QUOTIENT INTELLECTUEL (Q.I.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Indice ayant pour but d'exprimer les capacités intellectuelles d'un individu. Il existe deux procédures de détermination de cet indice, lesquelles sont d'inspiration très différente l'une de l'autre.

L'une, introduite par Stern puis par Terman, fait intervenir l'âge mental de l'individu, c'est-à-dire l'âge auquel on observe en moyenne un niveau de performance équivalent au sien. On fait le rapport de l'âge mental ainsi obtenu à l'âge réel de l'individu et on multiplie ce rapport par 100. Ainsi, la valeur 100 signifie que l'individu a une performance qui correspond à la moyenne de son groupe d'âge ; une valeur supérieure à 100 indique qu'il a un niveau équivalent à celui d'un groupe plus âgé que lui. Cette procédure n'est plus applicable quand on atteint le stade terminal du développement, c'est-à-dire, en gros, à partir de l'adolescence.

Une autre procédure, utilisée pour calculer le Q.I. d'un adulte et également applicable aux enfants, fait intervenir seulement la performance de l'individu et celle des individus de même âge. Le Q.I. est défini à partir de la différence entre la performance de l'individu et la performance moyenne de son groupe de référence : on exprime cette différence en prenant comme unité l'écart type de la distribution du groupe de référence. On pose que le Q.I. correspondant à la performance moyenne est 100. Soit x la note exprimant la performance de l'individu, soit m la moyenne de la distribution des performances du groupe de référence, soit σ l'écart type de cette dernière distribution et soit a = (x — m)/s, le Q.I. est donné par la formule :Q.I. = 100 + a(x — m). Ainsi, si, pour un test donné, a vaut 15, un sujet dont la performance est à un écart type au-dessus de la moyenne aura un Q.I. de 115 et un sujet qui est à un écart type au-dessous de la moyenne aura un Q.I. de 85.

On ne saurait trop attirer l'attention sur le fait que la signification à attribuer à un Q.I. diffère fondamentalement suivant la procédure de calcul utilisée et suivant la convention adoptée pour fixer la valeur de la constante a (dans le cas de la seconde procédure). Parler de Q.I. n'a guère de sens, tant que l'on ne spécifie pas à partir de quel test le Q.I. a été mesuré.

—  Jean-François RICHARD

Écrit par :

Classification


Autres références

«  QUOTIENT INTELLECTUEL (Q.I.)  » est également traité dans :

DÉFICIENCES MENTALES

  • Écrit par 
  • Bernard GIBELLO
  •  • 3 791 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Diagnostic »  : […] Le diagnostic de déficience mentale se fonde sur trois critères cliniques essentiels : le retard du développement de l'expression par le langage ou ses précurseurs ; les retards d'apprentissages tonico-moteurs et intellectuels ; enfin les retards d'autonomisation. À ces critères cliniques s'ajoute un critère scolaire : il existe un retard scolaire qui augmente avec l'âge. Très schématiquement, ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deficiences-mentales/#i_27278

ENFANTS À HAUT POTENTIEL INTELLECTUEL

  • Écrit par 
  • Nicolas GAUVRIT
  •  • 1 012 mots

Certains enfants ont des capacités nettement supérieures à la moyenne dans des domaines spécifiques (sport, art) ou généraux (créativité). On parle alors d’« enfants à haut potentiel sportif, artistique, créatif, etc. ». Lorsque ces capacités supérieures se situent dans le domaine de l’intelligence générale, on parle de « haut potentiel intellectuel ». D’autres dénominations sont utilisées, comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfants-a-haut-potentiel-intellectuel/#i_27278

INTELLIGENCE ÉMOTIONNELLE

  • Écrit par 
  • David SANDER
  •  • 404 mots

Même si l’idée d’un rapport dynamique entre l’intelligence et les émotions existait déjà dans la littérature, Daniel Goleman a popularisé la notion d’intelligence émotionnelle dans le monde de la recherche mais également dans de nombreuses sphères de la société (monde du travail ou du développement personnel). L’idée selon laquelle les compétences émotionnelles sont une dimension de l’intelligence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intelligence-emotionnelle/#i_27278

PSYCHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre GRÉCO
  •  • 16 218 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le test comme épreuve comparative »  : […] On ne s'occupera ici directement ni de la pratique des tests mentaux (diagnostic ou psychotechnique) ni de leur technologie propre (problèmes concernant leur construction, leur validation, leurs qualités métrologiques : cf.  psychométrie ). On analysera, en revanche, le mode de connaissance que fournissent les tests et la démarche épistémologique qui règle l'exploitation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie/#i_27278

TEST PSYCHOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques GRÉGOIRE
  •  • 7 013 mots

Dans le chapitre « Les tests des fonctions cognitives »  : […] Les tests d’intelligence sont les plus anciens instruments de mesure des fonctions cognitives supérieures. Le premier test d’intelligence a été publié en 1905 par Alfred Binet dans le but d’identifier les enfants souffrant d’un retard intellectuel et susceptibles de bénéficier d’un enseignement adapté. Il s’agit d’une échelle de développement organisée en niveaux d’âge. À chaque niveau correspond […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/test-psychologique/#i_27278

TRISOMIE 21 ou SYNDROME DE DOWN ou MONGOLISME

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 3 035 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Responsabilité d’un chromosome 21 surnuméraire  »  : […] Le médecin britannique John Langdon-Down (1828-1896) publie en 1866, dans son ouvrage intitulé Observations on a E thnic C lassification of I diots , la description d’un syndrome nouveau (bien qu’ent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trisomie-21-ou-syndrome-de-down-ou-mongolisme/#i_27278

VARIATION, biologie

  • Écrit par 
  • Jean GÉNERMONT
  •  • 9 369 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Peut-on distinguer l'inné de l'acquis ? »  : […] Dans ce qui précède, on a opposé variation héréditaire, pour une large part génétique, et variation non héréditaire, d'origine environnementale. On ne peut manquer d'évoquer à ce propos la vieille opposition entre inné et acquis. De quoi s'agit-il exactement ? Étymologiquement, un caractère inné est présent à la naissance de l'individu, tout autre caractère étant, par élimination, acquis. Si l'on […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/variation-biologie/#i_27278

WECHSLER DAVID (1896-1981)

  • Écrit par 
  • Jacques GRÉGOIRE
  •  • 618 mots

David Wechsler est un psychologue américain, né en Roumanie en 1896 et mort à New York en 1981. Il est essentiellement connu comme créateur du test d’intelligence qui porte son nom et qui est aujourd’hui le principal outil de référence dans le domaine de l’examen clinique de l’intelligence. La version originale de son échelle d’intelligence, la Wechsler-Bellevue Intelligence Scale, a été publiée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-wechsler/#i_27278

Pour citer l’article

Jean-François RICHARD, « QUOTIENT INTELLECTUEL (Q.I.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/quotient-intellectuel/