PSYCHOPHYSIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les méthodes de mesure de seuil

La méthode constante 

La méthode constante consiste à présenter plusieurs fois un ensemble fixe de stimuli dans un ordre aléatoire. L’expérimentateur sélectionne un ensemble de valeurs d’intensité allant de très faible, par exemple zéro, à facilement perceptibles. Le plus souvent, quatre à sept intensités différentes sont testées. Les stimuli sont présentés un à la fois pour le seuil absolu, par paires (un de valeur fixe et un de valeur variable) pour le seuil différentiel, dans un ordre aléatoire et équiprobable sur les intensités. À chaque présentation, l’observateur décide si un signal était présent ou non. Quand chacune des intensités a été présentée vingt à vingt-cinq fois aléatoirement, la proportion de réponses « perçu » et « non perçu » est calculée pour chaque valeur du stimulus et représentée sur une fonction psychométrique. La fonction n’est pas linéaire car, pour les valeurs d’intensité plus forte, la proportion de réponses « perçu » est plus élevée que pour les stimuli de faible intensité. Par convention, le seuil absolu, mesuré par la méthode constante, est défini comme l’intensité donnant lieu à 50 p. cent de réponses « perçu ». Dans la méthode constante, les valeurs du stimulus sont déterminées à l’avance. Cette méthode requiert donc une connaissance préalable des valeurs probables du seuil.

La méthode des limites

La méthode des limites implique la présentation des stimuli dans une séquence ascendante ou descendante. Le stimulus change d’intensité par pas fixes en commençant soit par une valeur facilement détectable soit par des valeurs impossibles à détecter. Par exemple, on présente un signal nettement perceptible, puis on diminue son intensité jusqu’à la première valeur que le sujet ne perçoit pas (série descendante). Quand le sujet répond « non perçu », des signaux de plus forte intensité sont présentés jusqu’à la valeur du stimulus perçu (série ascendante). On répète plusieurs fois chacune des deux séries ascendante et descendante. La séquence s’arrête quand la réponse d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  PSYCHOPHYSIQUE  » est également traité dans :

AUDITION - Psycho-acoustique

  • Écrit par 
  • Marie-Claire BOTTE, 
  • Christel SORIN
  •  • 4 469 mots
  •  • 3 médias

La psycho-acoustique, branche de la psychophysique, a pour objet l'étude expérimentale des relations quantitatives entre les stimulus acoustiques mesurables physiquement et les réponses de l'ensemble du système auditif : sensations et perceptions auditives. Après avoir établi ces relations, le psycho-acousticien recherche dans le fonctionnement du système neurosensoriel de l'audition des mécanis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/audition-psycho-acoustique/#i_36062

EBBINGHAUS HERMANN (1850-1909)

  • Écrit par 
  • Jean-François RICHARD
  •  • 334 mots

Psychologue allemand, qui s'est attaché à mettre au point des méthodes de mesure pour l'étude des processus mentaux supérieurs. Né près de Bonn, fils de marchand, Ebbinghaus fait des études d'histoire, de philologie, puis de philosophie à Bonn, Halle et Berlin et commence une existence indépendante d'homme de science. Il découvre chez un bouquiniste parisien, en 1875, l'ouvrage de Fechner […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermann-ebbinghaus/#i_36062

FECHNER GUSTAV THEODOR (1801-1887)

  • Écrit par 
  • Claude RABANT
  •  • 911 mots

L'inventeur de la psychophysique, Fechner — un des penseurs qui marquèrent le plus l'Allemagne au xix e siècle — est à bien des égards l'héritier de la philosophie de la nature. Encore étudiant, il lit avec enthousiasme les œuvres de Schelling et d'Oken. Il en retient l'idée « que la nature culmine dans une unité et qu'elle est pénétrée par un pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustav-theodor-fechner/#i_36062

MACH ERNST (1838-1916)

  • Écrit par 
  • Michel PATY
  •  • 4 135 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'univers des sensations comme seule réalité »  : […] Les travaux de Mach en physiologie et psychologie des sensations ont orienté de façon décisive ses conceptions épistémologiques, en le conduisant à privilégier, dans le processus de connaissance scientifique, le rôle de l'observation et des sensations. Dans L'Analyse des sensations , il exprime l'exigence d'abolir toute séparation entre le physique et le mental, l'objet et l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-mach/#i_36062

PERCEPTION

  • Écrit par 
  • Paolo BARTOLOMEO
  •  • 3 892 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Sensation et perception »  : […] Une distinction traditionnelle en psychologie expérimentale est celle entre sensation et perception. Selon cette distinction, la sensation concernerait des qualités élémentaires des objets. Par exemple, dans la modalité visuelle, on peut avoir la sensation des contours ronds d’une pomme, ou de sa couleur rouge ; en revanche, l’expérience de la pomme comme objet unitaire (rond et rouge) se ferait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perception/#i_36062

PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 17 217 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La tentation des modèles »  : […] Pour emprunter un premier exemple aux débuts de la carrière de Freud, on sait que l'investigation du psychisme « par couches » relève d'une méthodologie sérielle dont le Freud des Études sur l'hystérie a caractérisé la démarche selon trois dimensions, correspondant au triple champ du conscient, du préconscient et de l' inconscient. De la première, linéaire, relève l'ordre chr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse/#i_36062

PSYCHOLOGIE HISTOIRE DE LA

  • Écrit par 
  • Serge NICOLAS
  •  • 4 964 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’école allemande, fer de lance de la psychologie expérimentale »  : […] C’est le physiologiste Wilhelm Wundt (1832-1920) qui sera l’un des premiers à promouvoir la nouvelle psychologie en la dégageant du discours philosophique et en l’appuyant sur l’expérimentation. Dès 1862, il propose la constitution officielle de la psychologie expérimentale en tant que discipline autonome. L’objectif de Wundt est d’étudier au moyen de l’expérimentation, et grâce aux méthodes psyc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-la-psychologie/#i_36062

SEUIL, psychophysique

  • Écrit par 
  • Jean-François RICHARD
  •  • 447 mots

On distingue classiquement, en psychophysique, deux types de seuils : le seuil absolu, qui est, pour une modalité sensorielle donnée, la plus petite quantité d'énergie physique capable de provoquer une réaction, un comportement spécifique de la part de l'organisme ; le seuil différentiel, qui est l'augmentation de l'intensité physique juste nécessaire pour provoquer une différence de réaction. Che […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seuil-psychophysique/#i_36062

WEBER ERNST HEINRICH (1795-1878)

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 184 mots

Anatomiste et physiologiste allemand, dont le nom reste attaché au problème du seuil différentiel, Weber fut professeur à l'Université de Leipzig, de 1818 jusqu'à sa mort. Il publia, en 1851, un ouvrage sur le sens du toucher et la sensibilité générale ( Der Tastsinn und das Gemeingefühl ). Les recherches de Weber, qui fut un expérimentateur très minutieux, ont porté sur la c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-heinrich-weber/#i_36062

Voir aussi

Pour citer l’article

Muriel BOUCART, « PSYCHOPHYSIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychophysique/