RADIO-IMMUNOLOGIE

La méthode

Principe

Le principe de la technique radio-immunologique repose sur la compétition entre un antigène non marqué Ag0 (que l'on veut doser) et un antigène marqué Ag* (choisi identique) pour les anticorps spécifiques Ac :

où Ag* et Ac sont apportés en quantité constante. Ag* se fixe à l'anticorps en fonction de la quantité de Ag0.

Dosage de l'insuline

Dosage de l'insuline

dessin

Principe du dosage radio-immunologique de l'insuline. Ce diagramme montre que la réaction insuline-anticorps anti-insuline est une réaction d'équilibre obéissant à la loi d'action de masse. L'insuline non marquée est compétitive de l'insuline marquée en ce qui concerne la liaison avec... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le dosage s'effectue en rapportant les valeurs trouvées (coups/minute) sur une courbe standard établie préalablement à partir de dilutions connues du produit à doser.

Cependant, les choses ne sont pas aussi simples qu'il paraît au premier abord. La réaction de base ne consiste pas en une dilution isotopique simple. On sait, en effet, que la réaction immunochimique antigène-anticorps obéit à la loi d'action de masse. Il en résulte que, lorsque Ag0 est présent en grande quantité, la concentration du complexe Ag0-Ac augmente, tandis qu'une quantité moindre de Ag* se fixe à l'anticorps. Pratiquement, en utilisant une dilution appropriée de l'antisérum permettant une saturation rapide de l'anticorps, la courbe de référence dépend essentiellement de la dilution isotopique.

Conditions de réalisation

La réalisation correcte d'un dosage radio-immunologique est possible, si l'on respecte les cinq points suivants :

– Antigénicité du corps à doser. La substance X que l'on veut doser doit être antigénique, c'est-à-dire qu'injectée à un animal elle doit être capable de stimuler la formation d'anticorps anti-X. Pour cela, elle doit satisfaire à deux conditions essentielles : spécificité d'espèce, poids moléculaire élevé.

– Marquage de l'antigène par un isotope. On utilise, pour marquer l'antigène, de l'iode 131 ou 125, dont on discutera les mérites et les inconvénients qui concernent essentiellement la durée de demi-vie et la radiolyse. Le produit marqué ne doit pas être dégradé, par exemple par certains constituants du sérum, car la prése[...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : docteur en médecine (médecine nucléaire et biologie médicale)

Classification


Autres références

«  RADIO-IMMUNOLOGIE  » est également traité dans :

NUCLÉAIRE MÉDECINE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BARAT, 
  • Dominique DUCASSOU, 
  • Nathalie VALLI
  •  • 5 881 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Dosages radio-immunologiques »  : […] S. Berson et R. Yalow décrivirent en 1960 le principe du dosage par radio-immunologie, et cette découverte fut couronnée en 1977 par l'attribution à R. Yalow du prix Nobel de médecine. Cette technique de dosage est à la fois extrêmement sensible puisqu'elle est capable de détecter des substances dont la concentration est de l'ordre de 10 pmol/1, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-nucleaire/#i_26168

YALOW ROSALYN SUSSMAN (1921-2011)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 538 mots

Physicienne et médecin américaine, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1977 (conjointement à Andrew V. Schally et Roger Guillemin), pour le développement de la méthode de dosage radio-immunologique, technique très sensible qui permet de mesurer des quantités infimes de substances biologiquement actives […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rosalyn-sussman-yalow/#i_26168

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude LÉVY, « RADIO-IMMUNOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/radio-immunologie/