RADIOACTIVITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Imagerie médicale : les découvreurs de la radioactivité artificielle

Imagerie médicale : les découvreurs de la radioactivité artificielle
Crédits : Collection Guy Pallardy

photographie

Nucléides connus

Nucléides connus
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Familles radioactives « naturelles »

Familles radioactives « naturelles »
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Scintillateur liquide du détecteur KamLand

Scintillateur liquide du détecteur KamLand
Crédits : Stanford University

photographie


La radioactivité comme source d'énergie

Une réaction de fission, comme celle qui est écrite en (9), est une source d'énergie considérable, de l'ordre de 200 MeV pour des nucléides avec A = 240. Cela signifie que la fission d'1 gramme d'uranium (U) produit autant d'énergie que la combustion de 2,5 tonnes de charbon. La fission spontanée concerne peu de noyaux ; en revanche, on peut provoquer la fission en irradiant par des neutrons un élément dit « fissile ». C'est le cas en particulier de 235U, présent à 0,7 p. 100 dans l'uranium naturel. La fission transite par un état excité de 236U. La réaction (9) produisant en moyenne 2,5 neutrons, on peut utiliser les neutrons produits pour induire une autre réaction de fission, et récupérer au passage une énergie considérable. C'est le principe de la réaction en chaîne.

La fission contrôlée

Dans un réacteur nucléaire en fonctionnement, on garde exactement 1 neutron par fission pour auto-entretenir la réaction, le surplus de neutrons étant absorbé par des matériaux idoines. Plusieurs technologies sont employées. La plupart des réacteurs du parc nucléaire français sont à eau pressurisée (R.E.P., en anglais P.W.R.) ; ils utilisent de l'uranium naturel enrichi à 3 p. 100 en 235U. Les neutrons de fission sont ralentis par un modérateur, afin de provoquer un rendement optimal pour chaque fission. Les réactions de fission produisent aussi toute une gamme de produits, malheureusement radioactifs pour la plupart.

Les bombes

Le principe de la « bombe atomique » est celui d'une fission non contrôlée, le plus souvent à base de 235U ou de 239Pu. Au départ, une fission produit 2 neutrons, qui produisent 2 fissions donnant 4 neutrons, qui produisent 4 fissions donnant 8 neutrons, etc. Le temps de production d'une fission est quasi instantané. La réaction en chaîne entraîne en un temps très bref une quantité gigantesque de fissions responsables d'une énergie libérée phénoménale. Les effets dévastateurs de la bombe sont tout d'abord la chaleur et l'onde de choc au voisinage immédiat de l'explosion. Les effets dus à la radioactivité surviennent [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  RADIOACTIVITÉ  » est également traité dans :

DÉCOUVERTE DE LA RADIOACTIVITÉ NATURELLE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 154 mots

En février 1896, Henri Becquerel (1852-1908) prépare des cristaux de sulfate double d'uranyle et de potassium et, afin d'étudier leur phosphorescence, les place sur une plaque photographique entourée d'un papier. Le soleil étant absent, il enferme ses plaques dans un tiroir. Quelques jours plus tard, il constate qu'elles ont été fortement impressionnées dans le noir. Il en conclut que le sel émet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decouverte-de-la-radioactivite-naturelle/#i_1375

ACTINIUM

  • Écrit par 
  • Georges BOUISSIÈRES
  •  • 928 mots

L'existence dans la pechblende de l' actinium, élément radioactif de numéro atomique 89, fut établie en 1899 par André Louis Debierne, collaborateur de Pierre et Marie Curie qui venaient, un an auparavant, de découvrir, dans ce minerai d'uranium, le polonium et le radium. Son poids n'ayant pu être déterminé, ce n'est qu'une dizaine d'années après sa découverte, lorsque la théorie des transformati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/actinium/#i_1375

ALPHA RAYONNEMENT

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 185 mots

Rayonnement le moins pénétrant émis par les substances radioactives, sous la forme de noyaux d'hélium 4. Il avait été reconnu dès 1903 par Ernest Rutherford comme formé de particules chargées positivement et de masse proche de celle de l'atome d'hélium. La théorie de la désintégration alpha fut proposée en 1927 par George Gamow, Ronald Gurney et Edward U. Condon. La réaction ( A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-alpha/#i_1375

AMÉRICIUM

  • Écrit par 
  • Monique PAGÈS
  •  • 1 390 mots

L' américium (symbole Am) est un élément artificiel qui fait partie d'une série d'éléments lourds découverts depuis 1940, les transuraniens . Comme tous ces éléments, il possède de nombreux isotopes, tous radioactifs. Son numéro atomique, 95, le place, dans la classification périodique, après l'uranium, le neptunium et le plutonium, avec lesquels il présente de nombreuses a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/americium/#i_1375

ARCTIQUE (géopolitique)

  • Écrit par 
  • François CARRÉ
  •  • 6 915 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les enjeux environnementaux  »  : […] Les conditions extrêmes, l'inaccessibilité et la rareté des hommes ont longtemps préservé la nature des régions de haute latitude. Mais, depuis les années 1960, les perturbations anthropiques, liées à une mise en valeur croissante et à la militarisation, s'y multiplient. Les écosystèmes terrestres et marins s'en trouvent altérés et les peuples autochtones, qui vivaient en symbiose étroite avec la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arctique/#i_1375

ARMES - Armes lourdes

  • Écrit par 
  • Alain BRU
  •  • 3 926 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Les armes nucléaires »  : […] À masse égale réagissante, la fission de l'uranium 235 ou du plutonium 239 est dix-huit millions de fois plus énergétique que celle d'un explosif courant, comme le T.N.T. (trinitrotoluène). Mais la rapidité de l' explosion met si vite la charge fissile en configuration non critique que le rendement n'est que de un à quelques dixièmes : le rapport tombe à quelque deux à six […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armes-armes-lourdes/#i_1375

ASTATE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  • , Universalis
  •  • 567 mots

Élément chimique de symbole At et de numéro atomique 85, l'astate (du grec astatos , instable) a autrefois été appelé ékaiode (car ses propriétés chimiques se rapprochent de celles de l'iode, l'halogène qui le précède dans le tableau périodique) et alabame. Les Anglo-Saxons le nomment astatine . Dernier élément du groupe des halogènes dont la place dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astate/#i_1375

BECQUEREL ANTOINE HENRI (1852-1908)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 524 mots

Né le 15 décembre 1852 à Paris, Henri Becquerel était le fils d'Alexandre Edmond et le petit-fils d'Antoine César Becquerel, tous deux physiciens ayant développé l'étude de la phosphorescence au laboratoire de physique du Muséum d'histoire naturelle. Il partageait son temps entre l'enseignement à l'École polytechnique et quelques travaux de recherche sans grand relief. Comme son fils Jean, lui aus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-henri-becquerel/#i_1375

BERKÉLIUM

  • Écrit par 
  • Marc LEFORT, 
  • Monique PAGÈS
  •  • 979 mots

Dans le chapitre « Isotopes »  : […] Comme tous les éléments transuraniens, le berkélium possède plusieurs isotopes qui sont tous radioactifs. Les deux plus intéressants pour la détermination des propriétés chimiques de l'élément sont probablement les isotopes de nombre de masse 247 et 249, qui ont des durées de vie assez élevées. En particulier l'émetteur alpha 247 Bk dont la demi-vie est de 1 400 ans rendr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/berkelium/#i_1375

BÊTA RAYONNEMENT

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 172 mots

Forme de radioactivité dans laquelle un noyau émet un électron et un antineutrino (rayon bêta moins) ou un positron et un neutrino (rayon bêta plus). Ce processus donne naissance à un autre noyau ayant un neutron de moins et un proton de plus que le noyau initial. Les travaux de Wolfgang Pauli, Francis Perrin et Enrico Fermi permirent de comprendre en 1932-1934 que la désintégration bêta moins ét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-beta/#i_1375

FUKUSHIMA-DAIICHI CATASTROPHE NUCLÉAIRE DE

  • Écrit par 
  • Karine HERVIOU
  •  • 2 586 mots
  •  • 2 médias

Le 11 mars 2011, un séisme de magnitude 9 s'est produit à 80 kilomètres au large des côtes nord-est de l'île d'Honshū au Japon. Il a engendré un tsunami d'une amplitude exceptionnelle. Ces événements naturels, qui ont fait quelque vingt mille victimes, ont provoqué à la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, située à 145 kilomètres au sud-ouest de l'épicentre, une véritable catastrophe nucléair […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catastrophe-nucleaire-de-fukushima-daiichi/#i_1375

CATASTROPHE NUCLÉAIRE DE FUKUSHIMA-DAIICHI, en bref

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 313 mots

Le 11 mars 2011, un puissant tremblement de terre (magnitude 9) se produit à 80 kilomètres au large de Honshū, l'île principale du Japon, dans le Pacifique. Le séisme provoque la coupure de l'alimentation électrique de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, entraînant l' arrêt automatique des réacteurs. Le tsunami exceptionnel provoqué par le séisme vient, une heure après, noyer les install […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catastrophe-nucleaire-de-fukushima-daiichi-en-bref/#i_1375

CATASTROPHE NUCLÉAIRE DE TCHERNOBYL

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RAFFIN
  •  • 587 mots
  •  • 2 médias

Le 26 avril 1986, l'un des réacteurs de la centrale nucléaire de Tchernobyl (Ukraine) explose. En quelques jours, les éléments radioactifs rejetés dans l'atmosphère contaminent une bonne partie de l'Europe sans que toutes les précautions puissent être prises . En effet, les autorités soviétiques attendront 48 heures pour reconnaître l'accident. Les autorités françaises, niant que le nuage radioact […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catastrophe-nucleaire-de-tchernobyl/#i_1375

CONTAMINATIONS RADIOACTIVES

  • Écrit par 
  • René NOTO
  •  • 894 mots

La contamination radioactive correspond à la présence accidentelle de substances radioactives à la surface ou à l'intérieur du corps humain. La contamination externe peut être directe par dépôt, sur la peau saine et les phanères, de particules solides ou de gouttelettes de liquides ayant un certain taux de radioactivité ; elle peut être également indirecte par l'intermédiair […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contaminations-radioactives/#i_1375

CURIE LES

  • Écrit par 
  • Marcel FRILLEY
  •  • 4 829 mots
  •  • 5 médias

Dans l'histoire de la radioactivité, depuis sa découverte et pendant les soixante années qui suivirent, le nom des Curie s'inscrit au premier plan. Les plus éminents représentants de cette famille de savants français ont été Pierre Curie (1859-1906), sa femme Marie Curie née Sklodowska (1867-1934), leur fille Irène (1897-1956) devenue en 1926 la femme de Frédéric Joliot (1900-1958). Pierre et Mari […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-curie/#i_1375

DE LA RADIOACTIVITÉ À LA FISSION DE L'ATOME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Robert DAUTRAY
  •  • 867 mots

1896 Après la découverte des rayons X par le physicien allemand Wilhelm C. Röntgen en 1895, de nombreux savants recherchent des sources naturelles de rayons X. Le physicien français Henri Becquerel découvre fortuitement que des sels d'uranium émettent des rayons nouveaux, qu'il appelle « uraniques ». 1897 Joseph J. Thomson et divers savants b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-la-radioactivite-a-la-fission-de-l-atome-reperes-chronologiques/#i_1375

DIAGRAPHIES, géophysique

  • Écrit par 
  • Oberto SERRA
  •  • 6 080 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Radioactivité naturelle »  : […] La radioactivité naturelle est mesurée à l'aide d'un compteur à scintillation descendu au bout d'un câble (l'unité employée est l'A.P.I., pour American Petroleum Institute). La radioactivité gamma naturelle est liée à la présence dans les roches d'isotopes radioactifs émetteurs de rayons gamma appartenant à la famille des trois éléments radioactifs à longue période – le potassium […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diagraphies-geophysique/#i_1375

DILUTION ISOTOPIQUE

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 329 mots

En essayant de séparer le radioplomb (Ra D) du plomb inactif dans un échantillon de plomb, G. de Hevesy s'aperçut que cette séparation était impossible à réaliser par les méthodes habituelles. Il eut l'idée d'utiliser le Ra D fortement dilué dans le plomb ordinaire comme indicateur radioactif de ce dernier (traceur), dont la présence était révélée par son compagnon radioacti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dilution-isotopique/#i_1375

EAUX MINÉRALES & THERMOMINÉRALES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre GIBERT
  •  • 1 375 mots
  •  • 1 média

Naturelles, les eaux minérales sont des eaux spécifiquement caractérisées par leur teneur en sels dissous, leur température et les gaz qu'elles contiennent. Du fait de leur composition, où interviennent encore des éléments en traces, les eaux minérales ont souvent une action bénéfique du type homéopathique dans le traitement de certaines maladies. La dégradation des propriétés thérapeutiques de be […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eaux-minerales-et-thermominerales/#i_1375

FERMI ENRICO (1901-1954)

  • Écrit par 
  • P. M. HEIMANN, 
  • Eduardo de RAFAEL
  •  • 1 830 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Recherches sur le noyau de l'atome »  : […] Fermi s'intéressa ensuite au problème de la constitution du noyau atomique, et particulièrement à sa désintégration β (émission d'électrons par des noyaux radioactifs). Pour fournir une explication de ce phénomène qui rende compte de la loi de conservation de l'énergie, Wolfgang Pauli avait imaginé que des particules hypothétiques étaient émises en même temps que les él […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enrico-fermi/#i_1375

GAMMA RAYONNEMENT

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 128 mots

Rayonnement électromagnétique de grande énergie dû à une désexcitation d'un noyau atomique. Il est d'abord observé en 1900 par le chimiste français Paul Ulrich Villard (1860-1934) comme l'émission par un échantillon de radium de rayons au pouvoir pénétrant très supérieur à celui des rayons β. Henri Becquerel confirme très rapidement cette découverte dans son laboratoire du Jardin des Plantes. Vil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-gamma/#i_1375

GAMOW GEORGE (1904-1968)

  • Écrit par 
  • Viorel SERGIESCO
  •  • 164 mots

Né à Odessa (Ukraine), Gamow vient en 1928 à Göttingen, où il utilise la mécanique quantique pour faire une théorie de la radioactivité α. C'est à Copenhague, l'année suivante, qu'il propose le modèle nucléaire en goutte liquide, encore utilisé pour expliquer la fission et la fusion nucléaires. Professeur à Washington en 1934, Gamow collabore avec Edward Teller pour formuler la théorie de l'émissi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-gamow/#i_1375

GAZ RARES ou GAZ NOBLES

  • Écrit par 
  • Paul ALLAMAGNY, 
  • Albert LACAZE, 
  • Nathalie LEMAITRE
  • , Universalis
  •  • 3 906 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Le radon en France : émission et surveillance »  : […] Le radon est aujourd'hui considéré comme la principale source d'exposition radiologique naturelle pour l'homme. C'est un gaz inerte issu de la désintégration radioactive du radium. On le trouve plus particulièrement dans les régions à sous-sol cristallin (granite, pegmatite) où l'uranium, le thorium et le radium sont présents en relativement fortes teneurs. Son taux d'exhalation à l'interface sol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaz-rares/#i_1375

GEIGER HANS WILHELM (1882-1945)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 393 mots

Physicien allemand qui a laissé son nom au compteur de particules utilisé couramment pour la détection de la radioactivité. Après des études à Munich et à Erlangen, Hans Wilhelm Geiger, né le 30 septembre 1882 à Neustadt (Allemagne), soutient sa thèse de doctorat en 1906 sur l'étude des décharges électriques dans les gaz. En 1907, il rejoint l'université de Manchester (Grande-Bretagne), où il coll […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-wilhelm-geiger/#i_1375

GÉOCHIMIE

  • Écrit par 
  • Marie-Laure PONS
  •  • 2 060 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Isotopes radioactifs »  : […] Un isotope radioactif est constitué d'un noyau atomique instable qui se désintègre spontanément en un noyau plus stable (isotope radiogénique) en émettant de l'énergie sous forme d'un rayonnement. Par exemple, lors du processus de désintégration β , le noyau instable père émet un électron (particule β ) et un antineutrino (ν). C'est le cas du c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geochimie/#i_1375

GÉOCHRONOLOGIE ou DATATION, géologie

  • Écrit par 
  • René LÉTOLLE
  •  • 1 909 mots
  •  • 3 médias

La géochronologie est la branche de la géologie qui a pour objet la datation des diverses formations de la croûte terrestre. À côté de la géochronologie « relative », fondée essentiellement sur la stratigraphie et le paléomagnétisme, la géochronologie « absolue » et, plus précisément, la radiochronologie visent à obtenir des estimations quantitatives de l'âge des événements géologiques. On expose […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geochronologie-datation/#i_1375

GÉOTHERMIE

  • Écrit par 
  • Jean GOGUEL, 
  • Jacques VARET
  •  • 14 585 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La distribution des températures dans l'intérieur du globe »  : […] De ce qui précède, il résulte qu'on ne sait pas quelle est la valeur du flux à la base de l'écorce, lequel correspond à une fraction seulement de sa valeur à la surface, compte tenu de la chaleur produite par les éléments radioactifs contenus dans celle-ci. Il n'est pas non plus possible d'affirmer que ce flux est constant, car ses variations éventuelles, à cause de l'inertie thermique de l'écorc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geothermie/#i_1375

HEVESY DE HEVES GEORGE (1885-1966)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 499 mots

Chimiste suédois d'origine hongroise né à Budapest et mort à Fribourg-en-Brisgau, lauréat du prix Nobel de chimie (1943) « pour ses travaux sur l'emploi des isotopes comme indicateurs dans l'étude des processus chimiques ». Hevesy de Heves fait ses études secondaires au gymnase de sa ville natale, entre ensuite à l'université de Budapest, continue à l'École polytechnique de Berlin et obtient son d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-hevesy-de-heves/#i_1375

I.N.E.S. (International Nuclear Event Scale) ÉCHELLE

  • Écrit par 
  • Bernard LAPONCHE
  •  • 536 mots

L' échelle I.N.E.S. est un outil qui permet de classer les événements nucléaires selon leur gravité. Utilisée au plan international depuis 1991, elle s'appuie à la fois sur des critères objectifs et des critères qualitatifs. Elle a pour but de faciliter la perception par les médias et le public de l'importance des incidents et accidents nucléaires. L'Autorité de sûreté nucléaire (A.S.N.) souligne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/international-nuclear-event-scale/#i_1375

INTERACTIONS (physique) - Interaction électrofaible

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 2 109 mots
  •  • 4 médias

La première manifestation de l'interaction nucléaire faible qu'on a observée est la désintégration β de certains noyaux atomiques. Cette transmutation d'un élément vers un autre provient de la transformation d'un neutron en un proton avec émission d'un électron et d'un antineutrino. La radioactivité β + est une réaction très semblable où un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interactions-physique-interaction-electrofaible/#i_1375

IODE

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 2 691 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Isotopes »  : […] L' iode, élément lourd, ne compte pas moins de 37 isotopes, dont un seul, 127 I, est stable. Certains, comme 131 I, servent de traceurs en médecine. Pénétrant dans les cellules thyroïdiennes, ce dernier effectue une radiothérapie endogène, ou seulement une exploration d'éventuelles tumeurs par scintigraphie. Autre isotope important pour ses applica […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iode/#i_1375

JOLIOT-CURIE FRÉDÉRIC (1900-1958)

  • Écrit par 
  • Agnès LECOURTOIS
  •  • 957 mots
  •  • 3 médias

Physicien français, né et mort à Paris. Ingénieur de l'École de physique et de chimie industrielles de la Ville de Paris, où il reçut l'enseignement de Paul Langevin, Jean Frédéric Joliot décide de se consacrer à la recherche scientifique et entre en 1925 à l'Institut du radium, dirigé par Marie Curie, dont il épouse, en 1926, la fille Irène . Enseignant à l'école d'électricité industrielle Charli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-joliot-curie/#i_1375

LOI DE PROGRAMME RELATIVE À LA GESTION DURABLE DES MATIÈRES ET DÉCHETS RADIOACTIFS

  • Écrit par 
  • Pierre BEREST
  •  • 830 mots

La loi de programme relative à la gestion durable des matières et déchets radioactifs en France est promulguée le 28 juin 2006. Cette date marque une étape significative. En 1990, devant les difficultés rencontrées dans la recherche de sites propres au stockage des déchets radioactifs, Michel Rocard, alors Premier ministre, confiait à des parlementaires une mission de réflexion qui conduisait à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loi-de-programme-relative-a-la-gestion-durable-des-matieres-et-dechets-radioactifs/#i_1375

MCMILLAN EDWIN MATTISON (1907-1991)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 442 mots

Physicien américain né à Redondo Beach (Californie) et mort à El Cerrito (Californie). Il a reçu, avec Glenn Theodore Seaborg le prix Nobel de chimie (1951) pour ses découvertes dans le domaine de la chimie des éléments transuraniens. Après des études au California Institute of Technology (Caltech) et à Princeton, Edwin Mattison McMillan obtient son doctorat en 1932. Il est nommé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edwin-mattison-mcmillan/#i_1375

MEITNER LISE (1878-1968)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 219 mots
  •  • 1 média

