RAIES D'ABSORPTION, astronomie

ÉTOILES

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • Jean-Pierre CHIÈZE
  •  • 13 466 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Spectroscopie stellaire »  : […] Le spectre obtenu en décomposant la lumière d'une étoile à l'aide d'un prisme ou d'un réseau est parsemé de raies sombres, en absorption, ou brillantes, en émission. Pour obtenir le spectre d'une étoile avec une grande dispersion, on utilise un spectrographe dont la fente est placée sur l'image de l'étoile au foyer du télescope. Pour éviter les effets des variations de température, on place le spe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etoiles/#i_90865

INTERSTELLAIRE MILIEU

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 3 689 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le milieu interstellaire très chaud »  : […] Les satellites de spectroscopie en ultraviolet et le télescope spatial Hubble ont permis d'observer, devant les étoiles, des raies interstellaires en absorption qui correspondent à des éléments très ionisés (oxygène 5 fois ionisé, etc.), indicateurs de températures très élevées (environ 500 000 K) ; les observations en rayons X montrent même l'existence de températures encore plus importantes. Ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-interstellaire/#i_90865

SOLEIL

  • Écrit par 
  • Pierre LANTOS
  •  • 5 471 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Photosphère »  : […] La photosphère pourrait être définie comme la surface du Soleil telle que l'œil la voit, mais cette définition n'est que très approximative car l'atmosphère d'une étoile est continue, et chaque longueur d'onde y pénètre à une profondeur différente. La température effective de la photosphère, de 5 780 kelvins, explique la couleur blanc-jaune perçue par l'œil. Outre les taches solaires, l'observati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soleil/#i_90865

ZODIACALE LUMIÈRE

  • Écrit par 
  • René DUMONT
  •  • 3 658 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Spectre et couleur »  : […] On retrouve les raies d'absorption de Fraunhofer dans le spectre de la lumière zodiacale. Bien que fort délicate, leur spectrométrie à l'aide d'étalons Pérot-Fabry, réalisée par N. K. Reay et ses collaborateurs, ou par la méthode de Griffin, utilisée par J. W. Fried, permet de remonter à la vitesse radiale des grains. Ces derniers ont le même sens de révolution que les planètes, mais, pour une fr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lumiere-zodiacale/#i_90865