PSYCHOTHÉRAPIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Développement de la méthode

Quoique fort complexes, les développements modernes de la psychothérapie peuvent être ainsi schématisés : permanence et renouveau des techniques préanalytiques, extension des applications de la psychanalyse, développement de nouvelles méthodes.

Méthodes préanalytiques et méthodes psychanalytiques

Les techniques préanalytiques, en effet, ont subsisté et se sont renouvelées, telle l'hypnose, qui n'a jamais été complètement abandonnée et a même connu un certain regain. On rapprochera de cette méthode d'autres procédés visant à placer le malade dans un état comparable, ainsi la narco-analyse qui utilise les effets hypnogènes des barbituriques, et le « training autogène » de Schultz, qui induit un état de relaxation corporelle. La suggestion, en dehors de l'hypnose, continue d'être utilisée dans de nombreuses psychothérapies de pratique courante, dites de soutien. Quant à la psychothérapie morale, si elle a disparu sous sa forme moralisatrice quelque peu simpliste, elle survit dans la psychothérapie dite rationnelle, dans des formes diverses d'aide psychologique et de counselling. Il ne s'agit plus de réconcilier le malade avec le beau, le vrai et le bien comme le souhaitait Déjerine, mais, plus modestement, de lui faire découvrir les exigences réelles que lui pose sa situation et les difficultés particulières qu'il rencontre à y répondre. Pratiquement, ces techniques font une large part aux concepts de la psychologie dynamique (motivations, conflits...), qui les apparentent à la psychanalyse. On peut en rapprocher certaines méthodes à visées rééducatrices, telle l'éducation de la volonté (Payot), de la mémoire ou du caractère (Vittoz).

De son côté, la psychanalyse freudienne a donné naissance à un grand nombre de méthodes dérivées, qui se sont largement répandues. Les unes se sont développées sous l'influence de praticiens qui ont jugé inutiles certains aspects de la technique freudienne et contesté en totalité ou en partie la théorie. Ces écoles « dissidentes » (les plus connues sont celles de Jung et d'Adler) mettent l'accent sur des aspects théoriques divers. Mais les techniques utilisées dans la pratique sont souvent assez voisines ; elles ne diffèrent pas radicalement, d'ailleurs, des psychothérapies que les psychanalystes freudiens pratiquent dans les cas où ils n'aménagent pas une cure psychanalytique proprement dite (position assise, séances moins fréquentes, intérêt porté aux conflits actuels, moindre attention portée au transfert). D'autres méthodes, qui furent proposées par des freudiens restés fidèles à la théorie et aux principes généraux de la technique, reviennent à substituer à la cure classique, grâce à certains aménagements, des cures courtes, donc plus économiques (Sandor Ferenczi, Franz Alexander).

Se sont développées surtout les psychothérapies d'inspiration psychanalytique, que les psychanalystes ne prétendent pas substituer à la cure type, mais qu'ils utilisent quand, eu égard aux fins purement thérapeutiques qu'ils poursuivent, l'aménagement d'un processus analytique (régression, transfert) ne leur paraît pas nécessaire. Ces variantes techniques correspondent donc à des impératifs pratiques et à la recherche d'un minimum utile. Elles s'appliquent à un grand nombre de difficultés névrotiques mineures. On en rapprochera certaines variantes utilisées en fonction de l'âge (enfants, adolescents, personnes âgées) et les traitements de groupe. On a également cherché à étendre le champ d'application de la psychanalyse à des organisations pathologiques (psychoses, perversions sexuelles) et à des troubles du comportement (délinquance) qui ne constituaient pas au départ des indications de la cure psychanalytique proprement dite.

Toutes ces variantes ont enrichi considérablement le domaine de la psychothérapie, mais non celui de la psychanalyse. Elles n'ont pas remplacé, en effet, ni éclipsé la cure psychanalytique classique : les organisations névrotiques franches ne sont guère réductibles par les psychothérapies d'inspiration psychanalytique ; d'autre part, beaucoup de sujets demandent davantage qu'une réduction des symptômes et la psychanalyse leur offre un moyen de connaissance d'eux-mêmes qui dépasse le simple bénéfice thérapeutique, ainsi que d'autres possibilités et d'autres bienfaits dans le domaine des relations familiales et professionnelles ; enfin, la cure type demeure un outil incompara [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Psychothérapie

Psychothérapie
Crédits : Kurt Hutton/ Picture Post/ Getty Images

photographie

Séance d'hypnose

Séance d'hypnose
Crédits : AKG-images

photographie

Freud et ses disciples

Freud et ses disciples
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article

Écrit par :

  • : professeur de psychiatrie à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie, chef de service de psychiatrie (adultes) au groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière

Classification

Autres références

«  PSYCHOTHÉRAPIE  » est également traité dans :

PSYCHOTHÉRAPIE ET ÉMOTION

  • Écrit par 
  • Pierre PHILIPPOT
  •  • 2 064 mots

Le champ de la psychothérapie ne s’est intéressé qu’au tournant du xxie siècle à l’émotion. Les pères fondateurs de la psychothérapie n’ont pas accordé aux processus émotionnels un rôle central dans leur modèle étiologique ou leur modèle d’intervention. Ils ont conçu l’émotion soit comme une conséquence d […] Lire la suite

