PSYCHOSE

Les psychoses infantiles

C'est très tardivement que la psychiatrie infantile s'est libérée de classifications et de descriptions empruntées à la clinique des adultes. L'individualisation des psychoses infantiles par rapport aux concepts de démence précoce et de schizophrénie en est une illustration. Jusqu'au début du xxe siècle, les différents tableaux de pathologie mentale de l'enfant furent confondus sous les vocables d'« idioties congénitales ou acquises », de démences, d'épilepsie. Le mouvement psychanalytique, en mettant l'accent sur les tout premiers stades du développement émotionnel et sur l'importance des premières expériences vécues par le jeune enfant, permit une compréhension dynamique et structurale de l'évolution psychique normale et pathologique. Par la suite, un changement méthodologique est intervenu qui fait passer de l'étude des mécanismes intrapsychiques à celle des interactions entre l'individu et son milieu familial et qui s'appuie notamment sur les recherches contemporaines en psychothérapie familiale ou sur des observations de bébés conduites dans des familles à transaction psychotique. De nouvelles perspectives d'application se dégagent de ces travaux, aussi bien pour le diagnostic précoce et la thérapeutique que pour la clinique préventive.

Les psychoses de l'enfant peuvent se manifester très tôt, dès la première année de la vie ; des traits spécifiques d'organisation mentale les caractérisent, qui donnent lieu à des tableaux cliniques différents suivant l'âge, le degré d'évolution libidinale, les régressions et fixations survenues au cours du développement. Le polymorphisme clinique et structural est important : il va des formes à prédominance déficitaire aux formes pseudo-névrotiques ou caractérielles, cas limites, border line ou prépsychotiques selon la terminologie employée. On peut, schématiquement, distinguer les psychoses de développement, dans lesquelles la personnalité s'organise dès les premiers mois de la vie sur le mode pathologique (comme c'est le cas[...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : médecin-général inspecteur, ancien professeur du Val-de-Grâce, directeur central du Service de santé des armées
  • : docteur en médecine, docteur ès lettres et sciences humaines, professeur de psychologie clinique et anthropologique à l'université de Paris-IV-Sorbonne-René-Descartes
  • : professeur de psychopathologie à l'université de Paris-VII, directeur du Laboratoire de psychopathologie, directeur de formation doctorale, chargé de mission pour la création de l'Institut interuniversitaire européen, co-directeur de la Revue internationale de psychopathologie

Classification


Autres références

«  PSYCHOSE  » est également traité dans :

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « La disjonction de l'affectivité et de la subjectivité : Heidegger »  : […] malade » – Stimmung qui serait même Grundstimmung en ce qu'elle est dominante et exclusive –, en particulier dans la mélancolie et dans la manie, qui constituent à elles deux l'un des deux axes des psychoses ? Si, d'un côté, la conception heideggérienne de la Befindlichkeit semble propre à jeter un jour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affectivite/#i_4000

AUTISME

  • Écrit par 
  • Jacques HOCHMANN
  •  • 3 357 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Diversité de formes cliniques et extension de la notion »  : […] du développement encore non spécifiés sur le plan international et correspondant aux psychoses infantiles (dysharmonies psychotiques et psychoses déficitaires) de la classification française. Ce point de vue extensif modifie la prévalence de l'autisme qui, avec les troubles qui lui sont associés, atteint, dans certaines statistiques, jusqu'à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autisme/#i_4000

BION WILFRED R. (1897-1979)

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 4 813 mots

Dans le chapitre « La psychose »  : […] Bion a élaboré ses conceptions concernant la psychose pendant les années 1950-1962 et les a explicitées dans Second Thoughts (1967). Il reprend au modèle de l'appareil psychique, présenté par Freud dans l'aporétique chapitre VII de L'Interprétation des rêves (1900), le thème de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilfred-r-bion/#i_4000

CLÉRAMBAULT GAËTAN GATIAN DE (1872-1934)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 465 mots

Psychiatre français. Clérambault est surtout connu par ses travaux cliniques à la fameuse Infirmerie spéciale du dépôt, à Paris, où il succéda à son maître Dupré, en 1920. Après des études sur les psychoses toxiques et les troubles mentaux consécutifs à des intoxications chroniques (en particulier celle de l'alcoolisme), il s'illustra par sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clerambault-gaetan-gatian-de/#i_4000