Physicienne et chimiste nucléaire autrichienne. Après des études à Vienne où elle était née, Lise Meitner se rend, en 1907, à Berlin pour y recevoir l'enseignement de Max Planck, qui, en introduisant, en 1900, le « quantum d'action », avait jeté les bases de l'ancienne théorie des quanta. Elle travaille ensuite avec Otto Hahn au Kaiser Wilhelm Institut ; ils découvrent ensemble l'existence de grou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lise-meitner/#i_1375

MISSILES

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 5 086 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les missiles de croisière »  : […] En 1981, les États-Unis ont introduit un nouveau type de missile stratégique dans leurs arsenaux : les missiles de croisière, sortes d'avions sans pilote. Au contraire des missiles balistiques dont le temps de propulsion est de quelques minutes et qui sortent de l'atmosphère terrestre, les missiles de croisière ont des temps de vol de plusieurs heures et naviguent à quelques dizaines de mètres au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/missiles/#i_1375

M.O.X. (Mixed Oxide), industrie nucléaire

  • Écrit par 
  • Bernard LAPONCHE
  •  • 1 806 mots

Dans le chapitre « Risques associés à l'utilisation du MOX  »  : […] Le transport du plutonium et la fabrication des combustibles MOX sont des opérations à haut risque. En effet, le plutonium est beaucoup plus radioactif et radiotoxique que l'uranium. En termes de radioprotection, la limite de dose annuelle, fixée par les autorités de radioprotection pour le public, se traduit pour un adulte à l'inhalation d'une quantité de 1 millième de microgramme de plutonium […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/m-o-x-mixed-oxide-industrie-nucleaire/#i_1375

NESTERENKO VASSILI (1934-2008)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 933 mots

Le physicien biélorusse Vassili Borissovitch Nesterenko restera dans l'Histoire comme un ardent défenseur des victimes de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Né le 2 décembre 1934, dans le village de Krasny Kout, dans la province de Lugansk, en Ukraine, Nesterenko est diplômé de l'université de technologie de Moscou en 1958 puis suit les cours supérieurs de l'Institut des moteurs de l'Académi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vassili-nesterenko/#i_1375

NEUTRON

  • Écrit par 
  • Bernard SILVESTRE-BRAC
  •  • 2 268 mots

Dans le chapitre « Propriétés du neutron »  : […] La nouvelle particule suscite l'enthousiasme durant les années qui suivent sa découverte ; les physiciens veulent en cerner toutes les propriétés. Elle est sensible à toutes les interactions de la nature. Pour diverses raisons, il devient patent que le neutron est une particule à part entière et non un état lié p-e. La physique nucléaire démarre sur des bases saines, mais demande bien sûr une meil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neutron/#i_1375

NUCLÉAIRE - Réacteurs nucléaires

  • Écrit par 
  • Jean BUSSAC, 
  • Frank CARRÉ, 
  • Robert DAUTRAY, 
  • Jules HOROWITZ, 
  • Jean TEILLAC
  •  • 12 397 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Génie nucléaire et sûreté »  : […] Les réacteurs nucléaires ne sont pas les seuls ni même les plus importants ouvrages du génie nucléaire. Certains de leurs composants ont réclamé, pour leur mise au point, une industrie originale. Cela s'applique à l'élaboration de matières ou de métaux nouveaux : eau lourde, zirconium, mais surtout aux différentes phases de transformation du combustible nucléaire. Ces phases sont souvent appelées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-reacteurs-nucleaires/#i_1375

NUCLÉAIRE - Cycle du combustible

  • Écrit par 
  • Bernard BOULLIS, 
  • Noël CAMARCAT
  •  • 7 074 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le procédé Purex de retraitement »  : […] Le procédé mis en œuvre pour retraiter les combustibles nucléaires usés est aujourd'hui, de façon quasi exclusive, le procédé Purex (Plutonium Uranium Refining by Extraction). Fondé sur l'extraction sélective de l'uranium et du plutonium par un composé organique, le phosphate tributylique (TBP), il est aujourd'hui fort de près de soixante-dix années d'études et de développement. Le concept a été […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-cycle-du-combustible/#i_1375

NUCLÉAIRE - Applications civiles

  • Écrit par 
  • Pierre BACHER
  •  • 6 686 mots
  •  • 9 médias

Le nucléaire civil couvre de nombreux domaines faisant appel, d'une part, à la radioactivité et aux rayonnements ionisants, et, d'autre part, à la production d'énergie par fission d'atomes lourds ou fusion d'atomes légers. Parmi les applications de la radioactivité, outre de multiples domaines de la recherche, la plus importante est probablement l'utilisation des rayonnements à des fins médicales […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-applications-civiles/#i_1375

NUCLÉAIRE - Applications militaires

  • Écrit par 
  • Paul BOUÉ, 
  • Thierry MASSARD, 
  • François OLIVE
  •  • 8 604 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Moyens offensifs et défensifs »  : […] Parmi les moyens offensifs, les plus difficiles à intercepter sont les charges multiples qui saturent la défense et les missiles de croisière qui approchent leurs cibles au ras du sol. Face à ces menaces, la tâche des défenseurs n'est pas aisée et leurs acquis toujours remis en question. C'est dire l'importance d'une surveillance vigilante et d'une détection précoce qui justifient l'ampleur croiss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-applications-militaires/#i_1375

