CHARLES QUINT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les affaires d'Allemagne et la lutte antiprotestante

Lorsque Charles Quint fut élu roi des Romains – c'est ainsi qu'on appelait l'empereur désigné – le Saint Empire comprenait un immense territoire aux frontières mal définies, qui correspondait au territoire actuel de l'Allemagne, de l'Autriche, des Pays-Bas, d'une partie de la Belgique et de la France du Nord-Est. C'était un conglomérat d'États princiers, ecclésiastiques ou laïques, de villes libres et de minuscules seigneuries. La famille de Habsbourg avait réussi à rassembler de vastes possessions en Autriche, dans le sud de l'Allemagne et en Alsace, auxquelles était venu s'ajouter l'héritage bourguignon aux Pays-Bas et en Franche-Comté. C'est sur cet ensemble que reposait la puissance de la dynastie. Car le titre impérial y ajoutait beaucoup de prestige, mais peu de pouvoir réel. Choisi par les sept électeurs et amené à leur faire beaucoup de promesses, l'empereur n'avait à sa disposition ni armée ni impôts permanents. Il devait discuter avec la Diète pour obtenir des subsides.

Couronné à Aix-la-Chapelle, Charles Quint céda bientôt le gouvernement des États héréditaires à son frère Ferdinand, qui, après la mort du roi Louis II de Hongrie, à la bataille de Mohacs (1526), hérita du royaume de Bohême et d'une partie de la Hongrie. La lutte contre les Turcs devait être son principal souci. Charles Quint n'y intervint qu'épisodiquement, en se rendant à Vienne en 1532.

En revanche, la Réforme luthérienne fut au premier plan de ses préoccupations. Dès 1521, il rencontra Luther qu'il avait convoqué à la Diète de Worms. Scandalisé par son audace, il le fit mettre au ban de l'Empire. Mais, trop occupé par ses guerres contre François Ier, il ne put s'appliquer aux affaires d'Allemagne, lors de la grande crise qui secoua le pays à la suite de la prédication de Luther et souleva successivement contre l'ordre établi les chevaliers [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Empire de Charles Quint

Empire de Charles Quint
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Portrait de Charles Quint, Titien

Portrait de Charles Quint, Titien
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Grenoble

Classification

Autres références

«  CHARLES QUINT (1500-1558)  » est également traité dans :

CHARLES QUINT - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 206 mots

1500 Naissance, à Gand, de Charles, fils de Philippe le Beau et de Jeanne la Folle.1516 Il est proclamé roi d'Espagne et des Deux-Siciles et souverain des Amériques sous le nom de Charles Ier.1519 Il est élu empereur sous le nom de Charles V (dit Charles […] Lire la suite

CHARLES QUINT (empereur germanique)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 222 mots
  •  • 1 média

En 1516, Charles, le fils de Jeanne la Folle (et donc petit-fils des Rois Catholiques) a reçu la couronne d'Espagne. Trois ans plus tard, l'héritage de son père Philippe le Beau lui donna également l'empire des Habsbourg. Le roi Charles Ier devint alors […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne du XVIe et du XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Georges LIVET
  •  • 6 499 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Charles Quint et le rêve de l'unité (1519-1555) »  : […] De religieuse, la révolte de Luther passe sur le plan politique ; de mystique, elle devient sociale ; d'allemande, elle passe sur le plan européen. En face de Luther, l'empereur Charles Quint rêve de maintenir, puis de rétablir, face aux villes et aux princes, l'unité catholique et impériale. […] Lire la suite

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 605 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Une galerie de princes »  : […] De fortes personnalités présidèrent aux destinées des régions de la Belgique actuelle au cours des xv e et xvi e  siècles. Après le fondateur Philippe le Hardi vint Jean sans Peur, obnubilé surtout par la France et Paris. Son assassinat par les Armagnacs déchaîna la haine de son fils Philippe le Bon contre la France. Mais la signature du traité d'Arras (1435) qui lui attribuait de vastes territo […] Lire la suite

BOURBON CHARLES duc de (1490-1527) connétable de France

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 635 mots

Connétable de France sous François I er , puis général sous le principal adversaire du roi, Charles Quint, Charles de Bourbon est né le 17 février 1490 à Montpensier et mort le 6 mai 1527 à Rome. Deuxième fils de Gilbert, comte de Montpensier, chef de file de la branche cadette de la maison de Bourbon, le jeune Charles bénéficie d'une succession de décès : celui de son père (1496) est suivi de cel […] Lire la suite

CAMP DU DRAP D'OR

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 353 mots

L'élection de Charles Quint comme empereur du Saint Empire romain germanique, le 28 juin 1519, signifie, face à la puissance française, l'« alliance », autour du noyau bourguignon puis espagnol, des pays limitrophes. Pour rétablir l'équilibre, compromis par l'afflux des richesses américaines, François I er est contraint de rechercher des alliés. L'entrevue du camp du Drap d'or, en Flandre, manife […] Lire la suite

CLÉMENT VII, JULES DE MÉDICIS (1478-1534) pape (1523-1534)

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 542 mots

Né à Florence, Jules de Médicis dut à la faveur de son cousin germain, Léon X, d'être archevêque de Florence et cardinal dès 1513 ; huit autres sièges (ou revenus) épiscopaux lui furent attribués, non successivement mais simultanément, jusqu'à son élection pontificale. La politique européenne fut la préoccupation première de Clément VII, l'Italie étant le principal enjeu dans la compétition qui op […] Lire la suite

DORIA ANDREA (1466-1560)

  • Écrit par 
  • Michel BALARD
  •  • 331 mots

Né à Oneglia, Andrea Doria mène longtemps une vie de condottiere, au service d'Innocent VIII, du duc d'Urbino, de Ferdinand I er de Naples, de Giovanni della Rovere, avant de passer en Corse pour y mater une insurrection. À partir de 1512, il lutte aux côtés des Fregoso contre les Français, maîtres de Gênes, puis, après la bataille de Marignan, il change de camp et devient amiral de la flotte gén […] Lire la suite

EUROPE : GUERRES DE RELIGION - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 363 mots

1531 Création de la Ligue de Smalkalde, union défensive des États protestants de l'Empire. Défaite de Zwingli et des troupes zurichoises à Cappel face aux catholiques ; les cantons suisses catholiques et protestants signent une « paix nationale ». 1547 Défaite protestante à Mühlberg face à l'empereur Charles Quint, qui tente d'imposer, par l'intérim d'Augsbourg, le rétablissement des rites catho […] Lire la suite

FERDINAND Ier (1503-1564) empereur germanique (1558-1564)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 649 mots

Empereur germanique (1558-1564), roi de Bohême et de Hongrie (1526-1564), né le 10 mars 1503 à Alcalá de Henares (Espagne), mort le 25 juillet 1564 à Vienne. Ferdinand est le frère cadet de l'empereur Charles Quint. Il reçoit en partage l'Autriche ainsi que la régence des terres allemandes des Habsbourg et du Würtemberg. Pendant plus de trois décennies, il seconde Charles Quint pour les affair […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri LAPEYRE, « CHARLES QUINT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/quint-charles/