ALSACE-LORRAINE QUESTION D'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le point de vue allemand

Officiellement, il n'y a pas de question d'Alsace-Lorraine. L'Allemagne prétend l'avoir résolue à Francfort en reprenant les terres germaniques qui vont des Vosges au Rhin. Les Alsaciens se plaignent-ils ? « Nous, Allemands, savons mieux ce qui est bon pour les Alsaciens que ces malheureux eux-mêmes... », écrit alors Treitschke qui reflète la pensée de la caste militaire et de l'empereur. Officieusement, les opinions sont plus nuancées. Bismarck, tirant la leçon de l'épopée napoléonienne, voit en Strasbourg un verrou stratégique, tout en mesurant l'erreur de 1871 : « En vous enlevant Metz et une partie de la Lorraine, l'empereur mon maître et les militaires qui lui ont imposé cette solution ont commis la plus grosse des fautes politiques », aurait-il confié en 1878 au marquis de Gabriac, chargé d'affaires français à Berlin. Mais, puisque officiellement il n'y a pas de problème, on procède aussitôt à la germanisation des territoires annexés. La loi du 9 juin 1871 en fait un Reichsland, « terre d'Empire », administré de Berlin par l'intermédiaire du Statthalter, le gouverneur de Strasbourg, qui a le droit de perquisitionner, d'expulser et d'interdire réunions publiques et journaux : c'est l'article 10 de la loi du 30 décembre 1871, dit « paragraphe de la dictature ». L'allemand devient langue obligatoire (1871), l'enseignement du français est supprimé dans les classes primaires (1872). En dépit de ces dispositions très dures, les fonctionnaires reçoivent des instructions conciliantes. Le Reichsland bénéficie d'une certaine autonomie : les lois françaises y restent en vigueur, et notamment le Concordat de 1801.

Cette politique se solde par un échec : en 1887, tous les élus du Reichstag sont des protestataires. Berlin prend alors un train de mesures brutales : dissolution des associations alsaciennes, arrestations, interdiction des inscriptions françaises sur la voie publique, enfin institution des passeports coupant les contacts avec la France à partir de 1891. L'e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  ALSACE-LORRAINE QUESTION D'  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « L'hostilité à l'Empire »  : […] Distinguons d'abord ceux qui critiquent ou contestent l'œuvre accomplie en 1871. Certains sont surtout sensibles aux dangers d'une victoire trop rapide et trop complète. Nietzsche, ici, est souvent cité : « Je considère la Prusse actuelle comme très dangereuse pour la civilisation », mais aussi Gustav Freytag, dès 1872 : « De grands maux sont nés de la victoire ; l'honneur, la loyauté de la capita […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-moderne-et-contemporaine/#i_3583

BISMARCK OTTO VON (1815-1898)

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 4 859 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La consolidation du Reich »  : […] Dans la Constitution impériale du 16 avril 1871, le Bundesrat semble, à première vue, un rouage au moins aussi essentiel que le Reichstag. Pourtant, l'assemblée élue ne tarde pas à prendre une importance qui en fera le véritable centre de la vie politique du pays. Bien qu'il ne soit pas responsable devant le Reichstag et qu'il possède même le droit de le dissoudre, Bismarck prête attention à l'op […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-von-bismarck/#i_3583

HOHENLOHE CHLODWIG, prince de Hohenlohe-Schillingsfürst (1819-1901)

  • Écrit par 
  • François IGERSHEIM
  •  • 435 mots

Appartenant à une famille princière souveraine médiatisée, Hohenlohe-Schillingsfürst, après des études de droit, se destine à la carrière diplomatique au service de la Prusse. Une convention successorale avec son frère aîné lui attribue le majorat bavarois de Schillingsfürst et fait de lui un membre héréditaire de la Chambre haute bavaroise ( Reichsräte ) en 1844. Tenant d'une politique orientée v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chlodwig-hohenlohe/#i_3583

HOHENLOHE HERMANN, prince de Hohenlohe-Langenburg (1832-1913)

  • Écrit par 
  • François IGERSHEIM
  •  • 318 mots

Après des études de droit à Lausanne, Hohenlohe-Langenburg embrasse la carrière militaire et sert dans différentes armées : wurtembergeoise, autrichienne, badoise. Il finira général prussien en 1870. Membre de la Chambre des seigneurs du Wurtemberg, il œuvre, à partir de 1866, pour l'unité allemande sous direction prussienne. En 1871, il est élu député au Reichstag dont il sera un moment vice-prés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermann-hohenlohe/#i_3583

LORRAINE

  • Écrit par 
  • André HUMBERT, 
  • René TAVENEAUX
  •  • 7 575 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La Lorraine dans le monde contemporain »  : […] Officiellement province du royaume depuis la mort de Stanislas en 1766, la Lorraine paracheva sous la Révolution son intégration dans l'unité française. Ses habitants surent éviter les excès les plus graves et faire la preuve de leur traditionnelle modération. Cependant, les paysans, qui depuis longtemps souffraient de l'exiguïté de la propriété terrienne, se félicitaient de la disparition des red […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lorraine/#i_3583

MANTEUFFEL EDWIN baron von (1809-1885)

  • Écrit par 
  • François IGERSHEIM
  •  • 351 mots

Comme son cousin germain Otto, Edwin von Manteuffel est originaire de basse Lusace. Il entre en 1827 dans l'armée. En 1840, il est l'aide de camp du prince Albert de Prusse, en 1848 celui du roi Frédéric-Guillaume IV, qui lui confie de nombreuses missions diplomatiques. En 1857, il est chef du cabinet militaire du roi et directeur du personnel au ministère de la Guerre. Il compte parmi les « génér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edwin-manteuffel/#i_3583

METZ

  • Écrit par 
  • André HUMBERT, 
  • Colette RENARD-GRANDMONTAGNE
  •  • 1 130 mots
  •  • 5 médias

Préfecture de la Moselle et, jusqu’en 2015, de la région administrative Lorraine , Metz est une ancienne cité épiscopale. Son agglomération a connu une forte expansion depuis sa création en 2002 puisque, en 2012, elle comprend quarante communes pour une population de 389 700 habitants. Bien que proche des grands foyers industriels de la Lorraine du Nord, Metz est demeurée une ville essentiellemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metz/#i_3583

NANCY ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Hervé DOUCET
  •  • 1 951 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un mouvement régionaliste »  : […] Au lendemain de la défaite de 1870, la France fut amputée de l'Alsace et d'une partie de la Lorraine, territoires annexés par l'Allemagne. Devenue capitale de l'est de la France, Nancy connut un développement démographique et économique sans précédent dans les dernières décennies du xix e  siècle. De nombreux Alsaciens et Lorrains désireux de demeurer français quittèrent les régions devenues allem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-nancy/#i_3583

SCHNÆBELÉ AFFAIRE (1887)

  • Écrit par 
  • Alfred WAHL
  •  • 571 mots

Banale affaire d'espionnage, l'affaire Schnæbelé a, en raison de la tension des rapports franco-allemands, failli déboucher sur une guerre, puis a donné le coup d'envoi à la crise boulangiste en France. L'Alsacien Guillaume Schnæbelé, ex-instituteur devenu commissaire de police, opte pour la France en 1871 ; il est affecté à la gare de Pagny-sur-Moselle comme commissaire spécial. À cet important n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affaire-schnaebele/#i_3583

Pour citer l’article

Françoise LÉVY-COBLENTZ, « ALSACE-LORRAINE QUESTION D' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/question-d-alsace-lorraine/