PSYCHOPATHIA SEXUALIS, Richard von Krafft-EbingFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Entre catalogue et classification

Rassemblant quarante-cinq cas en 110 pages dans sa première édition, le livre a augmenté considérablement de volume au fil des éditions. La septième édition en 1892 recensait 192 cas et la douzième, en 1903, 237. Les récits autobiographiques transmis à Krafft-Ebing par les délinquants soumis à son expertise y occupent une place prépondérante. Mais celui-ci a aussi inclus des cas rapporté par des confrères ou pris dans d'autres ouvrages scientifiques. Parmi les auteurs qu'il cite, on trouve les Français Ambroise Tardieu, Jacques Moreau de Tours, Alexandre Brierre de Boismont, Jean Martin Charcot et Valentin Magnan, les Allemands Ivan Bloch, Albert Moll, Hans Kurella, Alois Alzheimer, Albert Eulenburg, Benjamin Tarnowsky, enfin l'Italien Cesare Lombroso.

Pour expliquer les maladies mentales, Krafft-Ebing recourt à plusieurs théories, notamment à l'idée très en vogue à son époque qui faisait de la « neurasthénie » ou du « nervosisme » causé par les progrès de la civilisation moderne le véritable mal du siècle. Fidèle au principe qui voulait que les symptômes psychopathologiques fussent attribués à des lésions du cerveau (organogenèse), il reprit la théorie de la dégénérescence de Benedict Augustin Morel (1809-1873) pour expliquer les déviations de l'instinct sexuel par une « constitution névropathique » due principalement à l'hérédité. Mais « ces manifestations qui offensent nos principes éthiques ou esthétiques » pouvaient aussi avoir pour cause une vie de débauche ou bien encore la masturbation (préjugé remontant à l'essai sur l'onanisme du médecin suisse Samuel Tissot, paru en 1758).

Particulièrement intéressé par ce que Karl Otto Westphall avait désigné en 1869 sous le terme de conträre Sexualempfindungen (inversion du sens génital, selon la traduction de Charcot et Magnan en 1883), Krafft-Ebing devait accorder de plus en plus de place dans son ouvrage aux cas d'homosexualité. [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur des Universités, docteur en médecine, directeur du Ludwig Boltzmann-Institut für Suchtforschung

Classification


Autres références

«  PSYCHOPATHIA SEXUALIS, Richard von Krafft-Ebing  » est également traité dans :

KRAFFT-EBING RICHARD VON (1840-1902)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 293 mots

Psychiatre allemand. Après des études de psychologie et de médecine en Suisse, puis en Allemagne où il est l'élève de Griensinger, Krafft-Ebing est nommé professeur de psychiatrie, successivement à Strasbourg, à Graz et enfin à Vienne, où il remplace Meynert en 1889. Quoique peu favorable aux premiers travaux de Freud sur les névroses (« Ça ressemble à un conte de fées scientifique », déclare-t-il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-von-krafft-ebing/#i_33127

PÉDOPHILIE

  • Écrit par 
  • André CIAVALDINI
  •  • 2 416 mots

Dans le chapitre « Pédophilie et psychiatrie »  : […] Au xix e  siècle, l'enfant apparaît comme la première victime des agressions sexuelles et, sous le poids de la demande judiciaire, il échoit à la psychiatrie d'intervenir dans la régulation de ces pratiques sexuelles déviantes. La première étude sur les attentats aux mœurs et les maltraitances sur enfant en France date de 1867, sous la forme d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedophilie/#i_33127

SADISME ET MASOCHISME

  • Écrit par 
  • Dominique JAMEUX
  •  • 3 940 mots

Dans le chapitre « Position générale du problème »  : […] « Un sadique se trouve face à face avec un masochiste. Il l'entraîne sans ménagements dans un coin de la pièce, prend une profonde inspiration et, terrible, ébauche un geste de menace. L'angoisse délicieuse se peint sur les traits du masochiste. Au moment de frapper, pourtant, le sadique se ravise, baisse le bras, puis, impitoyable, laisse tomber un « non » sardonique et méchant. Sa victime pousse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sadisme-et-masochisme/#i_33127

TRANSSEXUALISME

  • Écrit par 
  • Sylvie SESÉ-LÉGER
  •  • 4 175 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Naissance d'une entité pathologique »  : […] Des troubles s'apparentant au transsexualisme existaient certainement déjà dans l'Antiquité, mais ils n'entraient pas dans le champ médical, car, jusqu'au xix e siècle, les comportements déviants et notamment sexuellement déviants relevaient de la compétence des juristes et des hommes d'Église. C'est, sans doute, Jean Esquirol qui décrit en 1838 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transsexualisme/#i_33127

Voir aussi

Pour citer l’article

Alfred SPRINGER, « PSYCHOPATHIA SEXUALIS, Richard von Krafft-Ebing - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychopathia-sexualis/