PROSLOGION, Anselme de CantorbéryFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La preuve ontologique

Le Proslogion, « allocution » sur l'existence de Dieu, prend la suite du Monologion rédigé deux ans plus tôt (1076), « méditation sur la raison de la foi » dont le titre même (littéralement, « soliloque ») marque bien la filiation augustinienne ; ouvrage profondément novateur cependant, en ce qu'il proposait des preuves purement rationnelles de l'existence de Dieu – mais trop nombreuses et complexes, au dire d'Anselme lui-même dans son préambule au Proslogion, pour le satisfaire tout à fait. Aussi a-t-il cherché « un argument unique qui n'eût besoin que de lui seul pour se prouver et qui seul garantît que Dieu est vraiment, qu'Il est le bien suréminent, n'ayant besoin de rien d'autre, dont tous ont besoin pour être, et être bien, bref tout ce que nous croyons de la substance divine ». Cet unum argumentum a connu aussitôt une vie autonome, Anselme ayant édité à part les chapitres ii à iv(sur dix-sept) de son petit traité, avec le Pro insipiente de Gaunilon (les objections que lui fait l'« insensé » [insipiens], allusion aux Psaumes : « l'insensé a dit en son cœur : Dieu n'est pas ») et sa réponse à Gaunilon (Contra Gaunilonem). L'insensé doit au moins convenir d'un sens du mot Dieu, celui que lui donne le croyant : aliquid quo nihil majus cogitari possit, « quelque chose tel que rien de plus grand ne peut être pensé ». Cela du moins est dans son intelligence, s'il nie qu'il est en réalité ; l'argument unique consiste à montrer qu'il y a contradiction à poser cette définition, tout en niant l'existence de son objet.

La preuve est reprise par la scolastique, notamment les docteurs franciscains (Bonaventure, Alexandre de Halès). Mais Thomas d'Aquin, contestant (comme déjà Gaunilon) qu'on puisse déduire d'une idée l'existence (ou de l'existence dans l'intelligence, l'existence dans la réalité), préfère la voie « cosmologique » – affirmant la nécessité d'un « premier moteur » iden [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  PROSLOGION, Anselme de Cantorbéry  » est également traité dans :

ANSELME DE CANTORBÉRY (1033/34-1109)

  • Écrit par 
  • Michel-Marie DUFEIL
  •  • 2 177 mots

Dans le chapitre « L'« argument ontologique » »  : […] Les manuels nous ont gardé d'Anselme le fameux « argument ontologique » de l'existence de Dieu. Présenté pendant près d'un millénaire comme argument a priori, il était alors justiciable du platonisme récurrent qui, par la patristique, baignait effectivement les écoles monastiques à l'orée du xii e  siècle. Mais les exégèses tardives du cartésianisme et du courant blondélien lui ont donné un vêteme […] Lire la suite

MÉTAPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 9 360 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le dieu créateur et la preuve ontologique »  : […] L'idée judéo-chrétienne d'un dieu créateur de toutes choses va contribuer à l'identification de la métaphysique et de la théologie, mais en un sens différent de celui d'Aristote. Pour Aristote, Dieu n'était cause du monde qu'à titre de cause finale du mouvement qui tend vers lui. Cela laissait intact le problème posé par Parménide, problème du rapport de l'unité de l'être et de la multiplicité de […] Lire la suite

Pour citer l’article

François TRÉMOLIÈRES, « PROSLOGION, Anselme de Cantorbéry - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/proslogion/