MAB (Man and the Biosphère) PROGRAMME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un engagement sur la durée pour la prospérité des futures générations

Lorsqu'un site est désigné par le Conseil international de coordination du programme MAB de l’UNESCO, les États membres s'engagent à lui garantir des caractéristiques de haute qualité suivant un plan de gestion proposé pour dix ans. La désignation peut bien entendu être renouvelée, à l’occasion d’un examen périodique à l’échéance de cette durée, en présentant un bilan de la période écoulée et un nouveau projet pour la décennie suivante. Les réserves de biosphère restent sous la juridiction nationale mais doivent respecter le cadre statutaire de Séville. Celui-ci porte notamment sur :

– la protection de la ou des aires centrales de la réserve de biosphère selon la législation nationale ;

– le respect des zones tampons entourant l’aire centrale, où ne sont autorisées que des activités compatibles avec les objectifs de conservation ;

– le développement d’autres activités dans une zone de transition ou de coopération qui peuvent servir de modèles au-delà des frontières de la réserve de biosphère ;

– la participation des populations locales à la gouvernance et à la gestion, et leur adhésion au projet de développement du territoire.

Les réserves de biosphère sont donc des sites d’expérimentation, de démonstration, de mise en pratique, de confrontation avec la réalité et de diffusion des démarches, des savoir-faire et des pratiques du développement durable. Bonnes pratiques en matière d’agriculture, de pêche ou de gestion forestière, d’architecture durable, de conservation de la biodiversité, d’urbanisme, d’éducation au développement durable, de planification, de recherche et d’organisation de la participation des acteurs de terrain, de mobilisation de la jeunesse… qui peuvent se déployer au-delà des limites des réserves de biosphère. Elles aident ainsi à atteindre au plus vite les Objectifs de développement durable (ODD) définis en 2015 par les Nations unies.

En s’appuyant sur l’expérience du réseau mondial de réserves de biosphère, le MAB a établi en 2016 sa nouvelle stratégie et un plan d’action dit de Lima : « Notre vision est celle d'un monde où les hommes ont conscience de leur avenir commun et de leur interaction avec notre planète et agissent de façon collective et responsable pour construire des sociétés prospères en harmonie avec la biosphère. » Il a adopté les objectifs stratégiques suivants :

– préserver la biodiversité, restaurer et améliorer les services écosystémiques, et favoriser l’utilisation durable des ressources naturelles ;

– contribuer à construire des sociétés et des économies saines et équitables, et des établissements humains prospères en harmonie avec la biosphère ;

– faciliter la science de la biodiversité et de la durabilité, l’éducation au service du développement durable et le renforcement des capacités ;

– soutenir l’atténuation et l’adaptation à l’évolution climatique et à d’autres aspects du changement environnemental mondial.

Depuis sa mise en place, le programme MAB poursuit et renouvelle sans cesse son idée de départ afin de comprendre et d’améliorer les interactions entre l’homme et la biosphère, en expérimentant et en diffusant des solutions locales à des problèmes ou changements parfois globaux, à travers la recherche, la formation, l’éducation et la bonne gouvernance.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Didier BABIN, « MAB (Man and the Biosphère) PROGRAMME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/programme-mab-man-and-the-biosphere/