PRUNIER EN FIOLE D'OR (JIN PING MEI)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une fresque pimentée

Il ne faut en aucun cas limiter le Jin Ping Mei à un exposé de la vie de débauchés et de courtisanes sous les Song. Certes, l'auteur stigmatise les vices de la classe aisée et se livre à une radicale critique sociale. Mais la satire demeure au service d'une analyse très subtile des caractères psychologiques. L'histoire de la chute d'une maison provoquée par des revers de fortune, ou l'inconduite de son principal responsable – ici Ximen Qing – est un motif traditionnel. Or le propos est moral, et les « jolies petites garces qui n'hésitèrent pas à se vendre et à s'entre-déchirer pour gagner les faveurs des messieurs » ne peuvent que connaître une fin tragique et dégradante : « Elles ne purent éviter qu'on retrouvât leur corps sous la faible clarté d'une lampe, dans une pièce nue, éclaboussée de sang. » La fin du roman en appelle à la doctrine bouddhique pour briser le karma néfaste que le père a transmis à l'enfant : le moine Pujing fait disparaître les chaînes dont l'image de Ximen Qing est chargée, afin qu'apparaisse à sa place son fils Xaoge, dormant paisiblement. De même, le principe bouddhique de rétribution marque le destin des personnages. La transmigration des âmes éclairant d'un prolongement religieux et éthique les actes de chacun. Cela explique peut-être en partie que le Jin Ping Mei ait été regroupé avec deux autres œuvres majeures de la littérature chinoise, Au bord de l'eau et Le Voyage en Occident, sous le vocable des « Trois Grands Livres remarquables ».

Son propos souvent licencieux, ses nombreuses descriptions obscènes, son vocabulaire ordurier valurent longtemps au Jin Ping Mei d'être considéré comme un livre pornographique et de connaître les enfers littéraires. En fait, la force du vocabulaire éclate dans la vivacité des dialogues, où le recours à la vulgarité est fréquent, éclairant d'une stupéfiante modernité ce texte classique de la littérature de l'ancienne Chine : « Va me chercher un couteau ! Je vais découper la savate de cette salope en pet [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : agrégé d'histoire, docteur ès lettres, professeur au lycée Jean-Monnet, Franconville

Classification


Autres références

«  PRUNIER EN FIOLE D'OR (JIN PING MEI)  » est également traité dans :

JIN PING MEI [KIN P'ING MEI] (fin XVIe s.), roman

  • Écrit par 
  • André LEVY
  •  • 1 745 mots

Le Jin Ping Mei, roman-fleuve de la fin du xvie siècle, en cent chapitres, se range parmi la demi-douzaine de chefs-d'œuvre de la littérature romanesque chinoise en langue vernaculaire. Ouvrage anonyme auréolé d'une réputation pornographique, noir et burlesque, érotique et satirique, il reste largement tributaire des conventions de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-François PÉPIN, « PRUNIER EN FIOLE D'OR (JIN PING MEI) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/prunier-en-fiole-d-or-jin-ping-mei/