QU'EST-CE QUE LA LITTÉRATURE ? Jean-Paul SartreFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Tiraillés entre une classe et l'autre »

On sait que Sartre a décliné sur des modes différents – essai, roman, théâtre, autobiographie – une philosophie qui s'articule autour de trois concepts clés : liberté, situation, autrui. Rappelons-en les grandes lignes : l'homme est condamné à la liberté, constat aussi angoissant qu'exaltant, d'où ses efforts pour y échapper, notamment par la mauvaise foi. Mais cette liberté n'est pas une abstraction. Elle a à s'exercer concrètement, pratiquement, dans le monde. Là, l'homme est « en situation », pris dans un réseau de contingences – corps, histoire, classe, famille, etc. –, autant de déterminismes dont il s'agit, précisément, de s'arracher par des choix. Or un nouveau problème surgit : l'exercice de ma liberté n'est pas seulement rendu difficile par l'effroi qu'elle suscite en moi, ou par les résistances extérieures et surtout intérieures qu'il me faut combattre. Il se heurte également à l'exercice de la liberté d'autrui. Car, comme le démontre la relation amoureuse, il semble que deux libertés ne puissent jamais vraiment coïncider.

La réflexion de Sartre sur la littérature reprend d'autant plus fidèlement ce cheminement qu'à ses yeux c'est précisément dans le fait littéraire que la liberté, ses exigences et ses échappatoires se laissent observer de manière privilégiée. La « responsabilité de l'écrivain » (titre d'une conférence prononcée à la Sorbonne en 1946) consiste, d'abord, à prendre conscience de sa liberté, ensuite à s'interdire la facilité de la mauvaise foi (par exemple dans la fuite vers la « littérature pure »), et, enfin, à exercer cette liberté par des choix clairs, d'autant plus difficiles à faire qu'il est lui-même englué dans une réalité historique et sociale – la sienne, celle de son époque. Longtemps, cette détermination a été consciente et assumée : l'écrivain bourgeois écrivait pour un public de bourgeois. Depuis 1848 et sa rupture avec son public « naturel », travaillé par la mauvaise conscience, le voilà pris dans des contradictions qui sont également celles du lecteur. À cet égard, on ne peut pas dire que la dialectique du déterminisme et de la liberté trouve ici sa résolution. La critique des deux impasses opposées que constituent, par exemple, le réalisme socialiste et le surréalisme aboutit plus à une alternance, pour ne pas dire une hésitation, qu'à une conciliation ou un dépassement. C'est d'ailleurs sur ce point que la réflexion sartrienne va être combattue par ce qu'il sera convenu d'appeler la « nouvelle critique », laquelle, à la suite de Maurice Blanchot, tendra à replacer la littérature, toute la littérature, dans le camp de la poésie, et contre la prose « utilitaire ».

C'est plutôt dans le rôle actif joué par le lecteur que réside le véritable apport de la pensée de Sartre, que théoriseront par la suite Hans Robert Jauss et l'école de l'« esthétique de la réception ». Par son échec même, Qu'est-ce que la littérature ? n'en reste pas moins un ouvrage capital, qui entre en forte résonance avec les autres facettes de l'œuvre sartrienne – philosophiques, dramatiques, romanesques – tout en éclairant les grands débats du xxe siècle sur le fait littéraire.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

1er-23 septembre 2020 Biélorussie. Investiture du président Alexandre Loukachenko.

8, Maria Kolesnikova est arrêtée à la frontière ukrainienne après avoir résisté à son expulsion. Elle est accusée d’« atteinte à la sécurité nationale ». Les deux autres opposants enlevés en même temps qu’elle sont expulsés. La lauréate du prix Nobel de littérature Svetlana Alexievitch reste le seul membre du Conseil de coordination à ne pas avoir  […] Lire la suite

4-30 août 2020 Biélorussie. Réélection contestée du président Alexandre Loukachenko.

est tué. Le 10, la commission électorale publie les résultats définitifs qui accordent un sixième mandat à Alexandre Loukachenko, avec 80,1 p. 100 des suffrages. Svetlana Tikhanovskaïa est créditée de 10,1 p. 100 des voix. Le taux de participation est de 84,2 p. 100. Le 11, alors que les manifestations se poursuivent à travers le pays, Svetlana Tikhanovskaïa […] Lire la suite

5 avril - 4 mai 2018 Suède. Crise à l'Académie Nobel.

à Stockholm en faveur de Sara Danius. Le 20, l’Académie annonce avoir saisi la justice des faits établis par le rapport d’enquête. Le 4 mai, elle annonce le report à 2019 de l’attribution du prix Nobel de littérature 2018. […] Lire la suite

2-17 septembre 1991 U.R.S.S. Mise en place d'un dispositif institutionnel transitoire

à un pouvoir central dépouillé d'une grande partie de ses pouvoirs. Le 5, au terme de trois jours de débats, les nouvelles institutions sont ratifiées par les députés. Toutefois, le plan initial est amendé sur deux points : le poste de vice-président est supprimé, et la Russie détiendra à elle seule cinquante-deux sièges au Conseil des républiques, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy BELZANE, « QU'EST-CE QUE LA LITTÉRATURE ? Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/qu-est-ce-que-la-litterature/