MAB (Man and the Biosphère) PROGRAMME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un programme précurseur

Il est désormais scientifiquement établi que la dégradation des écosystèmes et la perte de biodiversité réduisent considérablement les services écosystémiques ou les contributions de la nature aux populations humaines et qu’elles mettent en péril les économies, la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la diversité culturelle et spirituelle, la qualité de vie et la santé des populations, notamment des plus pauvres, partout dans le monde. Cette prise de conscience n’a malheureusement pas encore profondément réorienté les processus de décision politique ou économique à l’échelle planétaire.

En 1971, lorsque l’UNESCO a lancé le programme MAB, celui-ci était relativement visionnaire et précurseur en se concentrant sur des « approches scientifiques interdisciplinaires à propos des relations entre les humains et les écosystèmes afin de promouvoir des solutions pour réconcilier la conservation de la biodiversité avec le développement économique des populations humaines. »

Bien sûr, le programme MAB a bénéficié des réflexions et recherches ayant débuté dès la fin des années 1960, notamment au sein du programme biologique international de l’UNESCO consacré à l'évaluation des flux de matière et d'énergie dans les grands écosystèmes de la planète. En septembre 1968, la Conférence de la biosphère, qui s’était tenue à Paris, avait proclamé que la conservation des ressources naturelles devait aller de pair avec leur utilisation rationnelle et ne pas se contenter de mettre la nature « sous cloche » dans des espaces strictement protégés.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Didier BABIN, « MAB (Man and the Biosphère) PROGRAMME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/programme-mab-man-and-the-biosphere/