BOUFFONS QUERELLE DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De Rameau à Gluck

Jean-Jacques Rousseau et les Encyclopédistes furent, dans cette querelle, les ennemis les plus acharnés de Rameau et, malgré l'injustice des reproches qu'ils lui adressèrent, ils réussirent à faire condamner par une grande partie de l'opinion la musique française. La marquise de Pompadour et ses amis, qui soutenaient l'opéra français, tentèrent de lutter en essayant de faire un triomphe, en janvier 1753, à une œuvre lyrique française, Titon et Aurore, de Mondonville ; mais la tentative était mauvaise, car Mondonville est loin d'avoir le génie de Rameau. Cependant, leur influence auprès du roi aboutit en 1754 au renvoi des Bouffons italiens. La même année, Rameau prit une éclatante revanche lors de la reprise de son chef-d'œuvre dramatique, Castor et Pollux, qui fut applaudi « avec fureur ».

Mais le mouvement, provoqué par l'intrusion des Bouffons italiens en France, ne devait pas s'arrêter avec le départ de ces derniers ; Rameau mourut bientôt (janvier 1764), chargé d'ans et de gloire, et aucun compositeur français ne releva le flambeau de la tragédie lyrique. Ce mouvement entraîna la musique française dans une autre direction, et on lui demanda désormais « de parler plus au cœur qu'à la raison ». Elle va donc s'appauvrir dans le domaine symphonique et instrumental, et l'orchestre occupera une place plus modeste, se contentant de soutenir la ligne mélodique du chant. Cette mélodie régnera encore dans les grands drames lyriques de Gluck, où l'orchestration plus fournie mais toujours discrète lui servira de support. On s'attachera plus à l'expression des sentiments, de l'émotion vraie, du pathétique dans le domaine de l'opéra ; mais c'est surtout l'opéra-comique qui bénéficiera de l'influence des intermezzi italiens, car, après une période où il essaiera de les imiter, il trouvera sa vraie personnalité, faite de charme, de coquetterie, de gaieté, de sentimentalité même, avec des compositeurs comme Philidor, Monsigny, Dalayrac, Grétry.

Quoi qu'il en soit, cette querelle des Bouffons, trop bruyante à notre gré, aura servi à insuffler un sang nouveau à l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  BOUFFONS QUERELLE DES  » est également traité dans :

ESSAI SUR L'ORIGINE DES LANGUES, Jean-Jacques Rousseau - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 1 200 mots

Dans le chapitre « « Rémunérer le défaut des langues » »  : […] Rousseau se trouve pris dans un paradoxe : retracer l'origine des langues le contraint à l'écriture, au raisonnement, et au français, la plus « sourde » des langues. Mais la voix est-elle définitivement perdue ? La langue ne porte-t-elle pas en soi la faculté de corriger le défaut même qui l'a fondée ? Il ne faut pas oublier, d'abord, que la rédaction de l' Essai s'inscrit d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/essai-sur-l-origine-des-langues/#i_5152

GRIMM FRIEDRICH MELCHIOR baron de (1723-1807)

  • Écrit par 
  • André BANULS
  •  • 581 mots

Sans être gentilhomme, Friedrich Melchior Grimm, originaire de Ratisbonne, put faire des études à l'université de Leipzig, où il fréquenta l'illustre Gottsched et ses amis ; puis il partagea le sort des jeunes gens sans fortune de son temps et devint précepteur chez le comte de Schomberg, qui l'emmena avec lui à Paris en 1748. Là il devint « lecteur » du duc de Saxe-Gotha (et que « lisait »-on alo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-melchior-grimm/#i_5152

MONDONVILLE JEAN-JOSEPH CASSANÉA DE (1711-1772)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 662 mots

Violoniste virtuose et compositeur, Mondonville tient une place importante dans la musique française du xviii e  siècle ; plusieurs de ses innovations méritent d'être signalées. Il naquit à Narbonne où son père était musicien à la cathédrale Saint-Just. Il vint à Paris vers 1731, publia deux recueils de musique instrumentale en 1733 et 1734 ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mondonville-jean-joseph-cassanea-de/#i_5152

OPÉRA-COMIQUE

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 587 mots
  •  • 1 média

Le vocabulaire français étant le seul à avoir adopté l'expression « opéra-comique » pour désigner une forme de théâtre lyrique où les dialogues parlés alternent avec les scènes chantées, ce terme devrait s'appliquer à des œuvres aussi différentes que Fidelio , de Beethoven, et Carmen , de Bizet. En fait, la grande période de l'opéra-comique français prop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-comique/#i_5152

OPÉRETTE

  • Écrit par 
  • Sylvie FÉVRIER
  •  • 2 978 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Au contraire de l'opéra, qui restera toujours plus ou moins élitiste, l'opérette – par son ancêtre, le vaudeville – est issue du pavé de Paris. Au xvii e  siècle, ce pavé de Paris est un spectacle permanent ; jongleurs, montreurs d'ours, acrobates rejoignent de préférence la foire Saint-Germain et la foire Saint-Laurent, où les badauds trouvent t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/operette/#i_5152

Pour citer l’article

Jacques GHEUSI, « BOUFFONS QUERELLE DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/querelle-des-bouffons/