NUCLÉAIRE - Déchets

  • Écrit par 
  • Pierre BEREST, 
  • Jean-Paul SCHAPIRA
  •  • 10 946 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les risques radiologiques à long terme induits par les déchets »  : […] Les corps à vie longue des combustibles usés présentent des risques radiologiques pour l'homme, liés aux rayonnements nucléaires qu'ils émettent. Comme la transmutation vise à réduire des effets à très long terme, on ne considérera ici que le risque par ingestion, la voie la plus probable de retour vers l'homme de produits radioactifs stockés en couches géologiques profondes et qui auraient été t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-dechets/#i_1375

NUCLÉAIRE - Démantèlement des installations

  • Écrit par 
  • Francis LAMBERT
  •  • 3 141 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Enjeux et stratégie »  : […] En France, plus de cent soixante installations nucléaires civiles ont été construites et exploitées, parmi lesquelles une vingtaine ont déjà été démantelées et sont sorties de la nomenclature des installations nucléaires de base, et plus d'une vingtaine sont arrêtées, en préparation ou en cours de démantèlement. Environ cent vingt installations sont donc actuellement en opération en France. Ces ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-demantelement-des-installations/#i_1375

NUCLÉAIRE - Sûreté des centrales nucléaires

  • Écrit par 
  • Bernard LAPONCHE
  •  • 2 314 mots

Dans le chapitre « Accident nucléaire grave et accident nucléaire majeur »  : […] Des dispositifs considérables sont nécessaires pour que, en toutes circonstances, les éléments radioactifs contenus dans les éléments combustibles du réacteur ne puissent s'en échapper et, par conséquent, irradier ou contaminer les travailleurs de la centrale et les populations environnantes. Dans les réacteurs à eau, cette protection est assurée par trois barrières : la gaine des combustibles, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-surete-des-centrales-nucleaires/#i_1375

NUCLÉAIRE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 4 103 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le cycle du combustible et les déchets nucléaires »  : […] La fabrication du combustible puis son retraitement après utilisation dans les réacteurs nucléaires constituent le cycle du combustible. Un déchet radioactif correspond à la matière radioactive qui ne peut plus être ni recyclée ni réutilisée, et doit donc être stockée. En fonction de sa composition, il est plus ou moins dangereux pendant plus ou moins longtemps. Sa dangerosité dépend de son carac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire/#i_1375

NUCLÉAIRE (PHYSIQUE) - Les principes physiques

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 3 108 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Outil de datation »  : […] L' utilisation de la radioactivité comme moyen de datation fut suggérée dès 1912 par Rutherford. La datation au carbone 14, par exemple, repose sur un principe simple : cet isotope est présent dans la biosphère grâce au bombardement des particules cosmiques sur les noyaux d'azote, et le taux de formation compense sa disparition radioactive. Tant qu'un organisme est vivant, il fixe cet isotope aus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-physique-les-principes-physiques/#i_1375

NUCLÉAIRE (PHYSIQUE) - Isotopes

  • Écrit par 
  • René BIMBOT, 
  • René LÉTOLLE
  •  • 5 429 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Production et détection des isotopes artificiels »  : […] Par opposition avec les isotopes « naturels » qu'on peut trouver sur la Terre, on appelle « artificiels » les isotopes radioactifs (radio-isotopes) que l'on ne peut obtenir que par réactions nucléaires. Remarquons que ces isotopes peuvent également exister dans la nature, au sein des étoiles, comme les observations spectrales l'ont établi pour l'élément technétium, et que leur période de désinté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-physique-isotopes/#i_1375

NUCLÉAIRE (PHYSIQUE) - Faisceaux d'ions lourds

  • Écrit par 
  • Marc LEFORT, 
  • Bernard PIRE
  •  • 7 204 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Synthèse par ions lourds de nouvelles espèces »  : […] La stabilité d'un noyau disposant de Z protons n'est assurée que pour un nombre de neutrons N très strictement limité. Le rapport N / Z est un critère très sensible de la stabilité. Pour les éléments légers (carbone, azote, oxygène, etc.), l' énergie de liaison des nucléons est la plus grande lorsque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-physique-faisceaux-d-ions-lourds/#i_1375

PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Fermions

  • Écrit par 
  • Jean-Eudes AUGUSTIN, 
  • Michel PATY, 
  • Bernard PIRE
  •  • 16 242 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Mesures directes de la masse »  : […] Toutes les expériences de mesure directe de la masse des neutrinos ont fourni, sauf une, des limites supérieures compatibles avec une masse nulle. La mesure de Liubimov, donnant m ν e  ≃ 20-30 eV, n'a pas été confirmée par d'autres mesures ultérieures (le tritium étudié se trouvait déposé dans des substances chimiques complexes, des molécules de valine, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-elementaires-fermions/#i_1375

PAULING LINUS CARL (1901-1994)

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 2 388 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La lutte contre les essais nucléaires »  : […] En pleine guerre froide, la lutte de Pauling contre les essais nucléaires dans l'atmosphère eut deux aspects : l'action du citoyen militant pour leur cessation, dans un esprit de pacifisme et de désarmement généralisé, et l'analyse scientifique des arguments avancés par les tenants des essais d'armes nucléaires. Ces derniers minimisaient les effets nocifs des retombées radioactives. Ils s'efforça […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linus-carl-pauling/#i_1375

PEREY MARGUERITE (1909-1975)

  • Écrit par 
  • Paul FRANÇOIS
  •  • 878 mots

Physicienne et chimiste française, née à Villemomble et morte à Louciennes, Marguerite Perey obtint en 1929 un diplôme de chimiste et fut engagée par Marie Curie, qui fit d'elle sa préparatrice particulière. Les qualités qui avaient déterminé ce choix se déployèrent au cours d'une étude délicate qui conduisit Marguerite Perey à la découverte en 1939 du premier isotope de l'élément correspondant à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marguerite-perey/#i_1375

PHÉBUS P.F.

