RADIOPROTECTION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Radiopathologie

On distingue en radiopathologie les effets somatiques, fœto-embryonnaires et également génétiques.

Les effets somatiques concernent l'individu lui-même. Les radiolésions présentent des caractères généraux. D'une part, la durée de latence entre l'irradiation et l'apparition des troubles est de quelques jours à quelques années ; d'autre part, tant que les doses ne sont pas fortes, les radiolésions somatiques peuvent être réparées par les défenses de l'organisme (restauration). Enfin, les atteintes sont limitées à l'individu irradié et leur absence de spécificité rend souvent difficile le diagnostic étiologique :

– au niveau cellulaire – cela intéresse aussi la radiopathologie – les connaissances récentes sur les mécanismes de réparation de l'A.D.N. par les enzymes spécialisés, peut-être par un système de secours (SOS) mis en évidence dans les cellules animales, permettent de mieux comprendre les relations entre la dose absorbée et l'effet obtenu et de déceler aussi les possibilités de cancérogenèse ;

– au niveau des tissus, les effets somatiques sont fonction de la loi de Bergonie et Tribondeau : plus un tissu est jeune et peu différencié, plus il est radiosensible.

Rayonnements ionisants : effets somatiques

Tableau : Rayonnements ionisants : effets somatiques

tabl. 2 – Effets somatiques des rayonnements ionisants au niveau des tissus ; ces effets sont dus à une irradiation ou à une contamination. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Cette notion fut précisée dès les premières décennies de ce siècle par la définition des lois qui relient la grandeur de l'effet à la dose de rayonnements absorbée par les tissus biologiques :

– il y a une différence de sensibilité des tissus et des organes ;

– la radiosensibilité est une propriété des cellules ;

– plus les cellules ont une croissance rapide plus elles sont radiosensibles.

– c'est le matériel héréditaire qui, dans toute cellule, est le plus sensible.

Le syndrome aigu d'irradiation, dû à une dose unique de 4 grays en un temps court, débute par des nausées, accompagnées pendant quelques jours d'asthénie et de dépression. Puis apparaît la phase critique avec un tableau alarmant : chute des poils, hémorragies, anémie, infection, diarrhée, déperdition liquidienne, dénutrition et mort. La dépression du système de défense immunitaire a permis de tenter des greffes de moelle.

La dose létale ou DL 50 (dose provoquant la mort de la moitié d'une population donnée en un temps court) varie en fonction de l'espèce : scorpion (de 75 000 à 100 000 R), drosophile  (64 000 R),  gastéropodes (12 000 R), triton (3 000 R), homme (de 400 à 500 R).

Les effets fœto-embryonnaires concernent le produit de la conception in utero. Au cours de la période de préimplantation, l'œuf irradié meurt ou survit (loi du « tout ou rien »). En revanche, la période d'organogenèse est plus critique : mort de l'embryon ou très graves malformations (anencéphalie, hydrocéphalie, exencéphalie). Enfin, le fœtus constitué et organisé est moins radiosensible, à l'exception de son tissu nerveux qui, à ce stade, n'est pas encore totalement différencié. L'irradiation de la femme enceinte est donc particulièrement contre-indiquée dans les premières semaines de la grossesse.

Les effets génétiques concernent la descendance. Les radiations ionisantes provoquent :

– soit des génovariations, c'est-à-dire une modification de la structure chimique des chromosomes des cellules de la lignée germinale ; ainsi, l'altération d'un gène par une paire d'ions entraîne dans la descendance de l'individu irradié des mutations défavorables à l'espèce et non réparables ;

– soit divers types d'anomalies chromosomiques (cassure, délétion, soudure, translocation dicentrique) ;

– soit encore hypoploïdie ou hyperploïdie.

Les conséquences (toujours non spécifiques) des effets génétiques sont l'accroissement notable des morts néo-natales et de graves anomalies, telles que le mongolisme, le syndrome de Klinefelter, le syndrome du cri du chat.

On estime que l'irradiation d'une génération à la dose de 10-2 Gy accroît de 1/70 le taux des mutations naturelles. La dose qui doublerait la fréquence de celles-ci se situe entre 0,3 et 0,5 Gy.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Survivants d'Hiroshima

Survivants d'Hiroshima
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Grandeurs et unités utilisées avant 1975

Grandeurs et unités utilisées avant 1975
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Rayonnements ionisants : effets somatiques

Rayonnements ionisants : effets somatiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Périodes effectives

Périodes effectives
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en médecine (médecine nucléaire et biologie médicale)

Classification

Autres références

«  RADIOPROTECTION  » est également traité dans :

LEUCÉMIES

  • Écrit par 
  • Michel LEPORRIER
  •  • 5 011 mots

Dans le chapitre « Quels sont les facteurs connus provoquant ces altérations des gènes des cellules ? »  : […] Les facteurs intervenant dans le processus de leucémogenèse sont mieux connus chez l'animal que chez l'homme. Alors que les virus sont à l'origine de nombreuses leucémies animales, en particulier chez les félidés, les rongeurs, les gallinacés, la recherche de foyers de leucémie humaine évoquant une possible contagiosité a été longtemps infructueuse. Cependant deux rétrovirus, le HTLV 1 et le HT […] Lire la suite

M.O.X. (Mixed Oxide), industrie nucléaire

  • Écrit par 
  • Bernard LAPONCHE
  •  • 1 806 mots

Dans le chapitre « Risques associés à l'utilisation du MOX  »  : […] Le transport du plutonium et la fabrication des combustibles MOX sont des opérations à haut risque. En effet, le plutonium est beaucoup plus radioactif et radiotoxique que l'uranium. En termes de radioprotection, la limite de dose annuelle, fixée par les autorités de radioprotection pour le public, se traduit pour un adulte à l'inhalation d'une quantité de 1 millième de microgramme de plutonium […] Lire la suite

NUCLÉAIRE - Réacteurs nucléaires

  • Écrit par 
  • Jean BUSSAC, 
  • Frank CARRÉ, 
  • Robert DAUTRAY, 
  • Jules HOROWITZ, 
  • Jean TEILLAC
  •  • 12 403 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  Génie nucléaire et sûreté »  : […] Les réacteurs nucléaires ne sont pas les seuls ni même les plus importants ouvrages du génie nucléaire. Certains de leurs composants ont réclamé, pour leur mise au point, une industrie originale. Cela s'applique à l'élaboration de matières ou de métaux nouveaux : eau lourde, zirconium, mais surtout aux différentes phases de transformation du combustible nucléaire. Ces phases sont souvent appelées […] Lire la suite

NUCLÉAIRE - Déchets

  • Écrit par 
  • Pierre BEREST, 
  • Jean-Paul SCHAPIRA
  •  • 10 950 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Contraintes limitant les performances de la transmutation »  : […] L'insertion d'actinides ou de P.F.V.L. dans un réacteur a des effets sur sa réactivité, son fonctionnement et sa sûreté ainsi que sur les opérations du cycle du combustible associé. L'effet de l'insertion d'un noyau à transmuter sur la réactivité dépend de l'importance, pour ce noyau et les noyaux lourds créés, de la fission vis-à-vis de la capture et du nombre moyen de neutrons libérés lors de la […] Lire la suite

PLUTONIUM

  • Écrit par 
  • Daniel CALAIS, 
  • André CHESNÉ
  •  • 3 902 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Toxicité »  : […] La toxicité du plutonium est essentiellement liée à sa radioactivité. Les principaux isotopes du plutonium sont des émetteurs α. Leur rayonnement est très ionisant mais très peu pénétrant. Une feuille de papier l'arrête complètement. Il ne présente donc pas de risques d' irradiation externe. En revanche, si le plutonium est absorbé à la suite d'inhalation, d'ingestion ou d'un passage transcutané […] Lire la suite

POLLUTION

  • Écrit par 
  • François RAMADE
  •  • 20 855 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Conséquences radioécologiques »  : […] La pollution nucléaire se traduit par une augmentation de la quantité d'irradiation à laquelle l'homme est en moyenne soumis dans son environnement par exposition externe ou interne (respiration, alimentation). Cette pollution ajoute en effet son action à celle de l'irradiation naturelle (rayons cosmiques, « vents » solaires, radioactivité de l'air, des roches, etc.) à laquelle tous les êtres viv […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

9-21 novembre 2017 Russie. Détection d'un rejet de ruthénium 106 en Europe.

Le 9, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), organisme public français, publie le résultat de ses investigations consécutives à la détection dans l’atmosphère de l’Europe, en septembre, de faibles traces de ruthénium 106, un radionucléide artificiel. L’IRSN estime que « la zone de rejet la plus plausible se situe entre la Volga et l’Oural » et que celui-ci provient d’« installations du cycle du combustible nucléaire ou de fabrication de sources radioactives ». […] Lire la suite

7-29 avril 2011 Japon. Suites de la catastrophe de Fukushima

Le 29, l'expert de la radioprotection Toshiso Kosako, entré au service du gouvernement à la suite de l'accident de la centrale de Fukushima, annonce sa démission. Il estime que ses conseils ne sont pas pris en compte et dénonce le manque de vision des autorités.  […] Lire la suite

7-22 juillet 2008 France. Incident nucléaire sur le site du Tricastin

L'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire qualifie de « négligeables » les conséquences radiologiques pour les populations, tandis qu'un débat s'engage sur les délais dans lesquels les autorités ont réagi. Plusieurs jours après l'incident, cependant, la nappe phréatique présente un taux de radioactivité anormalement élevé; la cause en est attribuée par l'association Criirad (Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité) à la mauvaise gestion de déchets nucléaires anciens, d'origine militaire, entreposés sur le site, une hypothèse réfutée par l'Autorité de sûreté nucléaire de défense. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude LÉVY, « RADIOPROTECTION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/radioprotection/