Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PROTON

La matière est constituée d'atomes (dont la dimension est de l'ordre de 10—10 mètre), eux-mêmes formés par un noyau (dont la dimension est de l'ordre de 10—15 mètre, soit 1 femtomètre [fm]) autour duquel gravitent des électrons. Le proton est une particule de charge électrique positive, numériquement égale à celle de l'électron, mais de masse 1 836 fois plus grande que ce dernier. Les protons avec les neutrons (de masse voisine et de charge nulle) sont les deux constituants du noyau où se concentre presque toute la masse de l'atome. On les appelle les nucléons. Le proton constitue à lui seul le noyau de l'atome le plus simple, l'atome d'hydrogène, le plus abondant dans l'Univers.

La cohésion du noyau est assurée par une interaction extraordinairement intense, l'interaction nucléaire forte, qui emprisonne les nucléons dans un tout petit volume, et compense la répulsion électrostatique entre les protons. Cette force assure la stabilité de nombreux noyaux. Une énergie de liaison considérable se libère lorsque les protons et les neutrons se combinent pour former un noyau (mécanisme de fusion). Elle est responsable de la puissance dévastatrice des bombes H, mais aussi de l'activité stellaire. Les protons constituent en effet une partie essentielle du combustible des étoiles.

Jusqu'aux années 1960, les protons et les neutrons étaient considérés comme des briques élémentaires de la matière. Depuis lors, les expériences de diffusion d'électrons de haute énergie nous ont révélé que les protons et les neutrons sont en fait des objets complexes constitués de quarks et de gluons.

Historique

La masse et la charge du proton, c'est-à-dire de l'ion positif hydrogène, sont mesurées pour la première fois par le physicien allemand Wilhelm Wien en 1898, puis par le physicien anglais Joseph John Thomson en 1910. À cette époque, Thomson imagine que les électrons et les protons s'agglomèrent pour former l'atome, sorte de petite boule homogène. Mais cette vision est rapidement réfutée par la mise en évidence d'un noyau atomique, cœur compact, chargé et de très petite dimension à l'intérieur de l'atome. Ce modèle, proposé par Ernest Rutherford, s'inspire des expériences de Hans W. Geiger et Ernest Marsden. Ces expériences, réalisées en 1909, consistent à bombarder une feuille d'or avec un faisceau de particules alpha (les noyaux de l'atome d'hélium 4) et à détecter les particules diffusées dans toutes les directions. Les trajectoires des particules alpha ne sont, pour la plupart, que peu modifiées, sauf quelques-unes qui se trouvent déviées d'un grand angle. Rutherford en déduit que la feuille d'or comporte un certain nombre de corps ponctuels (les noyaux atomiques) portant une charge électrique élevée, séparés par de larges intervalles où règne un champ électrique faible. Il obtient ainsi une radiographie des constituants de la cible (la feuille d'or) : cette méthode reste depuis très largement utilisée en physique nucléaire. Quelques années plus tard (en 1920), Rutherford élabore une théorie selon laquelle les noyaux seraient constitués de protons et d'électrons. La cohésion du noyau aurait pour origine un équilibre des interactions électromagnétiques entre les paires proton-proton ou électron-électron, qui se repoussent, et les paires proton-électron, qui s'attirent. Ce n'est qu'en 1932 que James Chadwick identifie le neutron, et que les protons et les neutrons sont reconnus comme les constituants fondamentaux du noyau.

Une nouvelle interaction, appelée interaction nucléaire forte, doit alors assurer la cohésion du noyau. Cette interaction dépend peu de la nature des nucléons. Elle est extrêmement intense tant que la distance entre les nucléons reste inférieure à 1,5 fm : au-delà,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur ès sciences, physicienne au service de physique nucléaire au Commissariat à l'énergie atomique, Saclay

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ACIDES & BASES

    • Écrit par Yves GAUTIER, Pierre SOUCHAY
    • 12 364 mots
    • 7 médias
    ...bases, elle permit de préciser les notions précédentes et de les rendre quantitatives. Un acide HA est une substance qui, en solution aqueuse, fournit, lors de son équilibre de dissociation,des protons H+ :
    une base BOH est une substance qui, dans les mêmes conditions, fournit des ions OH
  • ACIDO-BASIQUE ÉQUILIBRE

    • Écrit par Pierre KAMOUN
    • 2 955 mots
    • 1 média
    L'apport alimentaire en ions hydrogène H+ est essentiellement représenté par les amino-acides introduits par les protéines (10 g de protéines libèrent 6 à 7 milliéquivalents d'ions H+).
  • ANTIMATIÈRE

    • Écrit par Bernard PIRE, Jean-Marc RICHARD
    • 6 931 mots
    • 4 médias
    ...faut pouvoir réaliser la conversion d'une forme d'énergie pour fabriquer une paire particule-antiparticule. L'énergie nécessaire pour créer une paire proton-antiproton doit être, au moins, supérieure à deux fois l'énergie au repos (E) du proton. E est donnée par la formule d'Einstein ...
  • AURORE POLAIRE

    • Écrit par Jean-Jacques BERTHELIER
    • 5 522 mots
    • 4 médias
    ...raies de la série de Balmer Hα (656,2 nm), Hβ (486,1 nm), Hγ (434,0 nm) dans le visible et Lyα (121,6 nm) dans l'ultraviolet, invisible depuis le sol. Ces raies sont dues aux protons énergiques qui précipitent en même temps que les électrons et qui sont excités lors de leurs collisions avec les composants...
  • Afficher les 56 références

Voir aussi