PSYCHOLOGIE CLINIQUE DES RELATIONS PARENTS-ENFANTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les relations dyadiques et triadiques

La relation mère-enfant

Un grand nombre de recherches ont montré les liens entre, d’une part, les dispositions mentales de la mère et, d’autre part, ses aptitudes à s’occuper de son enfant. Il y a en effet une motivation de base qui la porte à prendre soin de l’enfant dès la naissance, conjuguée à une capacité à se le représenter comme un individu autonome et séparé d’elle, à comprendre ses états internes et à ressentir ses émotions par empathie. Les comportements de parentage qui découlent de cet « état d’esprit » sont ajustés aux besoins de l’enfant : la mère interagit avec l’enfant et le stimule en tenant compte de son état (s’il est triste ou joyeux, s’il est motivé à jouer) et de ses capacités (ce que l’enfant peut faire selon son âge). La mère adapte ensuite son comportement au fur et à mesure du développement de l’enfant, en fonction de l’accroissement de ses compétences motrices, cognitives, langagières et affectives. Un historique relationnel difficile chez la mère, notamment avec ses propres parents ou dans son couple, une psychopathologie (la plus documentée étant la dépression) ou un stress psychosocial important peuvent altérer cet état d’esprit et, par extension, la qualité des comportements de parentage. Comme l’enfant dépend grandement des stimulations de l’adulte pour apprendre à réguler ses états émotionnels et à agir de façon socialement adéquate, une altération du comportement maternel a fréquemment comme répercussion une altération du comportement de l’enfant (retrait social, par exemple), ce qui va, en retour, aggraver les difficultés maternelles et créer un cercle vicieux pathogène. Cet enchaînement interpersonnel a poussé les cliniciens à poser des « diagnostics » au niveau relationnel et non individuel, en considérant par exemple la relation comme sur-impliquée, quand la mère peine à différencier ses besoins de ceux de l’enfant et se montre intrusive (dans un jeu, elle fait les activités à la place de l’enfant), ou sous-impli [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicolas FAVEZ, « PSYCHOLOGIE CLINIQUE DES RELATIONS PARENTS-ENFANTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-clinique-des-relations-parents-enfants/