PSYCHOLOGIE ANIMALE ou ZOOPSYCHOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du conditionnement à l'apprentissage et à la cognition

L'étude des activités mentales des animaux, comme de celles des hommes, a été réactivée sous l'influence de disciplines et paradigmes scientifiques comme la cybernétique et les théories de l'information. Ces approches ont eu un impact important en psychologie car elles ont permis d'analyser les connaissances indépendamment des caractéristiques de leurs formes d'expression. La psychologie cognitive a pour champ d'investigation la manière dont l'être humain recueille des informations, les code et les rappelle en mémoire, et cherche à comprendre comment il prend des décisions et transforme ses connaissances en actions.

Pour appliquer un tel programme à l'examen du système cognitif de l'animal, les chercheurs doivent construire un environnement expérimental permettant l'expression des activités cognitives qu'ils souhaitent mettre en évidence. Leur démarche consiste donc avant tout à favoriser l'apparition de certains comportements au détriment d'autres. Les procédures utilisées par ces psychologues de l'apprentissage pour canaliser les réponses de l'animal sont appelées contingences de renforcement. Ainsi, dans une expérience, dont le but est d'évaluer les capacités de discrimination visuelle d'un chat pour des lignes horizontales par rapport à celles verticales ou obliques, il s'agira de renforcer (par distribution sélective de nourriture) les réponses (par exemple, un appui de la patte sur un levier) à la présentation de lignes horizontales et de ne jamais renforcer les réponses produites en cas de présentation des autres lignes. La manipulation des renforcements permet alors de configurer la tâche à résoudre par l'animal et de lui donner un but sans qu'il soit nécessaire d'expliciter une consigne. Dans ce type de recherches, l'expérience comporte au moins deux phases, une phase d'entraînement et une phase de généralisation ou de transfert. Dans la première phase, l'animal est familiarisé avec les stimuli à discriminer (des lignes variant en orientation dans l'exemple du chat). Cette phase sert surtout pour l'expérimentateur à vérifier que l'animal a appris la tâche imposée. Une fois que l'animal a atteint au cours de l'entraînement un critère de réussite donné (généralement, 80 p. 100 ou plus de bonnes réponses), il devient possible de passer à la seconde phase, c'est-à-dire au transfert. L'animal aura alors à discriminer des stimuli nouveaux. Dans le cas du chat, il s'agira d'un ensemble de lignes horizontales différentes de celles présentées au cours de l'apprentissage (épaisseur et longueur, par exemple) et qui devront être reconnues parmi des lignes comprenant des orientations variées. Si l'animal obtient les mêmes scores au test qu'à l'entraînement, l'expérimentateur conclut à l’élaboration d’une catégorisation perceptive, dans la mesure où l’animal est capable de généraliser cette connaissance à des situations nouvelles.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Cognition animale : programmes d'études

Cognition animale : programmes d'études
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Psychologie animale : babouin et ordinateur

Psychologie animale : babouin et ordinateur
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Compétences cognitives étudiées chez les animaux

Compétences cognitives étudiées chez les animaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PSYCHOLOGIE ANIMALE ou ZOOPSYCHOLOGIE  » est également traité dans :

BUYTENDIJK FREDERIK (1887-1974)

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 1 277 mots

Occupant une place particulière parmi les meilleurs psychologues contemporains, le savant hollandais F. J. J. Buytendijk, qui fut pendant de longues années professeur aux universités de Nimègue et d'Utrecht, peut difficilement être rangé dans une école. On ne peut pas non plus le considérer comme un éclectique préoccupé de psychologie générale. Ce qui domine son œuvre est avant tout le souci de ré […] Lire la suite

COGNITION

  • Écrit par 
  • Chrystel BESCHE-RICHARD, 
  • Raymond CAMPAN
  •  • 2 620 mots

Dans le chapitre « Intelligence artificielle et sciences cognitives »  : […] Vers le milieu du xx e  siècle, l'invention des premiers ordinateurs programmables et la cybernétique amènent à considérer ensemble le cerveau, l'esprit et la machine. L'intelligence artificielle offre des outils conceptuels, des méthodes et des machines à des disciplines très différentes. Si les neurosciences, la psychologie, la linguistique ou la philosophie participent naturellement à cette ap […] Lire la suite

