PROTECTION DE LA NATURERestauration écologique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une gestion globale

Contrairement à la réaffectation, la restauration et la réhabilitation d'écosystèmes dégradés permettent d'augmenter le capital naturel renouvelable et cultivé, et les biens et services écologiques rendus à l'homme aux niveaux des communautés, des écosystèmes et des paysages. Selon les écologues, le paysage est un « assemblage d'écosystèmes qui interagissent de manière à ce qu'ils déterminent des patrons spatiaux qui se répètent et soient reconnaissables » (Forman & Godron, 1986). Selon cette définition, qui vient s'ajouter à celles des historiens de l'art et des géographes, le paysage constitue l'échelon environnemental et écologique au-dessus de celui de l'écosystème.

Le capital naturel, concept élaboré à la fin des années 1970, est constitué de l'ensemble des écosystèmes naturels desquels les hommes dérivent des services (séquestration du carbone, recyclage des déchets, épuration naturelle des eaux...) et des produits (bois, fourrage, aliments...) qui améliorent leur bien-être sans coût direct de production (Daly et Farley 2004). On en distingue quatre types :

– le capital naturel renouvelable (espèces vivantes, écosystèmes) ;

– le capital naturel non renouvelable (pétrole, charbon, diamants...) ;

– le capital naturel récupérable (atmosphère, eau potable, sols fertiles) ;

– le capital naturel cultivé (dérivé de l'agriculture et de la sylviculture).

La prise en considération du capital naturel et des biens et services environnementaux qui lui sont associés permet ainsi de traiter simultanément des problèmes écologiques et socioéconomiques dans les prises de décision qui visent la conservation, voire la restauration, des sites, des écosystèmes et/ou de la biodiversité. Il met en évidence le rôle limitant des ressources et des écosystèmes naturels dans le développement socioéconomique des populations et des nations. Cependant, malgré la promotion de ces termes et approches clés pour la gestion durable des ressources, l'évaluation des bénéfices et des financements nécessaires pour valoriser les efforts de conserv [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : docteur ès sciences, chercheur au Centre d'écologie fonctionnelle et évolutive, C.N.R.S., Montpellier

Classification

Autres références

«  PROTECTION ou CONSERVATION DE LA NATURE ET DE L'ENVIRONNEMENT  » est également traité dans :

PROTECTION DE LA NATURE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT
  •  • 1 027 mots

Extinctions en masse des espèces, menaces de crises écologiques induites par les changements climatiques, prise de conscience croissante de l'importance pour le bien-être humain des services rendus par les écosystèmes... : la nature, parée depuis le Sommet de Rio de Janeiro (1992) des nouvelles plumes de la biodiversité, se rappelle à nous.Et, dans ce c […] Lire la suite

PROTECTION DE LA NATURE - Histoire

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELÉAGE
  •  • 2 812 mots
  •  • 6 médias

Le mouvement de conservation de la nature, ou conservationnisme, n'est pas un phénomène récent, même si, en Occident, on peut faire remonter ses origines modernes au xixe siècle, voire plus tôt chez certains naturalistes comme Buffon (1707-1788) lorsqu'il oppose la nature brute et hideuse à la beauté de la nature cultivée. Si le concept de conservatio […] Lire la suite

PROTECTION DE LA NATURE - Mesures de conservation des espèces

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT
  •  • 8 846 mots
  •  • 5 médias

La mort des espèces, comme celle des individus, est un phénomène naturel, destinée inexorable. À partir de l'analyse des restes fossiles, les paléontologues estiment que la durée moyenne de vie des espèces est comprise entre 1 et 2 millions d'années pour les mammifères, et autour de 10 millions d'années pour les invertébrés terrestres ou marins. En outre, i […] Lire la suite

PROTECTION DE LA NATURE - Aires protégées

  • Écrit par 
  • Alain JEUDY-DE-GRISSAC, 
  • Estienne RODARY
  •  • 8 117 mots
  •  • 18 médias

L'aire protégée désigne tout type d'espace dédié à la protection de la nature, qu'il soit réglementé par un État, privé ou géré de manière collective. Elle constitue le principal outil de la conservation depuis que cette dernière est devenue, à partir de la seconde moitié du xixe siècle, une action politique. Sa di […] Lire la suite

LOI DU 10 JUILLET 1976 RELATIVE À LA PROTECTION DE LA NATURE EN FRANCE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RAFFIN
  •  • 602 mots

Annoncée par la délégation française à la conférence internationale sur l'utilisation et la conservation de la biosphère réunie à Paris sous l'égide de l’Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (U.N.E.S.C.O.) en septembre 1968, la loi sur la protection de la nature a connu une gest […] Lire la suite

AGRICULTURE - Agriculture et industrialisation

  • Écrit par 
  • François PAPY
  •  • 7 392 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La diversification des modes de production »  : […] De son côté, pour faire face aux exigences croissantes de la société et renouer des liens avec elle, le monde agricole reconsidère ses modes de production, essayant de concilier production (en quantité et qualité) et préservation des ressources. Mais que de conceptions différentes ! On est loin du modèle unique qui prévalait dans la période antérieure. Des qualificatifs variés, sans signification […] Lire la suite

AGRICULTURE BIOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Céline CRESSON, 
  • Claire LAMINE, 
  • Servane PENVERN
  •  • 7 858 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Gestion de la santé des plantes et des animaux »  : […] Un des fondements de la gestion sanitaire, des plantes comme des animaux, est de renforcer le système immunitaire et les défenses naturelles des organismes et de l’agroécosystème. En agriculture biologique, la protection des cultures est fondée sur la prévention des dommages causés par les ravageurs, les maladies et les adventices. Elle est caractérisée par une suite d’interventions mises en œuvr […] Lire la suite

AGRICULTURE DURABLE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET
  •  • 5 423 mots
  •  • 10 médias

Dans le langage courant, l’expression « agriculture durable » fait d’abord référence à une agriculture respectueuse de l’environnement, avec, comme principaux objectifs, la limitation du recours aux intrants (engrais, produits phytosanitaires…) d’origine industrielle. S’y ajoute la diversification des cultures pratiquées sur les exploitations avec, si possible, leur association étroite à des act […] Lire la suite

AGRICULTURE URBAINE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET, 
  • Xavier LAUREAU
  •  • 6 267 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « De nouvelles demandes citadines  »  : […] Le modèle alimentaire français, que l’on retrouve avec des nuances plus ou moins sensibles dans la plupart des pays industrialisés, a été globalement marqué par un ensemble d’évolutions comparables depuis les années 1990. Les principales sont liées au développement de certains comportements alimentaires : le flexitarisme, qui se traduit par une réduction volontaire de la consommation de viande ro […] Lire la suite

AGRONOMIE

  • Écrit par 
  • Stéphane HÉNIN, 
  • Michel SEBILLOTTE
  •  • 9 159 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un nouveau problème pour l'agronomie : la protection de l'environnement »  : […] Avec l'intensification des activités humaines, l'accroissement des populations urbaines, il a fallu revoir des solutions anciennes et en rechercher de nouvelles. L'environnement est devenu un nouveau problème pour l'agronomie. On a commencé à demander au xx e  siècle et l'on demande toujours à l'agriculture de contribuer à la lutte contre les pollutions, et, simultanément, on l'accuse de polluer. […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

James ARONSON, « PROTECTION DE LA NATURE - Restauration écologique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/protection-de-la-nature-restauration-ecologique/