  • Écrit par 
  • Michel SCHWARZ
  •  • 2 880 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'installation expérimentale  »  : […] L'installation située au Centre d'études de Cadarache se compose de deux éléments principaux  : le réacteur nucléaire Phébus, avec son système de refroidissement associé, et le circuit expérimental dans lequel les conditions d'un accident grave sont reproduites. L'installation est également dotée de moyens d'investigation non destructifs performants qui permettent aux chercheurs de dresser un prem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phebus-p-f/#i_1375

PLUTONIUM

  • Écrit par 
  • Daniel CALAIS, 
  • André CHESNÉ
  •  • 3 901 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Toxicité »  : […] La toxicité du plutonium est essentiellement liée à sa radioactivité. Les principaux isotopes du plutonium sont des émetteurs α. Leur rayonnement est très ionisant mais très peu pénétrant. Une feuille de papier l'arrête complètement. Il ne présente donc pas de risques d' irradiation externe. En revanche, si le plutonium est absorbé à la suite d'inhalation, d'ingestion ou d'un passage transcutané […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plutonium/#i_1375

POLLUTION

  • Écrit par 
  • François RAMADE
  •  • 20 844 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le problème des déchets radioactifs »  : […] Le problème des déchets radioactifs constitue la question la plus préoccupante associée au développement de l'énergie nucléaire eu égard aux masses considérables de combustibles irradiés qui devront être retraitées. Au niveau des usines de retraitement, la plupart des radionucléides sont contenus dans des effluents liquides. Ceux-ci sont concentrés et stockés dans des récipients étanches afin de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pollution/#i_1375

POLONIUM

  • Écrit par 
  • Georges BOUISSIÈRES, 
  • Universalis
  •  • 2 967 mots
  •  • 2 médias

Le polonium (symbole Po, numéro atomique 84) est un élément radioactif découvert par Pierre et Marie Curie, en 1898, dans la pechblende de Joachimsthal (aujourd’hui Jáchymov, en République tchèque) . Ayant observé que la radioactivité des minerais d'uranium était supérieure à celle que l'on pouvait attendre d'après leur teneur, ils entreprirent des traitements chimiques sur la pechblende pour isol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polonium/#i_1375

PROTACTINIUM

  • Écrit par 
  • Robert GUILLAUMONT
  •  • 1 882 mots
  •  • 1 média

Le protactinium (Pa) est l'élément chimique de numéro atomique 91. Tous ses isotopes sont radioactifs ; deux d'entre eux, 231 Pa et 234 Pa, existent dans la nature associés à la géochimie de l' uranium. L'isotope de masse 231, émetteur α de demi-vie T 1/2  = 32 760 ans, appartient à la famille radioactive 4 n  + 3 engendrée pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protactinium/#i_1375

RADIOACTIVITÉ EXOTIQUE ou RADIOACTIVITÉ PAR IONS LOURDS

  • Écrit par 
  • Gérard ARDISSON
  •  • 2 348 mots
  •  • 4 médias

En 1984, soit cinquante ans après la découverte de la radioactivité artificielle par Irène et Frédéric Joliot-Curie et sensiblement un siècle après celle de la radioactivité naturelle (émission de particules α) par Henri Becquerel, les deux physiciens anglais H. J. Rose et G. A. Jones affirmaient avoir mis en évidence un nouveau type de radioactivité, dite exotique : l'émission de noyaux de carbon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radioactivite-exotique-radioactivite-par-ions-lourds/#i_1375

RADIOPROTECTION

  • Écrit par 
  • Claude LÉVY
  •  • 2 470 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Rayons ionisants et matière vivante »  : […] Lors de son parcours dans la matière, le rayonnement (ou la particule ionisante) épuise, partiellement ou totalement, l'énergie cinétique dont il est vecteur. La « densité linéaire de perte d'énergie » est le transfert linéaire d'énergie (TLE). Les rayonnements à parcours limité ( α, β) perdent toute leur énergie en traversant la matière et peuvent donc être éventuellement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radioprotection/#i_1375

RADIUM

  • Écrit par 
  • Georges BOUISSIÈRES
  •  • 2 336 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Propriétés chimiques »  : […] Conformément à sa position dans le groupe IIa de la classification périodique, la structure électronique du radium est : [Rn] + 7 s 2 . C'est l'élément le plus électropositif des métaux alcalino-terreux. Le potentiel normal calculé du couple Ra 2+ /Ra est E H  = — 2,92 V ; le potentiel de demi-vague correspondant à la décharge […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radium/#i_1375

RADON

  • Écrit par 
  • Nathalie LEMAITRE
  •  • 378 mots

Le radon est aujourd'hui considéré comme la principale source d'exposition radiologique naturelle pour l'homme. C'est un gaz inerte issu de la désintégration radioactive du radium. On le trouve plus particulièrement dans les régions à sous-sol cristallin (granite, pegmatite) où l'uranium, le thorium et le radium sont présents en relativement fortes teneurs. Son taux d'exhalation à l'interface sol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radon/#i_1375

RUTHERFORD ERNEST lord (1871-1937)