CONFUSION MENTALE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 009 mots

Dans le chapitre « Rôle des facteurs extérieurs »  : […] La psychose confusionnelle appartient au groupe des psychoses exogènes aiguës, dont elle représente la variété la plus fréquente, la mieux caractérisée. On peut la concevoir comme une modalité réactionnelle de l'organisme à toute agression brutale et massive compromettant l'activité d'intégration du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confusion-mentale/#i_4000

CORPS - Le corps et la psychanalyse

  • Écrit par 
  • Monique DAVID-MÉNARD
  •  • 3 959 mots

Dans le chapitre « Le corps dans les troubles psychosomatiques, dans l'hypocondrie et dans la psychose »  : […] elle doit permettre de penser, ou de commencer à penser, le statut du corps dans la psychose. La figuration de la jouissance par pantomime fait appel au dit du désir et l'excède. « Cela ne peut plus marcher ainsi, je ne peux le dire, mais je suis paralysé(e). » Cette récusation du dire de la jouissance reste pourtant arrimée au langage. Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-le-corps-et-la-psychanalyse/#i_4000

DÉFICIENCES MENTALES

  • Écrit par 
  • Bernard GIBELLO
  •  • 3 792 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Inhibitions intellectuelles »  : […] Enfin l'inhibition psychotique est d'une toute autre nature. Dans ces cas, l'espace de conscience du sujet est envahi par les symptômes du processus psychotique : les idées délirantes et les hallucination, et il ne demeure aucun espace de mémoire disponible pour penser […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deficiences-mentales/#i_4000

DÉLIRE

  • Écrit par 
  • Gabriel DESHAIES
  •  • 2 910 mots

Dans le chapitre « Les structures délirantes »  : […] Dans les psychoses délirantes aiguës, le malade subit une sorte d'expérience morbide, vécue dans l'instant, au fur et à mesure de son déroulement et de ses péripéties. Ces « expériences délirantes », comme les a décrites K. Jaspers, comportent surtout de l'angoisse, des phénomènes hallucinatoires, de l'onirisme. La conscience n' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/delire/#i_4000

ÉTATS LIMITES ou BORDERLINE

  • Écrit par 
  • Rémi TEVISSEN
  •  • 1 357 mots

Dans le chapitre « Émergence d'un repérage des états limites »  : […] borderline semblant se situer à la limite entre névrose et psychose, la question se posait de savoir si elles n'étaient que des états particuliers de l'une ou de l'autre catégorie, susceptibles de varier, par exemple dans le cadre du transfert, ou bien si elles étaient le reflet d'une prédisposition constitutionnelle propre, une authentique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-limites-borderline/#i_4000

FÉTICHISME, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 690 mots

L'attention portée par Freud à ce phénomène « du plus haut intérêt » qu'est le fétichisme, et qu'attesteront les remaniements successifs apportés aux premiers développements des Trois Essais sur la théorie de la sexualité, trouverait son emblème dans la double orientation du génie de Léonard de Vinci, partagé entre l'exigence du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fetichisme-psychanalyse/#i_4000

FOLIE

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 4 744 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La thérapeutique de la folie »  : […] , entre les maladies de l'esprit proprement dites et les maladies des nerfs, qui laissent l'esprit intouché. C'est une première ébauche de la fameuse distinction entre psychose et névrose. Elle connut pourtant une éclipse au xviiie siècle, où l'hystérie fut quelque temps considérée comme une vraie folie. Cette évolution temporaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/folie/#i_4000

FORCLUSION, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Jacques SÉDAT
  •  • 709 mots

Tiré du vocabulaire juridique, où il désigne la déchéance d'un droit qui n'a pas été exercé dans les délais prescrits, le terme de forclusion a été introduit dans le langage psychanalytique contemporain par Jacques Lacan pour traduire le mot freudien Verwerfung, très précisément dans le cadre d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forclusion-psychanalyse/#i_4000

HALLUCINATIONS

  • Écrit par 
  • Henri FAURE
  •  • 3 279 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Onirisme et psychoses »  : […] À l'inverse, dans la seconde hypothèse (au cours des psychoses hallucinatoires chroniques et des schizophrénies), les troubles psychosensoriels sont liés à une profonde altération de la personnalité, dont ils jalonnent l'évolution morbide. C'est ainsi qu'au début, par exemple, d'un syndrome discordant, on observe surtout des hallucinations […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hallucinations/#i_4000

HYPOCONDRIE

  • Écrit par 
  • Michel GOUREVITCH
  •  • 1 293 mots

Dans le chapitre « Hypocondrie névrotique et hypocondrie psychotique »  : […] est classique d'opposer une hypocondrie névrotique et une hypocondrie psychotique. Mais il convient, avant d'en énumérer les principaux aspects, d'insister sur une prédisposition, un « complexe hypocondriaque universel » (H. Ey) et, par conséquent, normal. Chaque fois qu'une perception fortuite, voire une simple idée, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypocondrie/#i_4000

INTÉRÊT, sciences humaines et sociales

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 7 558 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Apport critique de la psychose »  : […] par le commentaire du cas Schreber au cœur de la réflexion freudienne, l'analyse de la psychose a renouvelé l'analyse de l'intérêt, en la situant dans une perspective nouvelle, qui est celle de l'analyse du moi. Renouvellement profond dans la mesure où il affecte plusieurs aspects de l'intérêt – que laisserait dans l'ombre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interet-sciences-humaines/#i_4000

KRAEPELIN EMIL (1856-1926)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 546 mots

Psychiatre allemand né à Neustrelitz (Mecklembourg), Kraepelin fut élève de Wundt et de Gudden. Professeur de psychiatrie à Dorpat en 1886, puis à Heidelberg en 1890, et enfin en 1903 à Munich, il dirigea pratiquement jusqu'à sa mort la Königlische Psychiatrische Klinik. Dans son enseignement et par les neuf éditions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emil-kraepelin/#i_4000

MAHLER MARGARET (1897-1985)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 139 mots

Psychanalyste américaine d'origine autrichienne, Margaret Mahler compte parmi les plus grands théoriciens du développement du très jeune enfant. Née à Sopron (actuellement en Hongrie), elle s'installa comme pédiatre à Vienne, où elle poursuivit son analyse avec Helen Deutsch et fréquenta le cercle des disciples et des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/margaret-mahler/#i_4000

MALADIES MENTALES

  • Écrit par 
  • Paul SIVADON
  • , Universalis
  •  • 5 762 mots

Dans le chapitre « Divers types de maladies mentales »  : […] On dit qu'il y a psychose lorsque l'intégration du moi et du monde ne peut se faire et que la coexistence implique une modification de l'un ou l'autre, si ce n'est des deux. Chez l'adulte, où le moi a acquis une certaine consistance, c'est lui qui résiste habituellement le mieux : c'est la signification commune du monde qui se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-mentales/#i_4000

MANIACO-DÉPRESSIVE PSYCHOSE

  • Écrit par 
  • Maurice BAZOT
  •  • 3 920 mots

des médecins et des psychiatres. En 1899, E. Kraepelin fait la synthèse des travaux consacrés à ce trouble de l'humeur : la psychose maniaco-dépressive est née. Il l'oppose à la démence précoce (bientôt dénommée schizophrénie), irréversible et chronique, alors que la psychose maniaco-dépressive est essentiellement, dans ses accès, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychose-maniaco-depressive/#i_4000

MANIE

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 204 mots

Du mot grec mania, qui signifie « folie furieuse », l'ancienne médecine avait fait le nom technique de la folie en général (les modernes en ont tiré les composés mégalomanie, érotomanie, kleptomanie, etc.). Dans la langue commune, la notion s'atténua considérablement et en vint à désigner de petits […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manie/#i_4000

MÉLANCOLIE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 3 001 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « En deçà de la psychose »  : […] s'arrêter, s'abritant, pour la plupart, derrière la solution stérile de l'étiquette psychotique. Mais appuyons-nous encore une fois sur la tradition philosophique – dont s'inspire également la psychanalyse existentielle avec Ludwig Binswanger et Hubertus Tellenbach – avec un penseur comme Kierkegaard, par exemple, qui n'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melancolie/#i_4000

NARCISSISME

  • Écrit par 
  • Michèle MONTRELAY
  •  • 4 743 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Narcisse et la parole »  : […] où les attributs, la personne, la « raison » deviennent langage : le psychotique est – sans médiation, sans recul – la forme, la sonorité, le glissement des mots. Lorsqu'un schizophrène dit : « C'est la fête de la verdure », il ne s'exprime pas ; autrement dit, il n'utilise pas les mots comme instrument pour dire un message. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/narcissisme/#i_4000

