PROGÉNITURE, éthologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La séparation chez les primates

Les conséquences en ont été magnifiquement étudiées par l'école de Harlow, dont on rappellera brièvement les conclusions : les jeunes macaques isolés strictement dès la naissance dans des enceintes opaques manifestent d'abord une phase de détresse caractérisée par des vocalisations et des mouvements spasmodiques, puis une phase de dépression avec immobilisation presque complète dans un coin de l'enceinte. La guérison de ces symptômes par réunion à la mère peut être plus ou moins difficile suivant la longueur de la phase de séparation ; des désordres du comportement social peuvent s'ensuivre, parfois très graves et difficilement réversibles. Partant de là, les chercheurs se sont vite rendu compte que toutes les espèces de macaque ne présentaient pas les mêmes symptômes au même degré : certains ne réagissent que peu à la séparation, et ce sont les espèces où les soins maternels ne sont pas exclusifs, où la mère prête volontiers son enfant aux autres femelles. D'autre part, ils ont observé que, chez une même espèce de macaques où la séparation est grave pour l'enfant, le degré de gravité dépend du type de rapports existant entre la mère et l'enfant. Certains enfants sont rejetés par leur mère (les mères sans mère, par exemple) et se donnent un mal infini pour être acceptés : ceux-là souffriront beaucoup de la séparation ; en revanche, les petits qui ont avec leur mère un type de relation moins étroit ne présenteront pas des perturbations aussi graves (Hinde et Spencer Booth, 1970).

Dans ces expériences il n'est pas nécessaire d'ailleurs que le jeune soit complètement isolé de sa mère ; elle peut être présente mais inaccessible, dans une cage grillagée par exemple : les symptômes de la séparation sont chez le petit tout aussi spectaculaires.

Enfin, on a essayé d'étudier les perturbations comportementales dues à la réunion après la séparation : elles sont compliquées, car la mère qui a été séparée du troupeau doit s'y réadapter, ainsi que son petit ; cela modifie ipso facto les rapports de la mère et de l'enfant.

L'école de Harlow a pratiqué [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur titulaire à l'université René-Descartes-Sorbonne

Classification

Autres références

«  PROGÉNITURE, éthologie  » est également traité dans :

COMPORTEMENT ANIMAL - Fondements du comportement

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 2 820 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  État physiologique »  : […] L'état physiologique d'un animal varie bien évidemment avec son âge (cf. comportement animal - D éveloppement du comportement), mais également en fonction de ses taux d'hormones. Ces substances influencent le comportement à de nombreux niveaux, principalement en faisant varier la motivation de l'animal à accomplir tel ou tel comportement. Le plus spectaculaire est peut-être le comportement repr […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Développement du comportement

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 913 mots
  •  • 2 médias

Chez les insectes, les individus passent par un stade larvaire au cours duquel leur morphologie et, donc, leur comportement peuvent être totalement différents. Quoi de commun entre une chenille rampant et se nourrissant de feuilles et le papillon qu'elle deviendra, qui vole et se nourrit de nectar ? Le stade larvaire peut d'ailleurs durer beaucoup plus longtemps que l'âge adulte. Ainsi, certaine […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Communication animale

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 992 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Communication auditive »  : […] La communication auditive est limitée dans le temps, tout en étant possible à distance dans un milieu visuellement encombré. C'est donc la forme de communication qui est utilisée préférentiellement pour établir un contact (chez les crapauds, les mâles coassent pour attirer les femelles), le garder (la poule communique continuellement avec ses poussins par des petits gloussements auxquels ils répon […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Comportement reproducteur

  • Écrit par 
  • Marc THÉRY
  •  • 3 827 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Des mammifères polygynes et des oiseaux monogames ? »  : […] La stratégie employée par la plupart des invertébrés et de nombreux vertébrés consiste à multiplier le nombre des ovules pour obtenir quelques descendants. C'est souvent le cas des poissons et des batraciens qui produisent des milliers d'œufs. En revanche, les oiseaux protègent leurs embryons et investissent beaucoup plus dans l'élevage des jeunes, dont une forte proportion parviendra à l'âge adul […] Lire la suite

DOMESTICATION

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIGARD
  •  • 7 155 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'impact sur les animaux »  : […] Pour évaluer l'impact de la domestication sur les animaux, il faut commencer par se demander s'il existe, au moins chez certaines espèces, des dispositions comportementales à la domestication. Georges Cuvier (1825) avait déjà insisté sur la « sociabilité » des animaux, considérée dans ses rapports avec la domestication. Puis, Isidore Geoffroy Saint-Hilaire (1861) avait introduit la notion de part […] Lire la suite

PRIMATES

  • Écrit par 
  • Bertrand L. DEPUTTE
  •  • 23 052 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Socialisation des jeunes »  : […] Quelle que soit sa durée, la phase d'immaturité se déroule toujours dans un environnement social défini par la structure et l'organisation sociale de l'espèce (ou du groupe), la vitesse de maturation des jeunes, le nombre de jeunes par parturition, et par des paramètres de la reproduction tels que l'intervalle entre les naissances (fonction de la durée de la gestation, de l'aménorrhée post partum […] Lire la suite

SOCIÉTÉS ANIMALES

  • Écrit par 
  • Bernard THIERRY
  •  • 5 394 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les causes de la vie en groupe »  : […] Diverses circonstances écologiques peuvent expliquer que des animaux vivent ensemble. Le risque de la prédation représente un important facteur de regroupement. Il oblige les animaux à se protéger par différents moyens. La défense collective est une première stratégie. Il n'est pas rare de voir un faucon se faire « houspiller » par un vol de moineaux qui vont le chasser malgré leur taille netteme […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Rémy CHAUVIN, « PROGÉNITURE, éthologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/progeniture-ethologie/