RADIOPROTECTION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Technologie

Le but essentiel de la radioprotection est de réduire au-dessous des normes admissibles la dose reçue par un travailleur. La technologie utilisée pour arriver à ce résultat varie selon qu'il s'agit d'une irradiation ou d'une contamination.

L'irradiation est le fait de recevoir de l'extérieur des rayonnements, dont les plus dangereux sont les rayons X et γ.

La contamination interne est due à l'ingestion accidentelle ou à l'inhalation d'un corps radioactif. Celui-ci irradie alors les tissus et les organes « de l'intérieur » et se comporte comme un toxique ; ses effets dépendent des facteurs toxicologiques (quantité ingérée, solubilité, vitesse d'élimination, organotropisme, etc.) et des facteurs physiques (nature et énergie du rayonnement, période). Le TLE du rayonnement émis influe sur la toxicité : les émetteurs α à densité d'ionisation élevée sont les plus nocifs. Comme la période conditionne la durée de séjour du radioélément dans l'organisme intoxiqué, on tient compte de la période effective Te :

où Tb est la période biologique correspondant au temps nécessaire pour réduire de moitié la quantité de radiotoxique ingéré, et Tp la période physique.

Périodes effectives

Tableau : Périodes effectives

tabl. 3 – Tableau des périodes effectives. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Matériel de détection et de mesure

Le danger des radiations ionisantes est d'autant plus grand qu'elles ne sont pas perceptibles par les sens. Il faut donc disposer d'appareils particuliers pour dépister et mesurer l'irradiation et la contamination (cf. détecteurs departicules).

La radioprotection individuelle est contrôlée par des instruments légers et petits : dosifilms (impression des émulsions photographiques par les rayonnements), dosimètres thermoluminescents, stylodosimètres (petites chambres d'ionisation portatives). Ceux-ci permettent à chacun de mesurer à tout instant la dose d'irradiation reçue. Les dosifilms apprécient non seulement la dose mensuelle, mais identifient aussi le rayonnement.

La radioprotection collective nécessite des compteurs de différents types, tel le compteur Geiger-Muller, pour détecter les éventuelles contaminations d'atmosphère et de surface de travail, ainsi que pour prévoir les possibilités d'irradiation.

Moyens de protection

La protection proprement dite se fait :

– par le temps : pour les déchets, par exemple, on attend la décroissance radio-active ;

– par la distance : pour une source ponctuelle, le débit de dose décroît à peu près en raison inverse du carré de la distance ; autour des grosses installations nucléaires, on définit les zones de travail (interdites et protégées) signalées par des balisages réglementaires ; en outre, on manipule les sources radioactives au moyen de dispositifs prolongeant en quelque sorte la main de l'homme (cf. radio-éléments et rayonnements ionisants) ;

– par écran : tout matériau est caractérisé en fonction de l'énergie du rayonnement par un cœfficient d'absorption linéaire ; Le plomb est particulièrement utilisé pour absorber les rayonnements X et γ.

Absorption des photons par différents écrans

Tableau : Absorption des photons par différents écrans

Absorption des photons par différents écrans. L'épaisseur x/10 est l'épaisseur d'un écran abaissant d'un facteur 10 un flux de photons F: F = F0 exp (— µx), où F est le flux après l'épaisseur x, F0 le flux incident et µ le coefficient d'absorption linéaire propre à chaque... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Radiologie : diaphragme de Bucky

Photographie : Radiologie : diaphragme de Bucky

Un grillage en plomb (imperméable aux rayons X) permet d'éliminer les rayons inutiles qui nuisent à la focalisation du rayonnement vers la partie du corps à irradier (et elle seule ! les rayons sont dangereux). Invention de 1913. 

Crédits : Collection Guy Pallardy

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Survivants d'Hiroshima

Survivants d'Hiroshima
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Grandeurs et unités utilisées avant 1975

Grandeurs et unités utilisées avant 1975
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Rayonnements ionisants : effets somatiques

Rayonnements ionisants : effets somatiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Périodes effectives

Périodes effectives
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en médecine (médecine nucléaire et biologie médicale)

Classification

Autres références

«  RADIOPROTECTION  » est également traité dans :

LEUCÉMIES

  • Écrit par 
  • Michel LEPORRIER
  •  • 5 011 mots

Dans le chapitre « Quels sont les facteurs connus provoquant ces altérations des gènes des cellules ? »  : […] Les facteurs intervenant dans le processus de leucémogenèse sont mieux connus chez l'animal que chez l'homme. Alors que les virus sont à l'origine de nombreuses leucémies animales, en particulier chez les félidés, les rongeurs, les gallinacés, la recherche de foyers de leucémie humaine évoquant une possible contagiosité a été longtemps infructueuse. Cependant deux rétrovirus, le HTLV 1 et le HT […] Lire la suite

M.O.X. (Mixed Oxide), industrie nucléaire

  • Écrit par 
  • Bernard LAPONCHE
  •  • 1 806 mots

Dans le chapitre « Risques associés à l'utilisation du MOX  »  : […] Le transport du plutonium et la fabrication des combustibles MOX sont des opérations à haut risque. En effet, le plutonium est beaucoup plus radioactif et radiotoxique que l'uranium. En termes de radioprotection, la limite de dose annuelle, fixée par les autorités de radioprotection pour le public, se traduit pour un adulte à l'inhalation d'une quantité de 1 millième de microgramme de plutonium […] Lire la suite

NUCLÉAIRE - Réacteurs nucléaires

  • Écrit par 
  • Jean BUSSAC, 
  • Frank CARRÉ, 
  • Robert DAUTRAY, 
  • Jules HOROWITZ, 
  • Jean TEILLAC
  •  • 12 403 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  Génie nucléaire et sûreté »  : […] Les réacteurs nucléaires ne sont pas les seuls ni même les plus importants ouvrages du génie nucléaire. Certains de leurs composants ont réclamé, pour leur mise au point, une industrie originale. Cela s'applique à l'élaboration de matières ou de métaux nouveaux : eau lourde, zirconium, mais surtout aux différentes phases de transformation du combustible nucléaire. Ces phases sont souvent appelées […] Lire la suite

NUCLÉAIRE - Déchets

  • Écrit par 
  • Pierre BEREST, 
  • Jean-Paul SCHAPIRA
  •  • 10 950 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Contraintes limitant les performances de la transmutation »  : […] L'insertion d'actinides ou de P.F.V.L. dans un réacteur a des effets sur sa réactivité, son fonctionnement et sa sûreté ainsi que sur les opérations du cycle du combustible associé. L'effet de l'insertion d'un noyau à transmuter sur la réactivité dépend de l'importance, pour ce noyau et les noyaux lourds créés, de la fission vis-à-vis de la capture et du nombre moyen de neutrons libérés lors de la […] Lire la suite

PLUTONIUM

  • Écrit par 
  • Daniel CALAIS, 
  • André CHESNÉ
  •  • 3 902 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Toxicité »  : […] La toxicité du plutonium est essentiellement liée à sa radioactivité. Les principaux isotopes du plutonium sont des émetteurs α. Leur rayonnement est très ionisant mais très peu pénétrant. Une feuille de papier l'arrête complètement. Il ne présente donc pas de risques d' irradiation externe. En revanche, si le plutonium est absorbé à la suite d'inhalation, d'ingestion ou d'un passage transcutané […] Lire la suite

POLLUTION

  • Écrit par 
  • François RAMADE
  •  • 20 855 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Conséquences radioécologiques »  : […] La pollution nucléaire se traduit par une augmentation de la quantité d'irradiation à laquelle l'homme est en moyenne soumis dans son environnement par exposition externe ou interne (respiration, alimentation). Cette pollution ajoute en effet son action à celle de l'irradiation naturelle (rayons cosmiques, « vents » solaires, radioactivité de l'air, des roches, etc.) à laquelle tous les êtres viv […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

9-21 novembre 2017 Russie. Détection d'un rejet de ruthénium 106 en Europe.

Le 9, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), organisme public français, publie le résultat de ses investigations consécutives à la détection dans l’atmosphère de l’Europe, en septembre, de faibles traces de ruthénium 106, un radionucléide artificiel. L’IRSN estime que « la zone de rejet la plus plausible se situe entre la Volga et l’Oural » et que celui-ci provient d’« installations du cycle du combustible nucléaire ou de fabrication de sources radioactives ». […] Lire la suite

7-29 avril 2011 Japon. Suites de la catastrophe de Fukushima

Le 29, l'expert de la radioprotection Toshiso Kosako, entré au service du gouvernement à la suite de l'accident de la centrale de Fukushima, annonce sa démission. Il estime que ses conseils ne sont pas pris en compte et dénonce le manque de vision des autorités.  […] Lire la suite

7-22 juillet 2008 France. Incident nucléaire sur le site du Tricastin

L'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire qualifie de « négligeables » les conséquences radiologiques pour les populations, tandis qu'un débat s'engage sur les délais dans lesquels les autorités ont réagi. Plusieurs jours après l'incident, cependant, la nappe phréatique présente un taux de radioactivité anormalement élevé; la cause en est attribuée par l'association Criirad (Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité) à la mauvaise gestion de déchets nucléaires anciens, d'origine militaire, entreposés sur le site, une hypothèse réfutée par l'Autorité de sûreté nucléaire de défense. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude LÉVY, « RADIOPROTECTION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/radioprotection/