PROHIBITION DE L'INCESTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Conséquences néfastes » ou aversion innée ?

Si nos contemporains ancrent souvent la raison d'être des interdits incestueux dans la notion de risques biologiques, ce n'est pourtant pas, historiquement, la motivation première. Ainsi les juristes romains alléguaient plutôt le risque de la confusion des rôles sociaux. Épouser sa mère, c'était ainsi ajouter au nom de « fils » celui de « mari » et donner jour à une « fille » qui aurait droit au nom de « sœur ». Confondre ces rôles, c'est porter atteinte au fas, à l'ordre du monde qui distingue les ordres divin, humain et animal. Ce type d'explication tient évidemment lieu de rationalisation a posteriori. Lorsqu'un Romain épousait sa cousine, il ne se posait plus la question de la confusion des rôles qu'entraînait cette union mais échangeait simplement le statut de cousin pour celui d'époux.

Une autre interprétation, plus souvent avancée de nos jours, est formulée par l'anthropologue Robin Fox en termes de « conséquences néfastes » (the dire consequences) de l'inceste. C'est celle des effets biologiques supposés « désastreux » des mariages consanguins. Cette idée qui précède l'apparition du modèle génétique et que l'on voit poindre dès le xviie siècle est reprise systématiquement, dans la seconde moitié du xixe siècle, sous la plume d'auteurs comme Henry Maine (Le Droit antique, 1861) ou Lewis Henry Morgan (La Société archaïque, 1877).

L'argument place le débat au niveau non plus du couple mais de sa progéniture. Pour qu'il puisse rendre compte effectivement de l'apparition d'interdits incestueux dans l'ensemble des sociétés humaines, il convient que toutes reconnaissent l'existence d'un lien causal entre biologie, sexualité et reproduction. Or beaucoup d'entre elles n'ancrent pas l'idée de la génération dans un processus biologi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

  • : docteur en lettres et sciences humaines, maître de conférences à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  PROHIBITION DE L'INCESTE  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Problèmes contemporains »  : […] Résultat des efforts critiques et des rencontres théoriques, l'anthropologie moderne représente une force de réflexion vers laquelle se tournent de nombreuses disciplines, car c'est bien là son nouveau paradoxe que d'avoir recentré son objet et affirmé sa perspective holiste en décloisonnant les domaines habituels et en optant pour l' interdisciplinarité. Les travaux actuels s'orientent tous vers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie/#i_7919

CULPABILITÉ

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 9 666 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'interdit et l'ordre symbolique »  : […] La portée de l'interprétation œdipienne que Freud donne de la culpabilité apparaît de manière patente quand Lacan met celle-ci en rapport avec la loi et, plus précisément, avec le « point d'insémination d'un ordre symbolique qui préexiste au sujet infantile et selon lequel il va lui falloir se structurer ». Mais, avant d'en venir à cette explication lacanienne, il peut être instructif d'évoquer u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culpabilite/#i_7919

CULTURE - Nature et culture

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 880 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La leçon de l'anthropologie structurale »  : […] La prohibition de l' inceste, obligeant les hommes à communiquer, fonde la culture. Telle est la conclusion frappante de l'étude des Structures de la parenté (1948) de C.  Lévi-Strauss . « En projetant, si l'on peut dire, les sœurs et les filles en dehors du groupe consanguin, et en leur assignant des époux provenant eux-mêmes d'autres groupes, elle [la prohibition de l'ince […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-nature-et-culture/#i_7919

ETHNOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Patrick MENGET
  •  • 5 636 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Lévi-Strauss et la méthode structuraliste »  : […] Cependant, l'apport de Radcliffe-Brown fut décisif. À partir des études qu'il fit en Afrique, s'est développée la théorie moderne de la parenté, et l'étude des systèmes de relations a ouvert la voie à la méthode structuraliste de Claude Lévi-Strauss. Partant de la prohibition de l'inceste, celui-ci découvre qu'elle fonde une règle positive : l'obligation de donner des femmes. Il étudie le systè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-histoire/#i_7919

ETHNOLOGIE - Ethnologie générale

  • Écrit par 
  • Raymond William FIRTH
  •  • 9 525 mots

Dans le chapitre « La monogamie et la prohibition de l'inceste »  : […] La monogamie est habituelle dans tous les types de sociétés, et la polygamie exceptionnelle, même si elle représente l'idéal ; mais souvent, il est permis d'avoir plus d'une femme (polygamie) et parfois plus d'un mari ( polyandrie). Chaque union est un mariage en soi, parfois à vrai dire avec des cérémonies simplifiées. En régime polyandrique, les maris d'une même femme sont le plus souvent frères […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-ethnologie-generale/#i_7919

FAMILLE - Les sociétés humaines et la famille

  • Écrit par 
  • Françoise HÉRITIER
  •  • 7 468 mots

Dans le chapitre « Les rapports contractuels et leur régulation »  : […] De fait, tous les groupes consanguins archaïques semblent avoir résolu le problème de la coexistence avec leurs voisins de la même façon : par la mise en œuvre de plusieurs ressources, dont on peut raisonnablement penser qu'elles ont été conçues en même temps que l'appareil symbolique du langage prenait forme. En premier lieu, une réglementation des rapports sexuels fait de leur exercice dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/famille-les-societes-humaines-et-la-famille/#i_7919

IDENTITÉ

  • Écrit par 
  • Annie COLLOVALD, 
  • Fernando GIL, 
  • Nicole SINDZINGRE, 
  • Pierre TAP
  •  • 13 233 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'identité des personnes »  : […] Une tout autre approche de l'identité s'est développée en anthropologie, relative cette fois aux identités des personnes et des collectivités. L'identité des individus est partout culturellement codée, notamment à l'occasion des rituels jalonnant le cycle de vie (rites de passage et initiations surtout) et de ceux qui marquent l'appartenance à certains groupes, dans lesquels tout individu est ins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/identite/#i_7919

INCESTE

  • Écrit par 
  • Jean CUISENIER
  •  • 3 061 mots
  •  • 6 médias

Dans toutes les sociétés connues, l'inceste est prohibé, et l'infraction à la règle sévèrement châtiée : l'interdiction, pour un homme, d'avoir des relations sexuelles avec de proches parentes, apparaît comme une loi universelle, et par conséquent liée à la nature humaine elle-même. Le contenu de la prohibition varie cependant selon les sociétés, et vise des catégories de parentes différentes. La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inceste/#i_7919

INTERDIT

  • Écrit par 
  • Claude RABANT, 
  • Pierre SMITH
  •  • 6 123 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les trois interdits fondamentaux »  : […] « Pour fixer les termes, écrit Freud dans L'Avenir d'une illusion , nous appellerons refus le fait qu'une pulsion ne puisse être satisfaite, interdit la disposition qui établit ce refus, et privation l'état qui en découle. » Il faut distinguer, ajoute-t-il, entre les interdits culturellement variables, locaux ou particuliers, qui ne touchent qu'une catégorie sociale, et les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interdit/#i_7919

LÉVI-STRAUSS CLAUDE (1908-2009)

  • Écrit par 
  • Pierre SMITH, 
  • Emmanuel TERRAY
  •  • 2 704 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'étude de la parenté et de l'alliance »  : […] L'étude de la parenté et du mariage est un peu le domaine réservé de l'ethnologie, celui que d'autres disciplines ne songent guère à lui disputer et dont la technicité ne peut que rebuter le profane. Premier grand massif de l'œuvre, l'épais et ambitieux traité intitulé Les Structures élémentaires de la parenté , par lequel Claude Lévi-Strauss gagna la notoriété auprès des spé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-levi-strauss/#i_7919

MARIAGE

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT, 
  • Catherine LABRUSSE-RIOU, 
  • Marie-Odile MÉTRAL-STIKER
  • , Universalis
  •  • 11 551 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les interdits matrimoniaux »  : […] Le rôle de la société se manifeste non seulement par l'exigence d'un rituel mais aussi par des prohibitions du mariage que, depuis le droit canonique, on dénomme «  empêchements » et entre lesquels on distingue ceux qui sont sanctionnés par la nullité (empêchements dirimants) et ceux qui, laissant subsister la validité du lien, s'opposent seulement à la célébration (empêchements prohibitifs). Ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mariage/#i_7919

MORGAN LEWIS HENRY (1818-1881)

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 3 677 mots

Dans le chapitre « Les limites de l'évolutionnisme »  : […] Par bien des aspects cependant, l'œuvre de Morgan appelait la critique. Le vaste tableau de l'histoire de l'humanité brossé dans Ancient Society reposait sur une information scientifique aujourd'hui dépassée. L'archéologie de la Grèce et de Rome archaïques n'existait pas à l'époque où écrivait Morgan et la découverte des civilisations minoenne, mycénienne et étrusque interdi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lewis-henry-morgan/#i_7919

NATURE / CULTURE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 450 mots

Dans le chapitre « Une rupture de l’ordre naturel »  : […] Toute culture s’impose d’abord comme une répression brutale de la nature. Ainsi la prohibition de l’inceste en tant qu’interdit culturel fondamental, thèse développée par l’ethnologue Claude Lévi-Strauss (1908-2009), est-elle une négation violente de l’ordre naturel. L’obligation de l’exogamie (le fait de s’unir sexuellement à un membre étranger à sa famille) peut donc être ressentie comme une vi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-culture-notions-de-base/#i_7919

PARENTÉ SYSTÈMES DE

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET
  •  • 8 724 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La théorie de l'alliance »  : […] La théorie de l'alliance a eu des précurseurs parmi l'école hollandaise avec Van Wouden ; ses promoteurs furent tout d'abord Lévi-Strauss, puis à sa suite E. R. Leach et R. Needham en Angleterre et Dumont en France. C'est en 1949 que parut l'ouvrage de Lévi-Strauss intitulé Les Structures élémentaires de la parenté , qui fondait la théorie de l'alliance. Si l'analyse des syst […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systemes-de-parente/#i_7919

LES STRUCTURES ÉLÉMENTAIRES DE LA PARENTÉ, Claude Lévi-Strauss - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Laurent BARRY
  •  • 915 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les fondements naturels du lien social »  : […] Outre la linguistique, l'ouvrage s'inspire des travaux de l'anthropologie anglo-saxonne et de certains écrits de l'école de L'Année sociologique (l' Essai sur le don de Marcel Mauss et Les Catégories matrimoniales de Marcel Granet) plutôt que d'une tradition ethnographique et muséographique française encore balbutiante. Dans cette v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-structures-elementaires-de-la-parente/#i_7919

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurent BARRY, « PROHIBITION DE L'INCESTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/prohibition-de-l-inceste/