PROTECTION DE LA NATUREHistoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'internationalisation de la protection de la nature

Les problèmes se posent en des termes sensiblement différents dans les pays autrefois colonisés d'Afrique, d'Asie ou d'Amérique latine, où la préoccupation de mise en réserve a souvent été le fait des administrations coloniales pour aboutir, dans de nombreux cas, à d'intolérables situations de ségrégation, voire d'exclusion de groupes humains entiers au profit de la flore et de la faune sauvages, en particulier des grands mammifères et de leurs prédateurs. Cela explique les nombreuses réticences actuelles des pays libérés de la tutelle coloniale à accepter les restrictions que souhaitent imposer les pays du Nord à l'exploitation de leurs ressources naturelles.

Cela explique aussi pourquoi, en France, l'histoire de la conservation a pris un tour particulier et connu deux destins différents suivant deux espaces géographiques distincts : France métropolitaine et colonies. En métropole, après plusieurs tentatives avortées en 1913 (La Bérarde, le Pelvoux, Fontainebleau), il faudra attendre 1960 pour que soit votée une loi sur les parcs nationaux. À l'inverse, après le premier congrès international sur la protection de la nature, réuni à Paris en 1923, les gouvernements successifs créeront des réserves dans certaines colonies africaines et en Antarctique. La réglementation vise alors essentiellement l'interdiction partielle ou totale de l'exploitation d'espèces végétales menacées ou la limitation voire l'interdiction de la chasse de certains mammifères ou oiseaux. Quant au parc national à la française, institué en 1960, il a pour vocation de protéger un milieu naturel fragile qu'il convient de préserver « contre tout effet de dégradation naturelle et de soustraire à toute intervention artificielle susceptible d'en altérer l'aspect, la composition et l'évolution ». Le bilan de la loi de 1960 est mitigé, car les oppositions à la mise en protection sont multiples : pression accrue du tourisme, incohérences administratives et éclatement des responsabilités dans la gestion, conflits d'intérêts entre groupes sociaux tels qu'éleveurs et protecteurs de la nature...

Parc national des Écrins

Photographie : Parc national des Écrins

Le Parc national des Écrins, Hautes-Alpes. 

Crédits : Jacobs Stock Photography/ Stockbyte/ Getty Images

Afficher

Il est à noter que le processus d'internationalisation est soumis d'une façon analogue à des intérêts contradictoires entre pays et régions du monde, avec en particulier, après la Seconde Guerre mondiale, l'émergence d'une opposition géopolitique entre les pays du Sud, qui naissent du processus de décolonisation, et les vieilles puissances industrielles du Nord. La conférence sur la biosphère, tenue à Paris en septembre 1968, est un moment important de cette internationalisation, à l'origine du programme M.A.B. (Man and Biosphere), programme décennal de recherche à l'échelle internationale visant à établir les fondements scientifiques d'une gestion viable de la mosaïque des écosystèmes terrestres. Germent alors déjà des concepts qui émergeront plus tard : celui d'écodéveloppement à Stockholm, en 1972, et celui de développement soutenable (sustainable development, traduit à tort par développement durable) popularisé par le Sommet de la Terre de Rio de Janeiro, en 1992. Le processus de globalisation en cours est marqué par la prolifération des acteurs institutionnels inter-étatiques (P.N.U.E. ou Programme des Nations unies pour l'environnement, par exemple) et des organisations non gouvernementales. Ainsi, la suite logique du programme M.A.B. sera la « stratégie mondiale de la conservation : la conservation des ressources vivantes au service du développement durable » lancée conjointement en 1980 par l'U.I.C.N. (Union internationale de conservation de la nature), le P.N.U.E. et le W.W.F. (World Wildlife Fund). Cette stratégie servira de base pour la définition du développement soutenable qui apparaît en 1987 dans le « rapport Brundtland » (Our Common Future) préparatoire au Sommet de Rio, dont les trois objectifs principaux sont : le maintien des processus écologiques essentiels, la préservation de la diversité biologique ainsi que l'utilisation durable des espèces et des écosystèmes, qui tienne compte de leurs capacité de renouvellement. Au cours de cette conférence mondiale, les États seront invités à décliner cette stratégie [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Bisons d'Amérique, Yellowstone

Bisons d'Amérique, Yellowstone
Crédits : David Schultz/ Getty Images

photographie

Yosemite National Park

Yosemite National Park
Crédits : John Warden/ Getty Images

photographie

Les Pinacles

Les Pinacles
Crédits : Michael Runkel/ Getty Images

photographie

Les Rocheuses au Canada

Les Rocheuses au Canada
Crédits : Cosmo Condina/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PROTECTION ou CONSERVATION DE LA NATURE ET DE L'ENVIRONNEMENT  » est également traité dans :

PROTECTION DE LA NATURE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT
  •  • 1 027 mots

