ELLISON RALPH (1914-1994)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un affrontement poétique de la réalité

Ralph Ellison est né en 1914 dans l'Oklahoma, l'un des plus jeunes États de l'Union. À Oklahoma City, la ségrégation existait, certes, mais les relations sociales, culturelles et interraciales étaient plus fluides qu'ailleurs. Ainsi, dans l'imaginaire de Ralph Ellison, le sens de la contrainte restera associé à la possibilité de la transgression. Joueur de trombone, Ellison retrouve cette ambivalence dans le mélange de réserve et d'aventure qui vibre dans le jazz. Au plus profond du blues, il apprend à déceler la souffrance mais aussi une forme de transcendance. Le blues commence avec le désastre, affirme Ellison. Mais le blues, c'est aussi cet affrontement poétique de la réalité, qui tient de l'ascèse et de la volonté, et qui proclame enfin le triomphe de la foi et d'un « lyrisme proche du tragique, proche du comique », sur la désespérance. En 1933, Ralph Ellison entame des études de musique au Tuskegee Institute, dans l'Alabama, une école conservatrice fondée par Booker T. Washington, où l'on apprend que l'ascension économique et sociale des Noirs passe par l'acceptation de la discrimination. Mais, au gré de ses lectures, Ellison découvre qu'il y a des inflexions, des musiques et des images propres au folklore et au langage noirs dans les plus grands textes de la littérature américaine. Inversement, auprès de T. S. Eliot, Melville, Twain, ou Stephen Crane, mais aussi auprès de Joyce et de Dostoïevski, Ellison apprend à exprimer la richesse de son héritage culturel. Marié au lyrisme de l'art oratoire, à la plainte du blues et au rythme du jazz, le flux de conscience joycien devient l'un des ressorts essentiels de l'écriture ellisonienne.

Dans son roman, dans ses essais, discours et entretiens (The Shadow and the Act, 1964 ; Going to the Territory, 1986), Ellison mêle à loisir l'intertexte et l'oralité, la culture livresque et les contes populaires (Compère Lapin, Pauvre Robin), les joutes verbales (le jeu des dozens) ou des rythmes mus [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ELLISON RALPH (1914-1994)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 197 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « De la « renaissance » au « pouvoir noir » »  : […] Dans les années 1920, la Renaissance de Harlem, inaugurée avec le manifeste The New Negro (1925) d’Alain Locke, proclame une fierté raciale qui se tourne vers l’Afrique dans un élan teinté de primitivisme. Son texte le plus éclatant est le chef-d’œuvre moderniste Canne ( Cane , 1924) de Jean Toomer qui juxtapose poésie, vignettes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-litterature/#i_42125

Pour citer l’article

Nathalie COCHOY, « ELLISON RALPH - (1914-1994) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ralph-ellison/