CONSTRUCTIONS ANIMALES

  • Écrit par 
  • Rémy CHAUVIN
  •  • 7 147 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Constructions des castors »  : […] Malgré des particularités très étonnantes et uniques chez les Mammifères, l'homme excepté, les constructions du castor n'ont pas fait l'objet de beaucoup de recherches expérimentales depuis la thèse très connue de Richard (1961). Pourtant, le castor paraît montrer un talent d'hydrographe sans exemple chez les animaux. Comme il se déplace malaisément à terre, il préfère nager et pour cela aménager […] Lire la suite

FONDEMENTS DE L'ÉTHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond CAMPAN
  •  • 252 mots

C'est par un débat contradictoire autour du concept d'instinct que l'éthologie – étude comparative du comportement animal – s'est constituée en science autonome. Elle est fondée sur les travaux de l'Autrichien Konrad Lorenz (1903-1989) et du Néerlandais Nikolaas Tinbergen (1907-1988) effectués dans les années 1930-1940 à partir d'observations sur les oiseaux. Les méthodes d'études (par leurres), l […] Lire la suite

GASSENDI PIERRE GASSEND dit (1592-1655)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 1 060 mots

Savant et philosophe français, né près de Digne, reçu docteur en théologie en 1614 à Avignon, Gassendi est ordonné prêtre en 1616 et enseigne la philosophie à l'université d'Aix-en-Provence de 1617 à 1623. Il y fait des observations astronomiques détaillées, se déclare partisan de Copernic et entre en correspondance avec Galilée. Il partage ensuite son temps entre Digne, où il est depuis 1626 prév […] Lire la suite

HISTOIRE DE L'ÉTHOLOGIE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Raymond CAMPAN
  •  • 991 mots

1854 Isidore Geoffroy Saint-Hilaire utilise pour la première fois le terme « éthologie » dans son sens actuel (étude comparative du comportement animal) pour désigner les descriptions des mœurs des animaux telles qu'elles ont été faites par Aristote, Buffon, Réaumur, G. Leroy ou Lamarck. 1859 Dans L'Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle, ou la Préservation des races favorisées […] Lire la suite

INSTINCT

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 9 401 mots
  •  • 1 média

L' éthologie comparative, qui cherche à retracer, à l'aide de comparaisons interspécifiques, l'évolution des comportements à travers la série zoologique, propose une théorie renouvelée des instincts et définit ces derniers comme des actes propres à l'espèce. Tendant à une explication causale des comportements qui la rapproche de plus en plus des conceptions béhavioristes, elle se différencie tou […] Lire la suite

INTELLIGENCE

  • Écrit par 
  • Jean-François RICHARD
  •  • 6 577 mots

Dans le chapitre « La psychologie animale et le behaviorisme »  : […] Une impulsion déterminante fut donnée par l'étude de la façon dont l'animal résolvait des problèmes élémentaires tels que trouver le mécanisme permettant d'ouvrir une boîte dans laquelle il se trouvait enfermé (E. L. Thorndike), utiliser un instrument pour atteindre un appât (W. Köhler). Il apparut alors que l'intelligence pouvait être abordée à partir de la seule étude du comportement de solution […] Lire la suite

KÖHLER WOLFGANG (1887-1967)

  • Écrit par 
  • Jean-François RICHARD
  •  • 447 mots

Né à Reval dans les provinces baltes, Wolfgang Köhler fait ses études à Tübingen, Bonn et Berlin, avant d'être envoyé à la station établie dans l'île de Ténériffe en 1913, où il étudiera pendant plusieurs années le comportement des primates. Il revient en Allemagne, en 1920, et obtient en 1922 une chaire à l'université de Berlin. Ses recherches sur la discrimination visuelle chez le poulet et sur […] Lire la suite

MEYERSON IGNACE (1888-1983)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre VERNANT
  •  • 1 580 mots

Créateur de la psychologie historique, dont il a établi les fondements théoriques et fixé les règles de méthode, Ignace Meyerson est né à Varsovie, dans une famille juive d'intellectuels, médecins et savants. En 1905, quand les premières secousses révolutionnaires ébranlent l'empire des tsars, Meyerson, qui, tout jeune étudiant, a participé au mouvement en Pologne, est obligé d'abandonner son pay […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques VAUCLAIR, « PSYCHOLOGIE ANIMALE ou ZOOPSYCHOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-animale-ou-zoopsychologie/