ABRÉACTION

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 418 mots

Terme utilisé en psychiatrie et en psychothérapie et qui traduit l'allemand Abreagiren , mot inconnu sans doute avant Breuer et Freud. Dans le sens le plus général, l'abréaction désigne toute décharge émotionnelle qui permet à un sujet d'extérioriser un affect lié à un souvenir traumatique et, en conséquence, de se libérer de son poids pathogène. Parfois, le malade « abréagit » spontanément (abréa […] Lire la suite

ADDICTION

  • Écrit par 
  • Bernard Pierre ROQUES, 
  • Eduardo VERA OCAMPO
  •  • 7 783 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La logique thérapeutique »  : […] Cette distinction entre dépendance et addiction, dans leur intrication, a toute son importance dans le traitement psychothérapique des personnes addictes. Car si la dépendance peut être « guérie », au sens médical du terme, par une cure de désintoxication, ou « substituée » par un autre produit sans les propriétés iatrogènes de la drogue, le traitement psychothérapeutique de l'addiction exige du […] Lire la suite

ADLER ALFRED (1870-1937)

  • Écrit par 
  • Alfred MEYER
  •  • 2 594 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les conditions d'une psychothérapie »  : […] La psychothérapie adlérienne cherche à démasquer les erreurs et arrangements inclus dans le style de vie de l'individu. Elle est consciente que les impératifs de la morale le laissent sourd et ne sauraient vaincre sa résistance tant que, obéissant à la logique implacable de sa loi dynamique, il cherche la sécurité en fuyant les solutions valables des problèmes de la vie. L'intervention du psychot […] Lire la suite

ANALYSE TRANSACTIONNELLE

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 1 079 mots

Théorie de la personnalité et pratique thérapeutique permettant de rendre compte et de modifier les relations inter-individuelles, l'analyse transactionnelle (A.T.) fut développée par le psychiatre et psychanalyste américain Eric Berne (1910-1970), qui fut l'élève de Paul Federn et d'Erik Erikson. L'analyse transactionnelle gagna rapidement les milieux psychiatriques américains ; et, en 1980, l'In […] Lire la suite

AUTISME (PRISE EN CHARGE DE L')

  • Écrit par 
  • Marie-Ève HOFFET
  •  • 2 659 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Deux avancées importantes en psychopathologie infantile »  : […] Une bien meilleure compréhension des troubles des enfants autistes – étant entendu que compréhension n'est pas une explication à la causalité – émerge de deux groupes de recherches. La psychologie cognitive, issue des travaux du philosophe et linguiste américain Noam Chomsky sur le langage, a montré l'importance de l'identification correcte des signaux perçus pour construire une réponse adaptée. […] Lire la suite

BEHAVIORISME

  • Écrit par 
  • Jean-François LE NY
  •  • 4 674 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Évolution, mise en cause et affaiblissement du behaviorisme »  : […] À partir de la fin des années quarante, les diverses théories behavioristes S-R se heurtent à de croissantes difficultés internes et externes. Les premières sont elles-mêmes de deux espèces. Tout d'abord apparaissent un certain nombre de désaccords entre des prédictions expérimentales dérivées des théories, et les résultats observés empiriquement. Contrairement à ce que l'on pourrait penser à prem […] Lire la suite

BETTELHEIM BRUNO (1903-1990)

  • Écrit par 
  • Pamela TYTELL
  •  • 1 067 mots

Psychanalyste américain d'origine autrichienne, Bruno Bettelheim fit des études de psychologie et de psychiatrie à l'université de Vienne, sa ville natale. Il acquit ensuite une solide formation psychanalytique. D'origine juive, il est déporté, en 1938, à Dachau puis à Buchenwald, expérience qui allait inspirer son étude ultérieure intitulée Individual and Mass Behavior in Extreme Situations (19 […] Lire la suite

DROGUE

  • Écrit par 
  • Alain EHRENBERG, 
  • Olivier JUILLIARD, 
  • Alain LABROUSSE
  • , Universalis
  •  • 12 113 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Abstinence-désintoxication-éradication »  : […] Trois éléments se sont cumulés pour forger la politique française de lutte contre les drogues : la culture politique républicaine qui imprègne l'action publique, les conceptions du soin par le corps professionnel qui a obtenu le monopole de gestion de ces questions, enfin l'absence de politique de santé publique. La définition politique de la drogue est liée à la façon dont la culture politique ré […] Lire la suite

ELLIS ALBERT (1913-2007)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 422 mots

Le psychologue américain Albert Ellis mit au point l'école connue sous le nom de psychothérapie rationnelle émotive, qui vise à aider les patients à surmonter leurs croyances irrationnelles et leurs attentes irréalistes. Selon cette approche, les patients apprennent à évacuer les pensées autodestructrices tout en se concentrant sur celles qui sont bénéfiques et facilitent l'acceptation de soi. El […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel WIDLÖCHER, « PSYCHOTHÉRAPIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/psychotherapie/