PULSION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Instinct et pulsion

Les raisons qui conduisent à examiner la problématique des rapports entre instinct et pulsion sont doubles. Les unes sont dues à une ambiguïté terminologique, sans correspondance en français, de l'allemand qui admet deux termes : Instinkt, d'origine latine, et Trieb, d'origine germanique. Les autres tiennent au fait que le champ de la psychanalyse s'est constitué dans le domaine de la sexualité, qui avait été comprise avant Freud comme l'expression de l'« instinct sexuel » selon une conception restrictive qui liait celui-ci à la génitalité. Or Freud fait éclater ce cadre restreint de l'instinct et préfère, dans l'ordre des concepts directeurs, le terme qui privilégie un des aspects de l'Instinkt jugé par lui le plus essentiel dans l'organisation humaine : la force « poussante » du Trieb.

Au temps où Freud écrit, l'instinct est encore envisagé sous la forme d'actes obéissant à un schéma immuable, fixé une fois pour toutes, d'un déroulement implacable. S'il lui arrive exceptionnellement d'employer le terme Instinkt, Freud continue à réserver à celui-ci une telle acception, qui est étrangère à ce qu'il va désigner comme pulsion. Toutefois, les biologistes ont parfois employé le mot Trieb dans le même sens qu'instinct. L'évolution de la biologie et de l'éthologie tend de plus en plus à contester l'autonomie de l'instinct et à prendre en considération le jeu des influences multiples dont il peut être l'objet soit par des régulations endocriniennes et nerveuses, soit par l'influence des afférences perceptives, voire des facteurs d'apprentissage. Mais deux traits doivent être ici soulignés : d'une part, la différenciation établie par K. Lorenz – au sein d'activités complexes pouvant admettre des facteurs incidents qui relèvent de l'apprentissage, dans les « lacunes » des actes instinctifs – de séquences instinctuelles pures (comme dans les activités à vide) qui semblent beaucoup plus dépendantes de facteurs endogènes et peu en rapport avec les stimulations externes ; [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : psychanalyste, ancien chef de clinique à la faculté de médecine de Paris, membre de la Société psychanalytique de Paris

Classification

Autres références

«  PULSION  » est également traité dans :

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « Affectivité et passions dans la philosophie allemande des XIXe et XXe siècles »  : […] Il ne saurait être question d'entrer ici dans une étude détaillée de l'idéalisme allemand (Fichte, Hegel, Schelling), qui, en tant que réinstitution de la métaphysique sur la base de ce que Kant n'avait réaménagé de la langue philosophique que dans un cadre architectonique, n'eut pas de postérité philosophique immédiate – exception faite de Hegel, mais dans le champ de la philosophie de l'histoire […] Lire la suite

AGRESSIVITÉ

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 3 100 mots

L'importance qu'a prise le concept d'agressivité dans le dernier état de la pensée freudienne tient à la position privilégiée qu'il occupe au point d'articulation, d'une part, des processus régressifs auxquels préside la pulsion de mort, d'autre part, de l'organisation culturelle animée par l'expansion d' Éros. De là vient son intérêt théorique : s'il est vrai que l'avatar agressif de la pulsion […] Lire la suite

AMBIVALENCE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 1 177 mots
  •  • 1 média

C'est le psychiatre suisse Eugen Bleuler (1857-1939) qui a introduit ce terme et en a fait le symptôme dominant dans le tableau de la schizophrénie. Il distingue tout d'abord l'ambivalence dans trois secteurs de la vie psychique : dans les modalités de la volonté, deux volontés qui s'opposent ; dans la sphère intellectuelle, affirmation d'une thèse et de son contraire dans un même discours ; dans […] Lire la suite

AUTOCONTRAINTE

  • Écrit par 
  • Fabien CARRIÉ
  •  • 1 191 mots

Dans le chapitre « Civilisation et contrôle des pulsions »  : […] Conçue de la sorte, l’autocontrainte permet à Elias de penser ensemble et d’articuler dans l’étude des conformations humaines analyse psychogénétique et sociogénétique, de donner à voir les développements de l’économie émotionnelle à partir d’une histoire longue de l’Europe occidentale, la redéfinition progressive de l’équilibre entre contraintes externes et autocontraintes dans la régulation des […] Lire la suite

CONSCIENCE

  • Écrit par 
  • Henri EY
  •  • 10 466 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ambiguïté de la thèse freudienne »  : […] La thèse freudienne tient l'inconscient pour une zone entièrement autonome, un système hermétique de détermination. La sphère de l'inconscient est, dans la théorie psychanalytique, incommensurablement plus importante que ne l'est celle de la conscience. Elle est régie, comme le sont les premiers stades du développement infantile, par le principe de plaisir, c'est-à-dire par l'exigence de satisfac […] Lire la suite

CORPS - Le corps et la psychanalyse

  • Écrit par 
  • Monique DAVID-MÉNARD
  •  • 3 959 mots

Dans le chapitre « Spatialité de la pulsion »  : […] Cette plasticité du corps érogène, contigu au corps physiologique et presque homogène au dit du désir – à ceci près que le dit est du côté de l'interdit, alors que l'érogénéité vise la réalisation d'un plaisir inactualisable, mais figuré par pantomime –, se trouve redéfinie en 1915 par le concept de pulsion, qui lie des éléments hétérogènes : la poussée, le but, l' objet et la source. Tous ces ter […] Lire la suite

CULPABILITÉ

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 9 666 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'interdit et l'ordre symbolique »  : […] La portée de l'interprétation œdipienne que Freud donne de la culpabilité apparaît de manière patente quand Lacan met celle-ci en rapport avec la loi et, plus précisément, avec le « point d'insémination d'un ordre symbolique qui préexiste au sujet infantile et selon lequel il va lui falloir se structurer ». Mais, avant d'en venir à cette explication lacanienne, il peut être instructif d'évoquer u […] Lire la suite

DÉFENSE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Odile BOMBARDE
  •  • 1 294 mots

Dans le chapitre « La protection du moi contre la pulsion »  : […] La défense témoigne donc de l'unité du psychisme. En effet, c'est bien lui qui est à l'origine de la tentative d'isolation que constitue la séparation entre la représentation perturbante et l'affect qui lui était originellement lié. Or l'oubli de l'événement traumatique avait été jusqu'alors compris comme un « clivage de conscience », primaire selon Pierre Janet, acquis selon Joseph Breuer. La dé […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) - La socialisation

  • Écrit par 
  • Philippe MALRIEU
  •  • 5 483 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les théories »  : […] De ce double processus, les théories de la socialisation soulignent tel ou tel aspect, en fonction des idéologies qui leur sont sous-jacentes, mais aussi en raison des méthodes qu'elles privilégient. Ainsi a-t-on relevé la tendance des Anglo-Saxons à souligner dans la socialisation les relations interpersonnelles, la recherche par les individus de l'utile et du plaisir, tandis que les sociologues […] Lire la suite

FRUSTRATION

  • Écrit par 
  • Jacques NASSIF
  •  • 7 788 mots

Dans le chapitre « La construction du concept »  : […] Le retour à Freud, en ce qui concerne l'occurrence et l'usage d'un concept de la frustration, est loin de décevoir. C'est principalement durant la décennie 1908-1918 qu'il est mis en chantier. On verra que son apparition est liée à deux mutations : d'une part celle qu'entraîne la production du concept de «  pulsion », à partir de 1905, et d'autre part celle qu'implique l'abandon de l'étiologie tra […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André GREEN, « PULSION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pulsion/