PARANOÏA

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 3 137 mots

Dans le chapitre « Étiologie et pathogénie : la personnalité paranoïaque »  : […] chez des sujets le plus souvent prédisposés, les a fait considérer soit comme des psychoses purement endogènes (Kraepelin, Kehrer, Gaupp), soit comme un développement de la personnalité antérieure (Jaspers, Lacan) sans qu'il y ait véritable solution de continuité entre le caractère paranoïaque et le délire. Rares sont les psychiatres qui ont retenu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paranoia/#i_4000

PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 17 217 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Phénoménologie et logique »  : […] dire, écrit Lacan en 1932 dans le commentaire du cas Aimée, que notre recherche dans les psychoses reprend le problème au point où la psychanalyse est parvenue. » Plus précisément, « la notion même de fixation narcissique, sur laquelle la psychanalyse fonde sa doctrine des psychoses, reste très insuffisante, comme le montre bien la confusion des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse/#i_4000

PSYCHIATRIE

  • Écrit par 
  • Jean AYME, 
  • François CAROLI, 
  • Georges LANTERI-LAURA, 
  • Jean-Michel THURIN
  •  • 17 779 mots

Dans le chapitre « L'organodynamisme de Henri Ey »  : […] alors que celui de la neurologie se trouve constitué par les dissolutions partielles. Ces dissolutions globales sont celles de la conscience, dans le cas des psychoses aiguës, et celles de la personnalité, dans le cas des névroses et des psychoses chroniques ; elles produisent des effets négatifs, en rapport avec le niveau d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychiatrie/#i_4000

PSYCHOPHARMACOLOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DENIKER
  •  • 4 808 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La psychopharmacologie des origines à nos jours »  : […] ils agissaient sur des symptômes, mais qu'ils n'influaient pas beaucoup sur le cours des psychoses majeures. Toutefois, on doit déjà noter une certaine action des médicaments antiépileptiques et le rôle joué par la pénicilline dans le traitement des psychoses syphilitiques comme la paralysie générale. La relative inefficacité des substances […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychopharmacologie/#i_4000

REFOULEMENT

  • Écrit par 
  • Pierre FISZLEWICZ
  •  • 3 618 mots

Dans le chapitre « Le refoulement dans les diverses affections »  : […] Dans les psychoses, par contre, il est très difficile de se représenter en quoi peut consister l'opération du refoulement. Les représentations de mots ne s'y distinguent pas, en effet, des représentations de choses ; ou, plus exactement, elles s'offrent à l'observation clinique comme si elles étaient des représentations de choses. On peut donc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/refoulement/#i_4000

SCHIZOÏDIE

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 426 mots

Type de caractère pathologique ayant des traits communs avec la psychose schizophrénique. Kretschmer (1888-1964), inventeur du terme « schizoïdie », l'emploie (1921) tantôt comme un synonyme de schizothymie, tantôt pour indiquer des états qui se situent davantage sur le chemin de la psychose. Cette ambiguïté langagière n'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/schizoidie/#i_4000

SCHIZOPHRÉNIE

  • Écrit par 
  • Maurice BAZOT, 
  • Gilles DELEUZE
  •  • 6 973 mots

Dans le chapitre « La psychanalyse et la famille « schizogène » »  : […] dire que la psychanalyse nous sorte d'un point de vue négatif. C'est qu'elle a avec la psychose un rapport essentiellement ambigu. D'une part, elle sent bien que tout son matériel clinique lui vient de la psychose (c'est déjà vrai de l'école de Zurich pour Freud, c'est encore vrai pour Melanie Klein et pour Jacques Lacan : toutefois, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/schizophrenie/#i_4000

SPALTUNG, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 717 mots

Traduit en français, suivant les usages qu'on en fait, par « séparation », « clivage » ou « dissociation », le terme allemand Spaltung n'est lui-même que la traduction par Freud d'une expression fréquente dans la psychiatrie française du xixe siècle, celle de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spaltung-psychanalyse/#i_4000

TRANSSEXUALISME

  • Écrit par 
  • Sylvie SESÉ-LÉGER
  •  • 4 176 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Clinique, étiologie et thérapeutique »  : […] délire de changement de sexe accompagnant tel ou tel moment fécond d'une psychose : en fait, les vécus hallucinatoires de transformation corporelle se rencontrent assez souvent chez les schizophrènes et dans les délires de filiation paranoïaque – par exemple, dans le cas du président Schreber, qui a été interprété […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transsexualisme/#i_4000

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre JUILLET, Hélène STORK, Pierre FÉDIDA, « PSYCHOSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychose/