PROSTITUTION DE 1789 À 1949

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

L'Apollonide, souvenirs de la maison close, film de Bertrand Bonello

L'Apollonide, souvenirs de la maison close, film de Bertrand Bonello
Crédits : Haut et Court/ D.R.

photographie

Descente de police dans une maison close, 1887

Descente de police dans une maison close, 1887
Crédits : Bettmann/ Getty Images

photographie

La Traite des Blanches, Théophile Alexandre Steinlen

La Traite des Blanches, Théophile Alexandre Steinlen
Crédits : Swim Ink 2, LLC/ Corbis Historical/ Getty Images

photographie


Le réglementarisme, un système français

Le Directoire (1795-1799) réclame en vain au Conseil des Cinq-Cents (assemblée qui détient l’initiative des lois) d’assimiler la prostitution à un délit et d’élaborer une loi spécifique contre les filles publiques. Ce message du 7 janvier 1796 se veut une réponse à l’augmentation de la prostitution résultant de l’exode rural – qui provoque le déracinement des campagnardes – et du chômage.

Le Consulat (1800-1804) instaure le système de la tolérance : la prostitution n’est pas un délit tant qu’elle respecte les règles imposées par l’État et contrôlées par la police des mœurs. La prostitution ne doit pas être supprimée, car elle est un « mal nécessaire », un « égout du trop-plein séminal », un régulateur du sexe et de l’ordre, comme l’affirmait déjà saint Augustin (De ordine, 386) et comme le confirmera, en 1836, le médecin hygiéniste Alexandre Parent-Duchâtelet dans son étude De la prostitution dans la ville de Paris, considérée sous le rapport de l’hygiène publique, de la morale et de l’administration.

Alors que les prostituées sont marginalisées et stigmatisées, la prostitution participe de l’apprentissage de la masculinité et appartient à une sociabilité masculine séculaire, hétérosexuelle, articulée autour de la virilité et de la jouissance ; le client n’est donc jamais mis en cause. Cette différence de traitement tient à une double morale, en fonction du sexe.

Avec ce système, les prostituées, majeures et célibataires, sont autorisées à exercer chez elles ou en maisons closes (appelées vulgairement bordels ou lupanars) – de la « maison d’abattage » à la maison de luxe –, signalées par un « gros » numéro sur la façade. Ces établissements (maisons de tolérance) sont dirigés par des femmes qui tiennent un registre de « leurs filles » (d’où leur nom de tenancières) et contrôlent les activités en chambre, pour éviter les « turpitudes ». Toute prostituée doit être enregistrée à la préfecture de police : « filles publiques » de maisons closes ou lib [...]

L'Apollonide, souvenirs de la maison close, film de Bertrand Bonello

L'Apollonide, souvenirs de la maison close, film de Bertrand Bonello

Photographie

L'Apollonide, souvenirs de la maison close, film de Bertrand Bonello sorti en 2011, décrit le fonctionnement d'une maison close, la vie de ses prostituées et de ses clients au tournant du XXe siècle. 

Crédits : Haut et Court/ D.R.

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Yannick RIPA, « PROSTITUTION DE 1789 À 1949 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostitution/