PROTESTANTISMELes Églises protestantes de la fin de la Réforme au début du XXe s.

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les mutations du XIXe siècle

Le xixe siècle a été marqué par des mutations considérables qui étaient liées aux changements politiques ou territoriaux (de 1815) et à l'industrialisation, et qui ont eu pour caractéristiques la contestation des liens avec l'État, un puissant Réveil, une diversification considérable des tendances théologiques, la vitalité diaconale et missionnaire, une pensée théologique enfin qui a mis l'accent sur l'histoire et qui a donné lieu à de grands traités, tels ceux de Ritschl et de Harnack.

Après la Révolution, la Restauration a encouragé les États à redéfinir leurs relations avec les Églises en vue de mieux les contrôler. En Allemagne, le redécoupage territorial a incité plusieurs princes, suivant l'exemple de la Prusse, à réunir luthériens et réformés dans une Église unie. En Scandinavie, on assiste à une adaptation des structures à la situation nouvelle. Les contestations débouchent assez souvent, notamment en France et aux Pays-Bas, à la formation d'Églises libres.

Dans la diversité théologique, s'affirment trois courants principaux. Le rationalisme se mue en un libéralisme, qui est parfois proche de la maçonnerie et qui est très répandu chez les intellectuels et chez les notables ayant une influence politique et économique. Ce libéralisme affaiblit la vitalité religieuse (recul de la pratique) et la spiritualité par un enseignement axé sur la morale et le progrès économique. Certains de ses représentants en viennent à nier même l'existence historique de Jésus.

Dans le sillage du romantisme est apparu le Réveil, qui a pris des modalités diverses et qui fut favorisé par Schleiermacher (1768-1834). Ce dernier a ramené le fait religieux sur le terrain du sentiment ; sa religion est une grandeur qui est autonome à l'intérieur du sentiment et sa théologie tente une médiation entre l'esprit libre et les éléments chrétiens. Le Réveil, qui a [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur d'histoire de l'Alsace à l'université de Strasbourg-II

Classification


Autres références

«  PROTESTANTISME  » est également traité dans :

PROTESTANTISME - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 484 mots

Apparu au début du xvie siècle, le protestantisme a voulu être un retour à l'évangile qui s'opposât aux ajouts de la tradition et à la hiérarchisation de la société ecclésiastique. Luther proclama la liberté chrétienne. Soumis à son Dieu, le chrétien n'en était pas moins libre. Libre au […] Lire la suite

PROTESTANTISME - Protestantisme et société

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 2 439 mots

Le protestantisme insiste sur l'idée d'incarnation, sur l'importance de l'action profane. Il a ainsi joué un rôle important dans l'histoire économique et sociale.Au xixe siècle, le lien avéré entre le protestantisme et le capitalisme était expliqué en termes apologétiques (le protestantisme, religion « supérieure ») ou polémiques (par la […] Lire la suite

PROTESTANTISME - Problèmes contemporains

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 3 708 mots
  •  • 1 média

L'effort missionnaire accompli par le protestantisme depuis le xixe siècle lui a donné une extension mondiale. Si l'Asie et plus encore le monde arabe n'ont été que peu touchés, les missions d'Afrique noire et d'Océanie ont obtenu de brillants succès. En Amérique latine, les progrès du […] Lire la suite

ADVENTISME

  • Écrit par 
  • Jean SÉGUY
  •  • 1 089 mots

Le terme « adventisme » vient du latin adventus , venue. Il désigne une doctrine centrée sur l'attente du retour du Christ à la fin des temps. En lui-même, le vocable adventisme pourrait s'appliquer à tous les mouvements du genre eschatologique de l'histoire du christianisme. En ce sens, il existe un adventisme pré-adventiste ou des traits adventistes dans de nombreux mouvements chrétiens. Sans do […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République fédérale d'Allemagne jusqu'à la réunification

  • Écrit par 
  • Alfred GROSSER, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 16 224 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les Églises »  : […] Parmi les forces dont l'influence sur la vie publique contribue à donner son visage à la démocratie allemande, les Églises occupent une place privilégiée, qui tient tout d'abord à leur situation juridique. En France, depuis la séparation de l' Église et de l'État, l'appartenance à une religion est une affaire purement personnelle. En particulier, elle n'est pas indiquée sur les documents de l'état […] Lire la suite

ALSACE

  • Écrit par 
  • Françoise LÉVY-COBLENTZ, 
  • Raymond WOESSNER
  • , Universalis
  •  • 6 606 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'humanisme en Alsace. Heurs et malheurs de la Réforme »  : […] Au début était l'imprimerie. Mise au point à Strasbourg par Gutenberg, elle assura la diffusion des ouvrages anciens et le cheminement des idées nouvelles. Déjà à la fin du xv e  siècle, Geiler de Kaysersberg, prédicateur à la cathédrale, ose s'attaquer aux vices de la société en général et du clergé en particulier. Quelque chose s'ébranle dans l'édifice rigide que la scolastique du Moyen Âge ava […] Lire la suite

AMBOISE CONJURATION D' (1560)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 524 mots

Les protestants français ont accueilli avec soulagement la mort d'Henri II en 1559. Mais les Guise conservent la suprématie politique, et la situation ne s'améliore pas, comme le prouvent l'exécution du conseiller Anne Du Bourg en 1559 et, la même année, la déclaration de Villers-Cotterêts. Or le groupe protestant a rapidement évolué depuis le milieu du siècle. Il a été rejoint par un nombre impor […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Rapports entre Églises et États

  • Écrit par 
  • Jean Jacques KOURLIANDSKY
  •  • 6 706 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'entrée en lice des protestantismes »  : […] Dans les années 1950, la montée en puissance de confessions protestantes conquérantes correspond à l'établissement d'un tutorat nord-américain global sur la région. Cette double pénétration eut une incidence puissamment déstabilisatrice. L'antagonisme traditionnel entre une Église en quête d'indépendance soutenue par le Vatican et des États soucieux de promouvoir un clergé national a été rapidemen […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Les religions afro-américaines

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 3 190 mots

Dans le chapitre « Le dynamisme des religions afro-américaines »  : […] Les religions africaines sont non seulement toujours vivantes en Amérique, mais encore elles rayonnent. Les candomblés de Bahia ont des succursales à Rio et aujourd'hui à São Paulo ; la pagelance nègre, venue du Maranhão, s'étend en Amazonie. Les exilés de Cuba et de Haïti ont apporté leurs cultes aux États-Unis, et des Noirs nord-américains, mais aussi parfois des Blancs y adhèrent ; on compte de […] Lire la suite

ANABAPTISME

  • Écrit par 
  • Jean SÉGUY
  •  • 1 399 mots

Dans le chapitre « Le spiritualisme de Thomas Müntzer »  : […] L'historiographie traditionnelle, suivant, consciemment ou non, les points de vue polémiques de Luther, considère Thomas Müntzer (1489 env.-1525), comme le premier des anabaptistes. En fait, il semble bien qu'il n'ait jamais pratiqué le baptême des adultes, mais seulement attaqué celui des enfants. Prêtre catholique, puis ministre luthérien, Müntzer avait acquis une connaissance approfondie de la […] Lire la suite

APOCALYPTIQUE & APOCRYPHE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean HADOT, 
  • André PAUL
  •  • 9 980 mots

Dans le chapitre « Les apocryphes de l'Ancien Testament »  : […] Le mot grec apokrypha , dérivé du verbe kryptein , « cacher », signifiait à l'origine « choses cachées » ; il s'appliquait plus précisément aux livres « cachés » ou « secrets » de par leur contenu. Pour les juifs, l'adjectif « caché » imputé aux livres saints n'était pas péjoratif. Ils disaient « cachés », en hébreu guenûzim – de la racine ganaz , qui a donné guénizah , « cachette » adjacente à u […] Lire la suite

ARMINIUS JACOB HARMESZOON dit JACOBUS (1560-1609)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 518 mots

Théologien néerlandais et ministre de l'Église réformée des Pays-Bas, Jacob Harmeszoon (Harmensen ou Hermansz), dit Jacobus Arminius, est né le 10 octobre 1560 à Oudewater et mort le 19 octobre 1609 à Leyde. Opposé à la stricte doctrine calviniste de la prédestination, il développe en réaction un courant théologique qui deviendra l'arminianisme. Son père meurt peu après sa naissance, et le jeune […] Lire la suite

