PSYCHOPHARMACOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Neuroleptiques : caractéristiques psychophysiologiques

Neuroleptiques : caractéristiques psychophysiologiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Antidépresseurs : caractéristiques

Antidépresseurs : caractéristiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Neuroleptiques

Neuroleptiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Neuroleptiques : utilisation

Neuroleptiques : utilisation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Tous les médias


Chimiothérapies psychiatriques

On désigne sous ce nom les médicaments qui doivent être administrés de façon méthodique pour obtenir une certaine imprégnation des centres nerveux. Les principales chimiothérapies sont représentées par l'emploi des neuroleptiques, par celui des antidépresseurs et par celui du lithium.

Médicaments neuroleptiques

Les neuroleptiques sont caractérisés par leurs puissantes actions sédatives et réductrices des mécanismes psychotiques (excitation, agitation, délires et hallucinations) et par leur aptitude à produire des symptômes neurologiques (parkinsonisme artificiel), à laquelle ils doivent leur dénomination. Ce type d'activité psychopharmacologique original se retrouve dans plusieurs familles de structures chimiques fort différentes : phénothiazines, réserpiniques, butyrophénones, benzamides, etc..

Neuroleptiques

Neuroleptiques

dessin

Neuroleptiques. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les phénothiazines tricycliques fournissent le plus grand nombre de neuroleptiques dans un groupe qui a également donné des antihistaminiques et des antiparkinsoniens. La chlorpromazine (Largactil) fut le premier de ce groupe à être employé en thérapeutique psychiatrique (Delay et Deniker, 1952) : son effet le plus spectaculaire est la disparition de l'agitation dans les services de psychiatrie ; mais son action est plus complexe que celle d'un « tranquillisant », car ce neuroleptique réduit également les psychoses aiguës et chroniques. À la suite du prototype ont été synthétisés des agents plus puissants : soit plus sédatifs (composés à chaîne aliphatique, telle la lévomépromazine, ou Nozinan), soit plus « désinhibiteurs », pour ne pas dire stimulants, qui sont les phénothiazines pipérazinées comme la thiopropérazine (Majeptil), la fluphénazine (Moditen). Des composés plus maniables ont été trouvés avec les phénothiazines pipéridinées : thioridazine (Melleril), propériciazine (Neuleptil). Enfin, les premiers neuroleptiques-retard, ou agents d'effet prolongé, réalisés avec les sels de fluphénazine ou [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : membre de l'Académie de médecine, professeur à la faculté de médecine, médecin des hôpitaux de Paris

Classification


Autres références

«  » est également traité dans :

ABRÉACTION

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 418 mots

Terme utilisé en psychiatrie et en psychothérapie et qui traduit l'allemand Abreagiren, mot inconnu sans doute avant Breuer et Freud. Dans le sens le plus général, l'abréaction désigne toute décharge émotionnelle qui permet à un sujet d'extérioriser un affect lié à un souvenir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abreaction/#i_31830

AMPHÉTAMINES

  • Écrit par 
  • Michel HAMON
  •  • 502 mots

Drogues sympathicomimétiques dérivées de la phényl-éthylamine. Ainsi l'amphétamine racémique proprement dite est la ± α-méthyl-phényl-éthylamine. Deux propriétés caractérisent ce groupe : suppression de de l'appétit (effet anorexigène), stimulation de l'activité du système nerveux central […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amphetamines/#i_31830

ANALEPTIQUES

  • Écrit par 
  • Marie-Christine STÉRIN
  •  • 189 mots

Drogues qui ont une action stimulante sur le fonctionnement des différents appareils de l'organisme. Les plus connus des analeptiques sont ceux qui agissent sur le système cardio-vasculaire et ceux qui agissent sur le système nerveux (psycho-analeptiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analeptiques/#i_31830

ANXIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Daniel WIDLÖCHER
  •  • 2 615 mots

Dans le chapitre « Thérapeutique »  : […] Certains  médicaments  bloquent  l'état d'hyperéveil (barbituriques, neuroleptiques) ou celui d'hyperactivité sympathique (antagonistes de l'action adrénergique). L'action des tranquillisants, en particulier des benzodiazépines, demeure plus controversée. Ces produits se définissent moins par leurs caractéristiques chimiques que par leurs effets […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anxiete/#i_31830

ANXIOLYTIQUES

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT
  •  • 521 mots
  •  • 1 média

Par opposition aux tranquillisants majeurs ou neuroleptiques dont les indications thérapeutiques sont différentes, les anxiolytiques ou tranquillisants mineurs forment un groupe de produits vaste et hétérogène. Ces médicaments agissent principalement dans l'anxiété névrotique ou réactionnelle sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anxiolytiques/#i_31830

