RĀMĀYAṆA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vālmiki et le « Rāmāyaṇa »

La légende décrit Vālmīki comme un homme de naissance modeste, mais génial, qui aurait vécu à la cour d'Ayodhyā, au nord du Gange, dans le pays même où il situera le roi Dacharata, le père de Rāma.

En un texte sanskrit destiné à être tour à tour chanté et parlé et comprenant sept kānda ou « livres », que divisent 645 sarga ou « chants », il célébra en 24 000 śloka, « distiques », les exploits de Rāma. L'invention du śloka, vers caractéristique de l'épopée, lui est aussi attribuée. Son œuvre achevée, il se retira dans la forêt pour y mener l'existence d'un ascète ; il y atteignit, dit encore la légende, une si admirable immobilité contemplative qu'une fourmilière (valmikā) vint le recouvrir, ce qui lui valut son nom de Vālmīki, « Fils de la fourmilière ».

Le livre I du Rāmāyaṇa, appelé Bālakānda, « Section de l'enfance », ou encore Ādikānda, « Commencement », chante la naissance divine, l'enfance et le mariage de Rāma. À Ayodhyā (moderne Oudd), capitale du pays de Kosala, le roi Daśaratha, sans descendance, célèbre le sacrifice du cheval, pour se concilier la bienveillance des dieux. De ses trois épouses, il aura quatre fils. L'aîné, Rāma, est en réalité l'avatāra de Vishnu, et il sera pourvu de toutes les vertus et d'une force exceptionnelle : pour récompense de sa force dans le maniement de l'arc, le roi de Videha, Janaka, lui accordera en mariage sa fille la princesse Sītā. Ce prélude est entrecoupé par l'exposé des grands thèmes mythologiques déjà présents dans le Mahābhārata : naissance du dieu Kumāra, descente du Gange sur la Terre, barattement de la mer, etc.

Scène du mariage de Sita, art de l'Inde

Photographie : Scène du mariage de Sita, art de l'Inde

Photographie

Bas-relief en granit provenant du temple de Kesava et représentant la procession du mariage de Sita, «fille de la terre» et épouse de Rama. Vers 1268. Somnathpur, Karnataka, Inde. 

Crédits : Dinodia Picture Agency, Bombay, Bridgeman Images

Afficher

Dans le livre II, Ayodhyākānda, le « Livre d'Ayodhyā », le choix de Rāma, l'aîné des princes, comme héritier, par son vieux père Daçaratha suscite la jalousie de l'une des reines, Kaikeyī, mère de Bharata. Par ruse, elle obtient le bannissement de Rāma pour une durée de quatorze années et la promesse du trône pour son propre fils.

Le livre III, Aranyakānda, est celui de la forêt. Rāma, suivi de son épous [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Scène du mariage de Sita, art de l'Inde

Scène du mariage de Sita, art de l'Inde
Crédits : Dinodia Picture Agency, Bombay, Bridgeman Images

photographie

La geste de Ramakien

La geste de Ramakien
Crédits : Mark Williams, Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : membre de l'École française d'Extrême-Orient, diplômée de l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  RAMAYANA  » est également traité dans :

RAMAYANA (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 817 mots
  •  • 1 média

Le Rāmāyana ou « Geste de Rāma » retrace la vie et la marche (« ayana »), l'offensive guerrière de Rāma, prince d'Ayodhyā, et de son épouse Sītā, fille du roi Janaka. Rédigée en sanscrit, divisée en sept livres, ou sections de longueur inégale mais d'environ 24 000 quatrains, soit près de 100 000 vers, cette gigantesque épopée aurait été r […] Lire la suite

BHAVABHŪTI (VIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 412 mots

L'art dramatique indien d'expression sanskrite est dominé par le nom de Kâlidâsa (peut-être du iv e s.), mais la gloire de celui-ci a suscité toute une lignée de poètes désireux de l'égaler, sinon de le surpasser. Le plus important de ces continuateurs est Bhavabhûti (Bhavabhūti), un brahmane de haute culture qui fit carrière à la cour du roi Yashivarman (Yaśivarman), de Kanauj (Kanyākubja, au bo […] Lire la suite

HANUMANT ou HANUMAN

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 243 mots
  •  • 1 média

Divinité hindoue que l'iconographie représente comme un singe à visage vaguement humanisé et à laquelle la dévotion populaire voue, en Inde, un culte particulier . Hanumant est un des personnages majeurs de l'épopée classique. Le Rāmāyana met en effet en scène une incarnation ( avatāra ) de Vishnu, le prince Rāma, que diverses circonstances amènent à rechercher l'alliance du roi des singes pour r […] Lire la suite

ÉPOPÉE

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER, 
  • Maria COUROUCLI, 
  • Jocelyne FERNANDEZ, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT, 
  • Altan GOKALP, 
  • Roberte Nicole HAMAYON, 
  • François MACÉ, 
  • Nicole REVEL, 
  • Christiane SEYDOU
  •  • 11 798 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'idée de tradition épique en Inde »  : […] Les plus anciens monuments littéraires indiens qui nous sont parvenus sont les Veda, recueils d'hymnes et textes religieux qui ne sont pas dénués de matière épique. Il faut attendre les environs de l'ère chrétienne pour avoir de véritables récits suivis et pouvant recevoir la dénomination d'épopée : le Mahābhārata et le Rāmāyaṇa sanskrits, le Cilappatikāram tamoul, etc. La conscience de la narr […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 833 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Philosophies des religions »  : […] Les grandes épopées, Mahābhārata et Rāmāyaṇa , montrent dans une affabulation épique la merveille des incarnations divines. Dans le Mahābhārata , ce sont des incarnations des dieux védiques dont les héros sont des fils et aussi l'incarnation directe en Kṛṣṇa de l'Être suprême, Viṣṇu. Dans le Rāmāyaṇa , c'est l'incarnation de Viṣṇu encore en Rāma. Ces textes contiennent des enseignements philosoph […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Amandine D'AZEVEDO, 
  • Charles TESSON
  •  • 6 967 mots

Dans le chapitre « Les pionniers, le film mythologique »  : […] Deux dates marquent la naissance du cinéma indien. Le 7 juillet 1896, des films des frères Lumière sont montrés à l’hôtel Watson, à Bombay, et le 3 mai 1913 est projeté, à Bombay également, le premier film indien de fiction, réalisé par un entrepreneur local pour le public indien, Raja Harishchandra . C’est en voyant, en 1910, au cinéma, une vie du Christ que Dadasaheb Dundiraj Phalke décide de t […] Lire la suite

LAKŚMANA ou LAKSHMANA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 233 mots

Héros hindou, un des deux demi-frères du grand Rāma, entièrement dévoué à ce dernier. Lorsque, selon la tradition hindoue et, plus précisément, selon la théorie des avatāra, Viṣṇu s'incarna pour la septième fois, afin de préserver le Dharma (« le bon ordre des choses ») ébranlé par les entreprises du démon, il prit la forme du prince héritier d'Ayudhyā, Rāma, dont l'histoire est contée dans l'épop […] Lire la suite

MARATHE LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Ian RAESIDE
  •  • 2 634 mots

Quatrième langue « constitutionnelle » de l'Union indienne avec soixante-cinq millions de locuteurs dans les années 1990, le marathe (mahratte, ou marāthī ) est une langue indo-aryenne parlée à l'ouest et au centre du pays, c'est-à-dire dans un triangle dont les sommets seraient Bombay et Goa sur la côte et Nagpur au cœur de la péninsule. Le māhārāṣṭrī , forme ancienne du terme marāthī actuel, […] Lire la suite

PURĀṆA

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 3 344 mots

Dans le chapitre « Historique »  : […] Une tradition que les purāṇa eux-mêmes s'efforcent d'établir est celle d'un Purāṇa d'origine dont les divers purāṇa connus ne seraient que des fragments. Le terme, il est certain, apparaît tôt dans la littérature sanskrite : l' Atharva le mentionne à la suite des quatre Veda ; toutefois, il ne s'agissait probablement pas à cette période d'un texte unique, ni même de textes particuliers, mais d'u […] Lire la suite

RĀKṢASA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 569 mots

Parmi les innombrables êtres intermédiaires entre les hommes et les dieux, la mythologie hindoue connaît diverses classes de démons réunies sous l'appellation générique de rākṣasa (« gardien »). Leur origine est mal définie : on dit parfois que ce sont des dieux déchus, punis pour quelque faute grave ; plus souvent, les textes les tiennent pour des hommes « grands pécheurs » et condamnés à assume […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-Simone RENOU, « RĀMĀYAṆA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ramayana/