QU'EST-CE QUE LA PROPRIÉTÉ ? Pierre-Joseph ProudhonFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« La propriété, c'est le vol ! »

On divise habituellement les cinq chapitres de l'ouvrage en deux parties, l'une principale et critique, l'autre dogmatique et plus accessoire.

Après avoir servi à lancer la fameuse formule – empruntée au girondin Brissot –, le premier chapitre introductif entreprend, sur le constat de la prédominance dans l'entendement de l'habitude et des préjugés sur les catégories kantiennes, une généalogie de l'idée du juste qui, « mal déterminée et incomplète », explique « les mauvaises applications législatives, la politique erronée, le désordre et le mal social ». Parmi les trois principes fondamentaux qui, selon l'auteur, persistent encore malgré la Déclaration des droits de 1789 et la charte de 1830 – souveraineté dans la volonté d'un homme, inégalité des fortunes et des rangs, propriété –, c'est le dernier dont il importe de démontrer l'injustice, celle des deux autres finalement en dépendant.

Le chapitre ii consiste en une critique du Code Napoléon qui, comme le droit romain, fait de la propriété un droit absolu d'user et d'abuser d'un bien. Or la propriété se distingue des droits naturels (liberté, égalité et sûreté) pour être, selon Proudhon, « en dehors de la société ». De même, elle ne peut trouver de fondement ni dans la loi civile, ni dans l'occupation comme le soutiennent Reid, Destutt de Tracy et Dutens. D'une part, « l'occupation conduit à l'égalité », et, d'autre part, « elle empêche la propriété » parce qu'elle est fonction de l'espace physique et du nombre d'individus.

Le chapitre iii s'attaque en trois temps à l'argument qui consiste à légitimer la propriété à partir du travail : d'abord, la terre, « bien indispensable à la conservation et donc chose commune », ne peut être appropriée ; ensuite, le consentement universel ne suffit pas à justifier la propriété ; enfin, la prescription n'est jamais acquise en la matière. Proudhon ajoute que le travail n'a aucune puissance d'appropriation, qu'il conduit à [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : docteur en sociologie, D.E.A. de philosophie, maître de conférences à l'université de Paris V-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Éric LETONTURIER, « QU'EST-CE QUE LA PROPRIÉTÉ ? Pierre-Joseph Proudhon - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/qu-est-ce-que-la-propriete/