PSYCHOLOGIE ET JUSTICE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l’arrestation du suspect au jugement

Parallèlement à la nature des charges et aux éléments permettant de déterminer le degré d’implication et de responsabilité du mis en cause (suspect) dans les faits incriminés, de nombreux facteurs extralégaux peuvent influencer le déroulement et l’issue d’un procès. Les chercheurs en psychologie se sont alors penchés sur les processus de persuasion, de complaisance et de dissuasion à l’œuvre, non pas simplement pendant le procès, mais également avant celui-ci. La persuasion se définit comme une tentative de modifier l’attitude (orientation psychologique) d’une personne envers un objet d’attitude, comme celle d’un jury par exemple envers le mis en cause. La complaisance est différente de la persuasion, car c’est ici le comportement d’une personne que l’on cherchera à influencer et non pas son attitude. Enfin, la dissuasion correspond à prévenir la cible (par exemple, le jury) du risque d’influences exercées par certains des protagonistes du procès (par exemple, les avocats de la partie adverse) afin d’en limiter les effets.

Les informations médiatisées avant le procès et leur traitement cognitif

Il n’est pas rare qu’un procès soit discuté dans la presse avant son ouverture. L’audience (téléspectateurs, auditeurs ou lecteurs de presse écrite) peut ainsi accéder aux éléments d’une affaire via les médias. L’influence de la couverture médiatique d’une affaire est telle que son effet est attesté jusque sur la prise de décision judiciaire. Pour comprendre cette influence avant le procès, il convient de s’intéresser aux caractéristiques des communicants, comme à celles de l’audience et des informations transmises avant le procès.

Par communicants, nous entendons toute personne susceptible de transmettre des informations à la presse : témoins, avocats, experts consultés par les journalistes ou les journalistes eux-mêmes. Deux qualités semblent particulièrement importantes pour comprendre leur pouvoir de persuasion : l’étendue de leurs connaissances et leur neutralité. En effet, plus un communicant est jugé expert dans son domaine, plus il gagne en crédibilité et plus son influence immédiate est grande. Pour autant, les déclarations d’un communicant crédible ne sauraient infléchir l’opinion de l’audience si son impartialité est questionnée.

Du côté de l’audience, le niveau de connaissances élevé ou faible qu’elle a d’une affaire détermine le niveau de traitement des informations délivrées et, à terme, leur pouvoir de persuasion. Ce traitement différencié de l’information est proposé par les théories à processus duels, dont le modèle de la probabilité d’élaboration (ELM) et le modèle du traitement heuristique et systématique (THS). Selon ces modèles, les membres d’une audience vont traiter les arguments communiqués de façon approfondie (examen central pour l’ELM ; examen systématique pour le THS) ou superficielle (examen périphérique pour l’ELM ; examen heuristique pour le THS). Un examen superficiel des informations est moins coûteux en termes de ressources attentionnelles. Deux facteurs augmentent donc la probabilité d’un examen minutieux des informations communiquées : la motivation et la capacité de l’audience à s’engager dans un tel traitement. À moins d’être particulièrement motivée, une audience peu documentée traiterait ainsi de façon plus superficielle les éléments médiatisés, simplement parce qu’un traitement approfondi serait cognitivement plus coûteux pour elle que pour une audience possédant de solides connaissances sur l’affaire. De plus, un traitement approfondi des arguments communiqués s’accompagnerait d’un changement d’attitude plus durable. Ce changement serait en revanche moins stable si l’audience traite de façon plus superficielle le contenu du message au profit des éléments annexes, comme la crédibilité des communicants ou leur sincérité.

Notons enfin que les informations émotionnelles, voire sensationnelles, sont également très persuasives. Cette influence s’élève auprès d’une audience prompte à s’engager dans des activités demandant un effort cognitif et ayant de plus grandes habiletés à comprendre et utiliser les émotions. A contrario, les messages factuels et faisant davantage appel à la logique seraient plus persuasifs auprès d’une audience présentant une tendance à l’évitement de situations chargées en émotion.

Les informations délivrées p [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : docteure en psychologie, maître de conférences en psychologie sociale expérimentale, université de Toulouse-Jean-Jaurès

Classification

Autres références

«  PSYCHOLOGIE ET JUSTICE  » est également traité dans :

SUSPECTS APPARENCE DES, psychologie

  • Écrit par 
  • Fanny VERKAMPT
  •  • 1 564 mots

Les jugements que nous portons à l’égard de celles et ceux avec qui nous interagissons au quotidien ne reposent parfois que sur de simples associations entre des traits physiques et des traits de caractère. L’utilisation de ces heuristiques (raccourcis mentaux) par les acteurs judiciaires pour sceller le sort de suspects dans des affaires criminelles a naturellement fait l’objet de débats controv […] Lire la suite

PARADE D'IDENTIFICATION

  • Écrit par 
  • Céline LAUNAY, 
  • Jacques PY
  •  • 356 mots

Après l’arrestation d’un suspect par la police, une phase primordiale de l’enquête est alors organisée : la procédure d’identification. Celle-ci pourra avoir un impact important sur la conviction des juges et des jurés à propos de la culpabilité de ce suspect. La communauté scientifique a défini les principales règles pour réduire au maximum les erreurs de reconnaissance (et donc potentiellement […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE DU TÉMOIGNAGE

  • Écrit par 
  • Céline LAUNAY, 
  • Jacques PY
  •  • 1 465 mots

C’est à la fin du xix e  siècle et au début du xx e que se développèrent différentes recherches en Europe et aux États-Unis, prémices de la psychologie judiciaire scientifique, évaluant les facteurs susceptibles de rendre compte des erreurs de témoignage. En France, Alfred Binet démontra la suggestibilité des enfants exposés à des questions dirigées. Il faudra, cependant, attendre les années 1 […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Fanny VERKAMPT, « PSYCHOLOGIE ET JUSTICE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-et-justice/