PSYCHOSE (psychanalyse)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le concept de psychose

C'est à Ernst von Feuchtersleben que l'on attribue la paternité, en 1845, du terme de psychose au sens très global de « maladie de l'esprit » (Seelenkrankheit), alors que celui de névrose désignait « toutes ces affections étranges du sentiment ou du mouvement qui sont sans fièvre » (William Cullen, 1776), et dont certaines seulement se traduisaient par des troubles mentaux. Le terme gagna progressivement les nations germanophones dans la seconde moitié du xixe siècle, puis la France. De remarquables observateurs comme Emil Kraepelin et les grands cliniciens de l'école française dégagèrent les cadres principaux de ces états et, par là même, entreprirent leur épurement. Ainsi se créa en particulier un couple d'opposition pertinente entre psychose et névrose. Cette distinction se fit encore plus nette après que le second groupe se fut débarrassé de certaines conditions organiques, avant tout neurologiques, qu'il eut incorporé les obsessions et les phobies, qu'enfin, sous l'influence de la psychanalyse, il eut été lié à des conflits psychologiques — alors que les étiologies des psychoses sont admises comme diverses.

L'approche clinique des états psychotiques : limites et intérêt

Pour en rester aux psychoses de l'adulte, la validité de leurs critères cliniques est actuellement mise en question par beaucoup. De plus, au nom d'une perspective générale « athéorique », essentiellement descriptive, qui permette une meilleure communication entre psychiatres, le D.S.M. (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) de l'American Psychiatric Association ne tient plus compte, notamment, de l'édifice freudien des névroses, dont les fragments sont regroupés dans divers troubles (« anxieux » surtout). Toutefois, conformément à l'opinion apparemment dominante des psychiatres français, nous conserverons ici la notion de névrose.

Dans leurs aspects les plus typiques, qu'elles soient aiguës ou durables, les psychoses comportent : une symptomatologie majeure (caractéristique s'il s'agit par exemple d'idées délirantes, d'hallucinations, de certains troubles du cours de la pensée) ; une altération du contact avec ce qu'il est convenu d'appeler la réalité ; une diminution ou une absence de conscience et de critique vis-à-vis du vécu pathologique, avec croyance à son égard ; une atteinte profonde de la personnalité, fréquemment accompagnée de perturbations de la relation au monde extérieur, en particulier des conduites, avec parfois isolement ; une impression générale d'étrangeté des troubles, source possible de malaise chez un interlocuteur peu habitué à ces patients ; une évolution le plus souvent réservée (encore que la notion de chronicité ne soit pas synonyme d'incurabilité). Les névroses regroupent : des symptômes répétitifs mais moins « graves », relativement superficiels et plastiques ; une certaine conscience de leur caractère morbide, vécu comme une enclave au moins gênante, contre laquelle le sujet tend à lutter sans résultat ; l'absence de désorganisation de la personnalité, avec des attitudes plus pragmatiques, des altérations du comportement moins accentuées, mais s'accompagnant souvent de doutes et d'indécision ; une évolution davantage réversible, facilitée par une fréquente demande de recours médical.

En fait, une telle opposition est inconstante et controversée. Ainsi, une conscience très douloureuse du pathologique peut s'observer chez les schizophrènes lors des moments féconds qui inaugurent ou jalonnent leur parcours, s'accompagnant parfois d'une angoisse intense, diffuse et désorganisante. Dans les états hypocondriaques majeurs, le niveau auquel se situe l'inculpation de la santé, en particulier sa nature délirante éventuelle, est souvent bien difficile, sinon impossible à préciser. Certes fort discutée, l'importante frange formée par les états limites (border lines) est souvent décrite comme un équilibre très fragile, une symptomatologie polymorphe avec, par exemple, des épisodes de forte angoisse mutilante et d'oscillations par rapport à la réalité, frôlant constamment un vécu psychotique « symptomatique [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Écrit par :

  • : professeur de psychopathologie à l'université de Paris-VII, directeur du Laboratoire de psychopathologie, directeur de formation doctorale, chargé de mission pour la création de l'Institut interuniversitaire européen, codirecteur de la Revue internationale de psychopathologie
  • : médecin-général inspecteur, ancien professeur du Val-de-Grâce, directeur central du Service de santé des armées
  • : docteur en médecine, docteur ès lettres et sciences humaines, professeur de psychologie clinique et anthropologique à l'université de Paris-IV-Sorbonne-René-Descartes

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre FÉDIDA, Pierre JUILLET, Hélène STORK, « PSYCHOSE (psychanalyse) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/psychose-psychanalyse/