région de l'Inde. À ce titre, Rāmdās s'intégrait dans la tradition des saints (sant), qui, de Jñāneśvar à Tukārām, d'Eknāth à Nāmdev, donna un vif éclat à la dévotion à Vithobā, cet avatar de Viṣṇu dont l'image est vénérée à Pandharpur, au cœur du pays marathe. Rāmdās, toutefois, chante de préférence le Nom de Rāma, autre avatar de Viṣṇu. Il semble aussi qu'il ait mis l'accent sur l'organisation des fidèles, par exemple en créant des monastères (math) et en suscitant la construction ou la réfection de temples. Ses cantiques sont conservés dans divers recueils, notamment dans les Manāche Shlok (Stances spirituelles).

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  RAMDAS (1608-1681)  » est également traité dans :

MARATHE LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Ian RAESIDE
  •  • 2 634 mots

Dans le chapitre « Le XVIIe siècle et la poésie religieuse »  : […] Au xvii e siècle, le marathe est de nouveau la langue d'une entité politique avec la création, par Shivaji, du premier royaume marathe. Dès lors, la littérature s'enrichit de ballades et de chroniques historiques et, pour la première fois depuis le Līḷācaritra , on trouve de nombreux spécimens de prose dans les décrets et dans la correspondance d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-marathe/#i_22850

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « RĀMDĀS (1608-1681) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ramdas/