PSYCHOMOTRICITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Expérience du corps et thérapie psychomotrice

Bien qu'elle garde une certaine valeur nosologique, la classification de Wallon a suscité, quant à ses principes, maintes critiques : tout d'abord celle d'être une survivance des conceptions anatomo-cliniques qui dépeçaient les fonctions en rapportant chacune de leurs composantes à un organe ou centre nerveux, conceptions elles-mêmes tributaires de la théorie jacksonienne de la hiérarchisation des niveaux fonctionnels selon laquelle chaque niveau supérieur, en tant que tel plus complexe, plus organisé, plus volontaire, contrôle le niveau inférieur ; en outre, il s'avère que les stades réalisés en pathologie ne sont que la caricature grossière de ceux par lesquels passe l'enfant normal. Autrement dit, la perspective wallonienne pâtit du postulat discutable du parallélisme entre le pathologique et le normal et de la déduction du premier à partir du second, postulat qui a été réfuté par Goldstein et plus récemment par Georges Canguilhem.

Il convient donc de corriger cette classification des syndromes et la conception conjointe des types, en leur prêtant aux uns et aux autres une justification plus clinique qu'anatomo-pathologique. Wallon, d'ailleurs, nous y invite lui-même en soulignant le rôle de la relation avec autrui dans la formation, les perturbations et la complexion personnelle de la psychomotricité. C'est ainsi que, développant sa théorie de l'émotion comme relation tonique et exploitant l'apport psychanalytique mal apprécié par Wallon, J. de Ajuriaguerra a assoupli et élargi le tableau des troubles psychomoteurs : il met l'accent autant sinon plus sur leur signification relationnelle, affective et pulsionnelle que sur leur infrastructure anatomo-physiologique. La psychomotricité serait à lire comme un langage, l'expérience du corps comme un dialogue tonique. On est conduit par là à prendre en considération de manière privilégiée des signes tels que les tics, le bégaiement, l'énurésie, l'anxiété, la dyslexie, la dysgraphie, et, par extension, les perturbations névrotiques, ps [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : agrégé de philosophie, docteur ès lettres et sciences humaines, professeur à l'université d'Avignon

Classification


Autres références

«  PSYCHOMOTRICITÉ  » est également traité dans :

CORPS - Le corps et la psychanalyse

  • Écrit par 
  • Monique DAVID-MÉNARD
  •  • 3 959 mots

Dans le chapitre « Spatialité de la pulsion »  : […] Cette plasticité du corps érogène, contigu au corps physiologique et presque homogène au dit du désir – à ceci près que le dit est du côté de l'interdit, alors que l'érogénéité vise la réalisation d'un plaisir inactualisable, mais figuré par pantomime –, se trouve redéfinie en 1915 par le concept de pulsion, qui lie des éléments hétérogènes : la poussée, le but, l' objet et la source. Tous ces ter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-le-corps-et-la-psychanalyse/#i_36155

ENFANCE (Les connaissances) - Développement psychomoteur

  • Écrit par 
  • Didier-Jacques DUCHÉ
  •  • 6 674 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le nourrisson (jusqu'à douze ou quinze mois) »  : […] Tous les auteurs sont d'accord pour faire de cette période un ensemble évolutif et fonctionnel. Globaux, massifs et inadaptés au point de départ, les mouvements du nouveau-né deviennent à la fin de cette période des gestes coordonnés et capables de s'adapter au but. Cette évolution se fait, suivant une direction céphalo-caudale – de haut en bas – et proximo-distale, c'est-à-dire de la racine à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfance-les-connaissances-developpement-psychomoteur/#i_36155

GAUCHERIE

  • Écrit par 
  • Jacqueline FAGARD
  •  • 1 464 mots

Le terme « gaucherie » comporte plusieurs sens. Ce terme fait référence au choix de la main gauche pour écrire, mais il signifie également « manque d’adresse ». Les gauchers seraient-ils maladroits, par opposition aux droitiers ? Ou s’agit-il d’une stigmatisation sans fondement dont sont souvent victimes les minorités ? On dit d’une personne qu’elle est gauchère si elle écrit avec sa main gauche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaucherie/#i_36155

HYSTÉRIE

  • Écrit par 
  • Thérèse LEMPÉRIÈRE
  •  • 7 597 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les accidents somatiques durables »  : […] Les accidents somatiques durables surviennent surtout au niveau des organes de la vie de relation dont ils paralysent la fonction ; motricité, sensibilité, phonation, activité sensorielle, peuvent être touchés de façon élective ou concomitante. L' atteinte motrice se réalise sous forme de paralysies, de contractures, de mouvements anormaux. Ne s'accompagnant d'aucun signe ob […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hysterie/#i_36155

LATÉRALISATION MANUELLE

  • Écrit par 
  • Jacqueline FAGARD
  •  • 1 597 mots

Le terme « latéralisation » renvoie au fait que les organes corporels doubles, bien que symétriques en apparence, sont fonctionnellement asymétriques. C’est le cas pour les mains, les pieds, les yeux, les oreilles, organes corporels périphériques qui ne sont pas nécessairement tous latéralisés du même côté. Concernant la latéralisation manuelle (ou préférence manuelle), il est notoire que chacun […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lateralisation-manuelle/#i_36155

TIC

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 906 mots

Contraction musculaire brusque, involontaire mais consciente, le tic affecte d'un mouvement rapide et répété un endroit précis du corps, peu susceptible de changement. Il se manifeste à l'état de veille et, le plus souvent, chez des individus émotifs, avec une tendance à s'exacerber lorsque s'accroissent les difficultés. Clignement des yeux, agitation de la lèvre, reniflements, gloussements, hauss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tic/#i_36155

WALLON HENRI (1879-1962)

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 2 182 mots

Dans le chapitre « Actualité de Wallon »  : […] Dans le domaine de la psychologie génétique, les travaux nombreux concernant la sociabilité primaire de l'enfant (Bruner, 1956 ; Fantz, 1961 ; Hughes, 1975 ; Maratsos, 1976 ; Flavell, 1981) ne font que confirmer le caractère prémonitoire, et toujours pleinement actuel, des vues de Wallon en ce domaine. Il faut mentionner aussi à ce propos l'important courant qu'ont engendré les travaux sur la noti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-wallon/#i_36155

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel BERNARD, « PSYCHOMOTRICITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychomotricite/