RADIOCHIMIE

ANALYTIQUE CHIMIE

  • Écrit par 
  • Alain BERTHOD, 
  • Jérôme RANDON
  •  • 8 878 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Méthodes radiochimiques »  : […] Tout radionucléide émet des rayonnements γ en se décomposant. Il est caractérisé par sa période (demi-vie), qui est le temps nécessaire à la décomposition de la moitié des atomes constituant la population initiale. L'application la plus connue de cette technique est la datation au carbone 14. Lorsqu'un organisme est vivant, l'échange continu de carbone avec le milieu extérieur se traduit par un p […] Lire la suite

CHIMIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Élisabeth GORDON, 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Raymond MAUREL
  •  • 11 163 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les outils et les méthodes de la chimie »  : […] L'une des révolutions les plus importantes du xx e  siècle, et surtout de sa seconde moitié, a été l'introduction dans les laboratoires de chimie de méthodes instrumentales d'analyse et de détermination de structures très performantes. Grâce aux progrès de ces techniques, il est devenu courant d'obtenir, en un temps raisonnable, l'isolement et la détermination complète de la structure des molécu […] Lire la suite

CURIE LES

  • Écrit par 
  • Marcel FRILLEY
  •  • 4 829 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Utilisation des radioéléments en chimie »  : […] Les rayonnements qui caractérisent chaque radioélément permettent de les doser, même dans un mélange ou dans un composé. Ce rôle de traceur a déjà été utilisé avec les radioéléments naturels pour suivre leur évolution (c'est ainsi qu'ont été guidées les recherches tendant à les isoler), et pour suivre des éléments inactifs ayant des propriétés chimiques voisines (entraîneurs). En 1953, Irène et Fr […] Lire la suite

ENTRAÎNEUR, chimie

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 171 mots

Substance que l'on ajoute à un mélange afin d'entraîner un composé présent dans le mélange à l'état de traces. Il s'agit d'une technique particulièrement utilisée en chimie nucléaire. L'efficacité d'un entraîneur est due, le plus souvent, à la similitude de ses propriétés chimiques avec celles du radio-élément à isoler. Il s'ensuit donc que plus cette similitude est grande plus difficile devient l […] Lire la suite

HAHN OTTO (1879-1968)

  • Écrit par 
  • Agnès LECOURTOIS
  •  • 402 mots
  •  • 4 médias

Chimiste allemand, lauréat du prix Nobel (1944) pour ses travaux sur la fission de l'uranium . Né à Francfort, il fait ses études universitaires à Marburg, puis à Munich, où il obtient son doctorat en 1901. Il deviendra le plus grand radiochimiste de l'Allemagne. Tôt attiré par la chimie des radioéléments, il se rend à Londres au laboratoire de William Ramsay (1904-1905), puis chez Rutherford, qui […] Lire la suite

KAMEN MARTIN DAVID (1913-2002)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 878 mots

Martin Kamen naquit à Toronto, le 27 août 1913. En 1930, âgé de dix-sept ans, il est admis à l'université de Chicago et se tourne vers la chimie. Cette discipline l'intéresse et il se met à lire énormément ; parmi ses professeurs, deux prix Nobel de physique, A. Michelson et A. Compton, suscitent particulièrement son enthousiasme. Pour subvenir aux frais de ses études, Kamen joue à cette époque da […] Lire la suite

NUCLÉAIRE MÉDECINE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BARAT, 
  • Dominique DUCASSOU, 
  • Nathalie VALLI
  •  • 5 878 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Développement des radiopharmaceutiques »  : […] La mise au point de générateurs de radio-isotopes reposant sur la production par filiation radioactive des radioéléments servant de marqueurs à de nombreux composés à tropisme sélectif a permis une extension rapide des explorations de la médecine nucléaire. Le technétium 99m constitue le radioélément le plus utilisé dans les services de médecine nucléaire. Il émet un rayonnement γ d'énergie adapt […] Lire la suite

RADIUM

  • Écrit par 
  • Georges BOUISSIÈRES
  •  • 2 336 mots
  •  • 1 média

En 1898, quelques mois après avoir découvert le polonium, Pierre et Marie Curie et leur collaborateur Gustave Bémont, poursuivant l'étude du fractionnement de la pechblende de Joachimsthal (aujourd'hui Jáchymov, en République tchèque), purent révéler l'existence d'un élément d'un comportement chimique voisin de celui du baryum et pour lequel ils proposèrent le nom de radium, en raison de sa propr […] Lire la suite


Affichage 

La table de travail de Hahn

photographie : La table de travail de Hahn

photographie

Le matériel utilisé par les physiciens allemands Otto Hahn (1879-1968) et Fritz Strassmann (1902-1980), en 1938, lorsqu'ils ont découvert le phénomène de la fission d'un noyau d'uranium bombardé par un flux de neutrons 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Otto Hahn

photographie : Otto Hahn

photographie

Otto Hahn (1879-1968), chimiste allemand et lauréat du prix Nobel de chimie, en 1944, pour ses travaux sur la fission de l'uranium 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

La table de travail de Hahn

La table de travail de Hahn
Crédits : Hulton Getty

photographie

Otto Hahn

Otto Hahn
Crédits : Hulton Getty

photographie