QUEVEDO Y VILLEGAS FRANCISCO GÓMEZ DE (1580-1645)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jeux d'épée, jeux de plume

Madrilène de naissance, Francisco Gómez de Quevedo y Villegas a été formé à la grande université d'Alcalá de Henares, puis à celle de Valladolid ; mais il leur préfère bientôt la cour et ses intrigues. On l'accuse de meurtre, il fuit. Il entre au service du vice-roi de Sicile et, de l'Italie à Madrid, il se fait colporteur de secrètes missions. Il s'échappe de Venise conjurée sous l'habit d'un mendiant, pendant que, dans la ville, on brûle son effigie. Il se sépare de sa femme un an après son mariage. Il connaît les faveurs royales, puis la prison. Sa terre de La Torre de Juan Abad est aussi souvent pour lui le cadre de l'exil que celui du repos. Quatre années – de 1639 à 1643 – passées dans un infâme cachot du couvent de San Marcos de León ont raison de sa santé, déjà délicate ; il ne jouit que peu de temps de la liberté retrouvée et meurt à Villanueva de los Infantes un an plus tard.

Mais comment son humeur inquiète, sans cesse aux aguets, volontiers agressive et souvent turbulente, aurait-elle pu lui assurer une paisible existence ? Boiteux, mais fin bretteur, il aime et sait se battre, et n'a pas moins de goût pour les querelles littéraires : défenseur du « conceptisme », qui détourne les mots au service d'une pensée subtile, ingénieuse à l'extrême, il pourfend Góngora et ses sectateurs « cultéranistes », partisans d'une langue poétique difficile, où l'ornement vaut pour lui-même. De ces joutes, il reste une œuvre frappée au coin du génie. Dans les ardentes strophes adressées à une mystérieuse Lisi, dans les sonnets burlesques, dans les poèmes métaphysiques, se manifestent une prodigieuse imagination et une parfaite maîtrise de la langue. On y trouve de délicates métaphores, les jeux de mots les plus grossiers et, souvent, les problèmes essentiels, posés avec gravité ; ainsi, le spectre de la mort apparaît à chaque détour :

Et je n'ai trouvé chose où reposer ma vue Qui ne me fût mémoire de la mort.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, docteur d'État, professeur à l'université de Limoges, conseiller technique au secrétariat général de la présidence de la République

Classification

Autres références

«  QUEVEDO Y VILLEGAS FRANCISCO GÓMEZ DE (1580-1645)  » est également traité dans :

LA VIE DU BUSCÓN, Francisco de Quevedo y Villegas - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 810 mots

La Vie de l'aventurier don Pablos de Ségovie, vagabond exemplaire et miroir des filous, tel est le titre de ce roman de Quevedo (1580-1645), couramment désigné simplement par El Buscón, autrement dit « le gueux » ou « le vaurien ». Œuvre de jeunesse, écrit vers 1604, La Vie du Buscón ne fut publiée qu'en 1626. La Vie de Guz […] Lire la suite

CONCEPTISME, littérature

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 375 mots

De l'espagnol conceptismo . Le trait, la pointe, la saillie, le mot d'esprit, alliant le paradoxe de l'ambiguïté, le brillant à l'inattendu, l'hermétisme à la profondeur, voilà ce qui caractérise le conceptisme, qui joue avec l'idée ou le vocable à la différence du cultisme (ou cultéranisme ) qui complique à plaisir l'énoncé ou la syntaxe. Fondé sur la croyance d'une relation d'analogie entre les […] Lire la suite

DÉCADENCE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 9 959 mots

Dans le chapitre « Niveaux d'analyse et interprétations modernes »  : […] C'est donc au xvi e  siècle que l'idée de décadence parvient à maturité, sans que s'amorce ce que F. Furet a appelé « le décrochage du concept de modernité par rapport à l'Antiquité ». Ce que signifie cette dernière ( antiquus , priscus , primitivus ) est valorisé contre la modernité, «  la cupidità di cose nuove  » critiquée par Guichardin après Salluste qui, déjà, avait dénoncé le goût de la nou […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La poésie et le conceptisme »  : […] L'italianisme a introduit en Espagne – malgré la résistance de la vieille muse rustique – des mètres nouveaux, des genres nouveaux, et particulièrement le sonnet. Il s'est formé en Europe toute une esthétique du sonnet, provenant de la tradition pétrarquisante et s'inspirant d'un merveilleux spiritualisme érotique. Cette sorte de composition, aussi parfaite dans son architecture typographique que […] Lire la suite

GÓNGORA Y ARGOTE LUIS DE (1561-1627)

  • Écrit par 
  • Claude ESTEBAN
  •  • 2 221 mots

Dans le chapitre « La vocation poétique »  : […] Né à Cordoue, Luis de Argote y Góngora (pour des raisons d'harmonie, il choisira le patronyme de sa mère) appartient à une famille établie dans la ville depuis plusieurs générations et honorablement connue par son lignage et sa fortune. Son père, ordonnateur des biens confisqués par l'Inquisition, semble avoir été un homme cultivé, amateur de livres, autour duquel se réunissaient les lettrés de la […] Lire la suite

PICARESQUE ROMAN

  • Écrit par 
  • Maurice MOLHO
  •  • 2 139 mots

Dans le chapitre « La cristallisation d'un genre »  : […] La Vie de Lazarillo et Guzman d'Alfarache connurent un grand succès qu'attestent de nombreuses éditions et des suites apocryphes (pour la Vie de Lazarillo , la première date de 1555, et Guzman d'Alfarache , dont la première partie est de 1599, se vit attribuer par un plagiaire une deuxième partie en 1602, alors qu'Alemán travaillait à l'achèvement de son ouvrage). Ce succès a sa cause dans « les t […] Lire la suite

TORRES VILLARROEL DIEGO DE (1694-1770)

  • Écrit par 
  • Guy MERCADIER
  •  • 739 mots

De cet écrivain espagnol qui a publié l'essentiel de ses œuvres dans la première moitié du xviii e siècle, la renommée n'a guère franchi les Pyrénées. Pourtant, il fut sans conteste le plus célèbre de son temps. Diego de Torres Villarroel est né à Salamanque en 1694, dans un milieu de petits boutiquiers. Très tôt se manifeste en lui une vocation d'écrivain, d'abord à travers le pastiche d'écrivai […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michèle GENDREAU-MASSALOUX, « QUEVEDO Y VILLEGAS FRANCISCO GÓMEZ DE - (1580-1645) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/quevedo-y-villegas-francisco-gomez-de/