  • Écrit par 
  • Agnès LECOURTOIS
  •  • 643 mots

Physicien anglais, lauréat du prix Nobel de chimie en 1908, dont les recherches sur les rayonnements et la structure atomique ont ouvert la voie aux développements ultérieurs de la physique nucléaire du xx e siècle. Né à Nelson (Nouvelle-Zélande), il y effectue ses études secondaires ; boursier de l'université de Nouvelle-Zélande à Wellington, où […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernest-rutherford/#i_1375

SANTÉ ET ENVIRONNEMENT

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 7 721 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les catastrophes industrielles »  : […] Si l'implantation d'usines a été longtemps la cause du développement des espaces urbains, des accidents sur ces sites industriels urbains ou périurbains ont montré de manière répétitive la dangerosité de la cohabitation. En juillet 1976, une explosion dans l'usine de Seveso, en Italie, libère plusieurs kilogrammes de dioxine dans l'atmosphère et contamine le sol. Les effets immédiats sur l'écosys […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sante-et-environnement/#i_1375

SODDY FREDERICK (1877-1956)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 464 mots

Chimiste anglais né à Eastbourne et mort à Brighton (Angleterre). Après des études à Oxford, Soddy part pour le Canada. Il travaille à Montréal avec Ernest Rutherford qui étudie les propriétés radioactives de l'uranium, du thorium et du radium. Le premier résultat de leur collaboration est la théorie de la désintégration atomique : ils suggèrent que chaque atome radioactif se brise en formant un a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederick-soddy/#i_1375

SOLS - Dégradation des sols

  • Écrit par 
  • Mireille DOSSO
  •  • 4 892 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La dégradation chimique »  : […] La dégradation chimique des sols concerne aussi bien sa phase minérale que sa phase organique. Les principales manifestations de la dégradation chimique des sols sont les suivantes : –  La perte d'éléments nutritifs et/ou de matière organique . Ce phénomène, fréquent, intervient lorsque les exportations de ces substances lors de la récolte des cultures ne sont pas compensées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sols-erosion/#i_1375

TCHERNOBYL

  • Écrit par 
  • François-Xavier COGNÉ, 
  • Roland MASSE
  •  • 6 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le devenir de la centrale de Tchernobyl »  : […] L'arrêt définitif du dernier réacteur de la centrale de Tchernobyl, le 15 décembre 2000, constitue une étape importante dans la diminution des risques que cette installation continue de faire courir aux populations et à l'environnement. Il n'a pu être obtenu qu'après de longues discussions entre les autorités ukrainiennes et différentes instances internationales, notamment le G7 (groupe des sept […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tchernobyl/#i_1375

THREE MILE ISLAND

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 445 mots
  •  • 1 média

Le 28 mars 1979, l'un des plus importants accidents de l'histoire de l'énergie électronucléaire s'est produit dans la centrale nucléaire de Three Mile Island, proche d'Harrisburg, (Pennsylvanie). Il a eu lieu dans le réacteur n o  2 d'une puissance de 900 mégawatts électriques, de type P.W.R. (Pressurised Water Reactor), qui avait été mis en service en décembre 1978. Comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/three-mile-island/#i_1375

TŌKAI-MURA ACCIDENT NUCLÉAIRE DE (30 sept. 1999)

  • Écrit par 
  • Yves LEERS
  •  • 441 mots
  •  • 1 média

Un accident de criticité, c'est-à-dire le déclenchement incontrôlé d'une réaction de fission en chaîne au sein d'un milieu contenant des matières fissiles, s'est produit le 30 septembre 1999 au Japon, à Tōkai-Mura (310 000 habitants, 140 km au nord-est de Tōkyō), dans l'usine de fabrication de combustible nucléaire de la compagnie privée J.C.O. (Japan Nuclear Fuel Conversion Co.). C'est un des tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/accident-nucleaire-de-tokai-mura/#i_1375

TRITIUM

  • Écrit par 
  • Akli HAMMADI
  •  • 1 067 mots
  •  • 1 média

En 1934, Ernest Rutherford découvre l'existence du tritium. En bombardant une cible de deutérium par des deutons (noyaux de deutérium), il observe l'émission de neutrons et de protons qu'il attribue à la formation d'un isotope de masse trois de l'hélium ( 3 He) et de l'isotope de masse trois de l'hydrogène ( 3 H). Quelques années plus tard, en 193 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tritium/#i_1375

URANIUM

  • Écrit par 
  • Bernard BOUDOURESQUES, 
  • Jean CARALP, 
  • Jeanne LEHMANN, 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 6 230 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Propriétés nucléaires »  : […] L'uranium possède trois isotopes naturels ( 238 U, de demi-vie 4,468 × 10 9  ans ; 235 U, de demi-vie 7,04 × 10 8  ans ; 234 U, de demi-vie 2,455 × 10 5  ans) radioactifs qui se désintègrent en émettant des rayonnements et 23 isotopes artificiels, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/uranium/#i_1375

WU CHIEN-SHIUNG (1912-1997)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 653 mots

La physicienne Chien-Shiung Wu est décédée à New York le 16 février 1997. Née le 31 mai 1912 près de Shanghai (Chine), elle commença ses études en Chine à l'université de Nanjing puis rejoignit l'université de Californie à Berkeley où elle obtint son doctorat de physique en 1940. Sa participation au projet Manhattan fut décisive dans le domaine de l'enrichissement de l'uranium en isotope fissile […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wu-chien-shiung-1912-1997/#i_1375

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard SILVESTRE-BRAC, « RADIOACTIVITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/radioactivite/