Extinctions en masse des espèces, menaces de crises écologiques induites par les changements climatiques, prise de conscience croissante de l'importance pour le bien-être humain des services rendus par les écosystèmes... : la nature, parée depuis le Sommet de Rio de Janeiro (1992) des nouvelles plumes de la biodiversité, se rappelle à nous.Et, dans ce c […] Lire la suite

PROTECTION DE LA NATURE - Mesures de conservation des espèces

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT
  •  • 8 848 mots
  •  • 5 médias

La mort des espèces, comme celle des individus, est un phénomène naturel, destinée inexorable. À partir de l'analyse des restes fossiles, les paléontologues estiment que la durée moyenne de vie des espèces est comprise entre 1 et 2 millions d'années pour les mammifères, et autour de 10 millions d'années pour les invertébrés terrestres ou marins. En outre, i […] Lire la suite

PROTECTION DE LA NATURE - Aires protégées

  • Écrit par 
  • Alain JEUDY-DE-GRISSAC, 
  • Estienne RODARY
  •  • 8 122 mots
  •  • 18 médias

L'aire protégée désigne tout type d'espace dédié à la protection de la nature, qu'il soit réglementé par un État, privé ou géré de manière collective. Elle constitue le principal outil de la conservation depuis que cette dernière est devenue, à partir de la seconde moitié du xixe siècle, une action politique. Sa di […] Lire la suite

PROTECTION DE LA NATURE - Restauration écologique

  • Écrit par 
  • James ARONSON
  •  • 2 863 mots

Dans les contextes démographique et économique actuels, la seule conservation des ressources naturelles n'est plus suffisante pour assurer le minimum de biens et de services nécessaires aux hommes. En effet, l'état du capital naturel au niveau mondial est déjà trop dégradé pour continuer à soutenir la plupart des systèmes économiques à grande é […] Lire la suite

LOI DU 10 JUILLET 1976 RELATIVE À LA PROTECTION DE LA NATURE EN FRANCE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RAFFIN
  •  • 602 mots

Annoncée par la délégation française à la conférence internationale sur l'utilisation et la conservation de la biosphère réunie à Paris sous l'égide de l’Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (U.N.E.S.C.O.) en septembre 1968, la loi sur la protection de la nature a connu une gestation difficile. Maintes fois promise (par exe […] Lire la suite

AGRICULTURE - Agriculture et industrialisation

  • Écrit par 
  • François PAPY
  •  • 7 394 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La diversification des modes de production »  : […] De son côté, pour faire face aux exigences croissantes de la société et renouer des liens avec elle, le monde agricole reconsidère ses modes de production, essayant de concilier production (en quantité et qualité) et préservation des ressources. Mais que de conceptions différentes ! On est loin du modèle unique qui prévalait dans la période antérieure. Des qualificatifs variés, sans signification […] Lire la suite

AGRICULTURE BIOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Céline CRESSON, 
  • Claire LAMINE, 
  • Servane PENVERN
  •  • 7 860 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Gestion de la santé des plantes et des animaux »  : […] Un des fondements de la gestion sanitaire, des plantes comme des animaux, est de renforcer le système immunitaire et les défenses naturelles des organismes et de l’agroécosystème. En agriculture biologique, la protection des cultures est fondée sur la prévention des dommages causés par les ravageurs, les maladies et les adventices. Elle est caractérisée par une suite d’interventions mises en œuvr […] Lire la suite

AGRICULTURE DURABLE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET
  •  • 5 427 mots
  •  • 10 médias

Dans le langage courant, l’expression « agriculture durable » fait d’abord référence à une agriculture respectueuse de l’environnement, avec, comme principaux objectifs, la limitation du recours aux intrants (engrais, produits phytosanitaires…) d’origine industrielle. S’y ajoute la diversification des cultures pratiquées sur les exploitations avec, si possible, leur association étroite à des act […] Lire la suite

AGRICULTURE URBAINE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET, 
  • Xavier LAUREAU
  •  • 6 271 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « De nouvelles demandes citadines  »  : […] Le modèle alimentaire français, que l’on retrouve avec des nuances plus ou moins sensibles dans la plupart des pays industrialisés, a été globalement marqué par un ensemble d’évolutions comparables depuis les années 1990. Les principales sont liées au développement de certains comportements alimentaires : le flexitarisme, qui se traduit par une réduction volontaire de la consommation de viande ro […] Lire la suite

AGRONOMIE

  • Écrit par 
  • Stéphane HÉNIN, 
  • Michel SEBILLOTTE
  •  • 9 159 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un nouveau problème pour l'agronomie : la protection de l'environnement »  : […] Avec l'intensification des activités humaines, l'accroissement des populations urbaines, il a fallu revoir des solutions anciennes et en rechercher de nouvelles. L'environnement est devenu un nouveau problème pour l'agronomie. On a commencé à demander au xx e  siècle et l'on demande toujours à l'agriculture de contribuer à la lutte contre les pollutions, et, simultanément, on l'accuse de polluer. […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul DELÉAGE, « PROTECTION DE LA NATURE - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/protection-de-la-nature-histoire/