QU'EST-CE QUE LA PROPRIÉTÉ ? Pierre-Joseph ProudhonFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« La propriété, c'est le vol ! »

On divise habituellement les cinq chapitres de l'ouvrage en deux parties, l'une principale et critique, l'autre dogmatique et plus accessoire.

Après avoir servi à lancer la fameuse formule – empruntée au girondin Brissot –, le premier chapitre introductif entreprend, sur le constat de la prédominance dans l'entendement de l'habitude et des préjugés sur les catégories kantiennes, une généalogie de l'idée du juste qui, « mal déterminée et incomplète », explique « les mauvaises applications législatives, la politique erronée, le désordre et le mal social ». Parmi les trois principes fondamentaux qui, selon l'auteur, persistent encore malgré la Déclaration des droits de 1789 et la charte de 1830 – souveraineté dans la volonté d'un homme, inégalité des fortunes et des rangs, propriété –, c'est le dernier dont il importe de démontrer l'injustice, celle des deux autres finalement en dépendant.

Le chapitre ii consiste en une critique du Code Napoléon qui, comme le droit romain, fait de la propriété un droit absolu d'user et d'abuser d'un bien. Or la propriété se distingue des droits naturels (liberté, égalité et sûreté) pour être, selon Proudhon, « en dehors de la société ». De même, elle ne peut trouver de fondement ni dans la loi civile, ni dans l'occupation comme le soutiennent Reid, Destutt de Tracy et Dutens. D'une part, « l'occupation conduit à l'égalité », et, d'autre part, « elle empêche la propriété » parce qu'elle est fonction de l'espace physique et du nombre d'individus.

Le chapitre iii s'attaque en trois temps à l'argument qui consiste à légitimer la propriété à partir du travail : d'abord, la terre, « bien indispensable à la conservation et donc chose commune », ne peut être appropriée ; ensuite, le consentement universel ne suffit pas à justifier la propriété ; enfin, la prescription n'est jamais acquise en la matière. Proudhon ajoute que le travail n'a aucune puissance d'appropriation, qu'il conduit à l'égalité des propriétés et que finalement il « détruit la propriété ».

Il résulte, comme le chapitre iv vise à le démontrer en dix axiomes, que « la propriété est impossible » du point de vue de la justice. Et, au premier chef, parce qu'elle est un droit d'aubaine, « un pouvoir de produire sans travailler » détenu par certains qui accaparent ainsi une valeur dont ils ne sont pas les auteurs. La spoliation ouvrière et la lutte des classes, que cette pratique engendre, achèvent le tableau d'une « société qui se dévore ».

Enfin, dans un dernier chapitre, Proudhon ébauche, à partir de trois types de sociabilité (liée aux sentiments, à la justice et à l'équité), une philosophie de l'histoire où se succèdent la communauté (où l'égalité nivelle et la loi uniformise), la propriété (que le droit d'aubaine permet d'identifier à un vol) et un régime à venir et régi par la liberté.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur en sociologie, D.E.A. de philosophie, maître de conférences à l'université de Paris V-Sorbonne

Classification

Les derniers événements

17 février 2022 Belgique. Remise de l'inventaire des œuvres d'art d'origine congolaise acquises abusivement.

Le transfert de la propriété juridique de ces objets à la RDC pourrait être assorti de leur maintien en Belgique à des fins de conservation, de recherche, ou de valorisation.  […] Lire la suite

1er-19 juin 2021 Santé. Engagement du G7 à redistribuer un milliard de doses de vaccin contre la Covid-19.

Le 13, les pays membres du G 7 réunis en Cornouailles s’engagent à redistribuer un milliard de doses de vaccins anti-Covid au reste du monde. Le 19, le Brésil est le deuxième pays à franchir le seuil des cinq cent mille morts de la Covid-19, après les États-Unis. […] Lire la suite

5-26 mai 2021 Santé. Appel à la suspension des brevets sur les vaccins contre la Covid-19.

Le 6, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen se dit « prête à discuter » de cette proposition, mais rappelle que l’urgence pour les pays producteurs est de lever les restrictions à l’exportation de vaccins. Les États-Unis ont bloqué toute exportation, alors que l’Union européenne a exporté la moitié des doses produite sur son territoire. […] Lire la suite

1er-31 juillet 2020 États-Unis – Chine. Exacerbation des tensions bilatérales.

Le 14, le président Donald Trump signe le Hong Kong Autonomy Act qui prévoit des sanctions à l’encontre d’entités et d’officiels chinois qui appliquent la nouvelle loi sur la sécurité nationale à Hong Kong. Il signe également le décret mettant fin au traitement économique et douanier préférentiel dont jouissait Hong Kong. Le 22, Washington ordonne la fermeture du consulat chinois de Houston (Texas). […] Lire la suite

2-30 juin 2020 Belgique. Mouvement de protestation contre le racisme

Léopold II est jugé responsable de la mort de millions de Congolais au xixe siècle, quand le Congo était sa propriété personnelle. Au cours du mois, plusieurs de ses statues seront vandalisées à travers le pays ou remisées par les autorités. Plusieurs municipalités exprimeront la volonté de débaptiser des voies portant le nom de Léopold II. Le 7, quelque dix mille personnes participent à Bruxelles à une manifestation contre le racisme et les violences policières, autorisée par le bourgmestre Philippe Close (Parti socialiste). […] Lire la suite

Pour citer l’article

Éric LETONTURIER, « QU'EST-CE QUE LA PROPRIÉTÉ ? Pierre-Joseph Proudhon - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/qu-est-ce-que-la-propriete/