BARBITURIQUES

  • Écrit par 
  • A. M. HAZEBROUCQ
  •  • 1 031 mots

Composés organiques dérivant de la malonylurée improprement appelée acide barbiturique en raison de la forme de ses cristaux « semblables à une lyre » (barbitos), les barbituriques constituent un groupe homogène tant sur le plan chimique que sur le plan pharmacologique. Leur action dépressive sur le système nerveux central en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barbituriques/#i_31830

DELAY JEAN (1907-1987)

  • Écrit par 
  • Jean MÉTELLUS
  •  • 1 040 mots

en 1952 qu'il a 1'idée, avec son collaborateur Pierre Deniker, d'appliquer la chlorpromazine (employée par Henri Laborit au Val-de-Grâce pour produire l'hibernation artificielle) au traitement de certaines maladies mentales, avec un plein succès. La chimiothérapie fait son entrée en psychiatrie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-delay/#i_31830

DENIKER PIERRE (1917-1998)

  • Écrit par 
  • Henri LOO, 
  • Jean-Pierre OLIÉ
  •  • 662 mots

assistant dans cet hôpital, il fut l'élève proche de Jean Delay. Leurs travaux ont donné naissance à la psychopharmacologie moderne : à ce titre, en juillet 1998, l'International Collegium of Neuropsychopharmacology marquait une nouvelle fois sa gratitude à Pierre Deniker en lui remettant un prix pour son rôle de pionnier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-deniker/#i_31830

DROGUE

  • Écrit par 
  • Alain EHRENBERG, 
  • Olivier JUILLIARD, 
  • Alain LABROUSSE
  • , Universalis
  •  • 12 112 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Poisons de l'esprit, drogues, « came » »  : […] En 1924, Louis Lewin, célèbre pharmacologue berlinois, présentait dans Phantastica la première classification de ce qu'il appelait non sans fascination les poisons de l'esprit. La connaissance biochimique des substances utilisées par les toxicomanes contemporains et des mécanismes physiques qu'elles induisent n'est encore qu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drogue/#i_31830

HALLUCINATIONS

  • Écrit par 
  • Henri FAURE
  •  • 3 279 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le traitement »  : […] Les hallucinolytiques sont des antagonistes des hallucinogènes ; leur « chef de file », la chlorpromazine, a été découvert en 1952, bientôt suivi d'un grand nombre d'autres produits généralement désignés sous le nom de neuroleptiques ; les uns sont capables de réduire l'impétuosité des paroxysmes oniriques ; les autres sont efficaces sur l'activité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hallucinations/#i_31830

NEUROSÉDATION : LA CHLORPROMAZINE

  • Écrit par 
  • François CHAST
  •  • 277 mots

En 1950, en France, Henri Laborit chirurgien de la Navale, recherche avec un anesthésiste, Pierre Huguenard, la combinaison idéale de différents médicaments afin de mettre au point un « cocktail lytique » permettant de prévenir le choc opératoire. Il suffirait pour protéger l'organisme, d'inhiber le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurosedation-la-chlorpromazine/#i_31830

PSYCHIATRIE

  • Écrit par 
  • Jean AYME, 
  • François CAROLI, 
  • Georges LANTERI-LAURA, 
  • Jean-Michel THURIN
  •  • 17 779 mots

Dans le chapitre « Neuromédiateurs et psychopharmacologie »  : […] Dans le fonctionnement cérébral, la communication entre neurones joue un rôle fondamental. Les informations sont transmises ou non selon la sensibilité des récepteurs et la quantité de neurotransmetteurs, eux-mêmes soumis à des régulations complexes. Le détail de ce fonctionnement est encore bien loin d'être totalement connu, mais on sait par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychiatrie/#i_31830

RÉSERPINE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 311 mots

Drogue antihypertensive et tranquillisante extraite des racines de certaines espèces de Rauwolfia, plantes tropicales et semi-tropicales. La racine de Rauwolfia serpentina réduite en poudre a été utilisée en Inde pendant des siècles pour son effet tranquillisant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reserpine/#i_31830

Voir aussi

ANTIDÉPRESSEURS    BUTYROPHÉNONES    CHLORPROMAZINE    IMAO    LARGACTIL    M.A.O.    NEUROLEPTIQUES    PHÉNOTHIAZINES

Pour citer l’article

Pierre DENIKER, « PSYCHOPHARMACOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychopharmacologie/