RAISONNEMENT CHEZ L'ADULTE, psychologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des formes de raisonnement très différentes

Les briques élémentaires du raisonnement sont les connecteurs « et », « ou », « si... alors », utilisés en complément de la négation. Un raisonnement qui utilise uniquement les connecteurs et la négation est parfois appelé « raisonnement propositionnel », par exemple : « La France ou l'Australie joueront la finale, l'Australie ne jouera pas la finale, donc la France jouera la finale. » Toujours dans les briques élémentaires du raisonnement, on trouvera les quantificateurs « tous », « aucun », « certains », qui permettent de construire les célèbres syllogismes du type : « Socrate est un homme, tous les hommes sont mortels, donc Socrate est mortel. » Historiquement, une grande partie de la psychologie du raisonnement a été consacrée à l'étude des erreurs et des biais attachés à la résolution de ces problèmes. Pour n'en donner qu'un exemple, le « biais de croyance » consiste à évaluer une conclusion sur la base de sa crédibilité propre, plutôt que sur la validité logique de l'argument qui la soutient. Considérons l'argument suivant : « Toutes les fleurs ont besoin d'eau ; les roses ont besoin d'eau ; donc, les roses sont des fleurs. » Il n'est pas immédiatement évident pour tous que l'argument est invalide, car la crédibilité propre de la conclusion biaise le jugement : on a tendance à accepter le raisonnement (à tort), puisqu'il produit une conclusion que l'on sait être vraie.

La psychologie du raisonnement se doit au moins d'expliquer comment nous utilisons les connecteurs et les quantificateurs pour construire et évaluer des conclusions nouvelles. Pourtant, le raisonnement ne s'arrête pas là. Il peut porter sur des relations qui ne sont ni des connecteurs ni des quantificateurs usuels, mais qui font l'objet d'une utilisation tout aussi formelle et systématique. Par exemple, le raisonnement « spatial » porte sur des relations du type « est à la gauche de » ou « est plus loin que », et le raisonnement « causal » porte sur des relations du type « est une cause de » ou « est une condition nécessaire pour que ».

Le raisonnement [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  RAISONNEMENT CHEZ L'ADULTE, psychologie  » est également traité dans :

DÉVELOPPEMENT DU RAISONNEMENT

  • Écrit par 
  • Pierre BARROUILLET
  •  • 1 346 mots

Les origines de la capacité de l’homme à raisonner ont toujours été un objet d’étude et de débat pour la psychologie. Durant la majeure partie du xxe siècle, on a cru cette question résolue à la suite des travaux du psychologue suisse Jean Piaget. […] Lire la suite

RAISONNEMENT

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ
  •  • 5 005 mots

Le mot de raisonnement est ambigu. On ne dispose pas, pour ce qu'il recouvre, de deux vocables, comme c'est le cas pour le concept et le terme qui le désigne, pour le jugement et la proposition qui l'exprime. Un raisonnement, c'est d'abord une certaine activité de l'esprit, une opération discursive par laquelle on pas […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-François BONNEFON, « RAISONNEMENT CHEZ L'ADULTE, psychologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/raisonnement-chez-l-adulte-psychologie/