BAPTISME

  • Écrit par 
  • Jean SÉGUY
  •  • 1 083 mots

Le terme générique « baptisme » et l'adjectif qui en est dérivé calquent le mot grec β́απτισμα, par l'intermédiaire du latin ecclésiastique ( baptisma ) et de l'anglais moderne ( baptism ). Ils désignent une doctrine particulière du baptême et de l'Église comme communauté des baptisés. Dans un sens large sont baptistes tous les groupes qui se réclament de cette doctrine. Ainsi les pentecôtistes, […] Lire la suite

BARMEN CONFESSION DE FOI DE (1934)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 485 mots
  •  • 1 média

Déclaration de l'Église confessante d'Allemagne contre le nazisme et contre l'emprise qu'il voulait exercer sur le protestantisme allemand. L'arrivée au pouvoir de Hitler, en janvier 1933, déchira ce dernier. Le 25 avril 1933, une « Église évangélique de la nation allemande » est créée qui entend regrouper les « chrétiens allemands » partisans du national-socialisme et réaliser dans l'Église prote […] Lire la suite

BARTH KARL (1886-1968)

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 3 107 mots

Karl Barth, dogmaticien protestant suisse, né et mort à Bâle, inaugure en 1919 la théologie contemporaine en redécouvrant la transcendance du Dieu tout autre par rapport à la culture, à la morale, à l'histoire et au sentiment. De 1932 à 1964, il écrit une monumentale dogmatique, ecclésiale, christologique et trinitaire. Il exerce à partir de 1933 un ministère prophétique face aux événements politi […] Lire la suite

BAUR CHRISTIAN (1792-1860)

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 156 mots

Théologien et exégète protestant allemand, professeur à l'université de Tübingen, où il se heurta à son collègue de la faculté de théologie catholique, Johann Adam Mœhler. Spécialiste des origines chrétiennes, Christian Baur utilisa dans l'étude de celles-ci une critique marquée par la philosophie religieuse de Hegel et par un libéralisme dogmatique en réaction contre la traditionnelle orthodoxie […] Lire la suite

BIBLE - Ancien et Nouveau Testament

  • Écrit par 
  • Paul BEAUCHAMP, 
  • Xavier LÉON-DUFOUR, 
  • André PAUL
  •  • 10 302 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Valeur normative du canon néotestamentaire »  : […] Entre protestants et catholiques, un accord règne sur l'existence du canon du Nouveau Testament et sur le fait que « ce n'est pas l'Église constituée qui a comme telle créé le canon : elle en a reconnu l'existence » (K. Aland). Mais un désaccord subsiste au sujet de la valeur existentielle de ce livre ; tentons ici de caractériser les tendances majeures actuelles. Pour le protestant, qui tient au […] Lire la suite

BONHOEFFER DIETRICH (1906-1945)

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 2 404 mots

Théologien protestant allemand, né à Breslau, Dietrich Bonhoeffer fut pendu le 9 avril 1945 au camp de concentration de Flossenburg. Après sa mort, son œuvre devient l'une des inspirations les plus fécondes mais les plus controversées du christianisme contemporain, qui se trouve confronté à l'autonomie des sciences humaines, à la sécularisation croissante de la société, comme à la dislocation d'u […] Lire la suite

BOSSUET JACQUES BÉNIGNE (1627-1704)

  • Écrit par 
  • Jacques TRUCHET
  • , Universalis
  •  • 3 924 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Controverse »  : […] Au contraire, Bossuet s'est montré novateur en ce qui concerne la controverse avec les protestants. À la coercition, il préférait le dialogue, et il s'est efforcé, notamment dans l' Exposition , de pratiquer une méthode originale : au lieu de dénoncer les « erreurs » des protestants, établir la liste des points d'accord entre eux et les catholiques ; ne pas craindre au besoin de relever les erreur […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard VOGLER, « PROTESTANTISME - Les Églises protestantes de la fin de la Réforme au début du XXe s. », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/protestantisme-les-eglises-protestantes-de-la-fin-de-la-reforme-au-debut-du-xxe-s/