PROFIT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les insuffisances des théories traditionnelles

Il est possible de distinguer dans les nombreuses théories du profit les explications spécifiques à ce revenu (qui sont donc des explications partielles) et les essais d'intégration de la notion de profit à une vision structurale du fonctionnement du système économique.

Les formes du marché

La théorie comme la pratique (cf. économie de marché, monopole) montrent qu'en situation de monopole, par exemple, les profits sont supérieurs à ceux qui naissent sur des marchés plus concurrentiels. Dès lors, ne suffit-il pas d'élaborer une théorie des marchés pour obtenir, en corollaire, une théorie rendant compte, à la fois, de l'apparition du profit, mais également de son maintien (les firmes existantes freinant l'apparition des firmes potentielles).

Cette interprétation explique effectivement l'existence de certains profits, mais elle n'indique pas pourquoi, sur des marchés de formes identiques, le profit subit de fortes variations selon la période, le lieu et la nature de la production. En outre, la théorie des marchés est plus une théorie des prix que du profit. Or, pour comprendre ce revenu, il ne suffit pas de connaître le mécanisme de formation des prix, il convient, de plus, d'expliquer l'aptitude des centres de décision à aménager un écart entre deux séries de prix, prix de ventes et coûts, qui ne sont pas synchrones. L'innovation rend-elle compte de cette aptitude ?

L'innovation de l'entreprise

Joseph Schumpeter s'est attaché à mettre l'accent sur le rôle pionnier de l'entrepreneur, sur son aptitude à modifier, à la fois, les produits et les fonctions de production, sur sa constante tendance à la « destruction créatrice ». Le profit est alors la sanction de l'avance technologique conquise sur l'ensemble des producteurs. C'est un revenu différentiel qui s'amenuise à mesure que les imitateurs adoptent les méthodes nouvelles de production. L'établissement d'un lien exclusif entre l'innovation et le profit rend compte d'une partie de la réalité, mais certainement pas de son ensemble. L'expérience montre, à l'évidence, qu'il n'est pas nécessaire d'être pionnier pour réaliser une différence entre les prix et les coûts des produits que l'on fabrique. On relèvera cependant que l'innovation introduit l'idée d'incertitude. Innover, n'est-ce pas, en effet, une manière d'affronter le risque économique, et celui-ci n'est-il pas le principe d'explication le plus large, englobant tous les autres ?

Entre l'incertitude et la certitude

On doit à F. H. Knight la première recherche approfondie sur la liaison profit-incertitude. Il montre que ce n'est pas le risque calculable (celui qui peut se traduire par une distribution de probabilité) qui est à l'origine du profit. Ce risque, l'entreprise s'en décharge par une prime d'assurance qui s'analyse comme un coût fixe. En revanche, le risque non calculable et donc non assurable, que Knight appelle l'incertitude, explique le profit. Il est donc identifié à la différence entre la valeur anticipée par l'entrepreneur des facteurs de production et la réalité. Il est positif en cas de sous-estimation de cette valeur, négatif dans le cas contraire.

Certes, cette thèse fournit une explication du profit, mais elle implique en même temps l'impossibilité de construire une théorie de la décision économique. En outre, faire de l'incertitude l'explication générale du profit ne saurait être une position satisfaisante. L'observation de la réalité révèle la coexistence constante de profits de l'incertitude et de profits de la certitude. Ces derniers représentent d'ailleurs l'un des objectifs privilégiés de l'entreprise moderne.

Qu'il s'agisse de la création de réseaux de sous-traitants afin d'amortir les fluctuations de la demande, ou d'efforts de nature variée pour institutionnaliser le revenu de l'entreprise, ou, enfin, des perfectionnements des techniques de traitement de l'information, autant de voies ouvertes à l'entreprise pour réaliser des profits certains. L'unité de production pourra être aidée en cela par l'existence d'une planification indicative centrale, « réductrice d'incertitude ».

Recours à l'analyse structurale

Face à la constatation des lacunes d'une explication moniste des différents revenus regroupés sous le nom de profit, trois attitudes sont concevables.

La première est de reconnaître le constat d'échec et d'en déduire l'impossibilité d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences agrégé à la facul-té de droit et des sciences économiques de Nice, directeur du département des techniques de commercialisationde l'Institut universitaire de technolo-gie de Nice.

Classification

Autres références

«  PROFIT  » est également traité dans :

L'ACCUMULATION DU CAPITAL, Joan Violet Robinson - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 007 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le profit au cœur de la croissance »  : […] Le livre s'écarte de la théorie néo-classique en ne considérant pas le taux d'intérêt comme le paramètre essentiel du processus d'expansion. Joan Robinson constate que la vision néo-classique part de l'idée que les entreprises n'ont aucun autofinancement, ou, tout au moins, que leur mode de décision dépend exclusivement de leurs conditions de financement. Or, pour une entreprise, le financement, […] Lire la suite

AUTOFINANCEMENT

  • Écrit par 
  • Geneviève CAUSSE
  •  • 5 233 mots

Dans le chapitre « Autofinancement et mobilité du capital »  : […] Si on se situe sur le plan de l'économie globale, il n'est pas rare d'entendre critiquer vivement la place tenue par l'autofinancement dans le financement des investissements : on oppose la situation réelle des économies contemporaines à ce qui se passerait si, tous les profits étant distribués, les investissements étaient financés uniquement par appel à l'épargne et au marché des capitaux. L'une […] Lire la suite

BANQUE - Histoire de l'institution bancaire

  • Écrit par 
  • Patrice BAUBEAU
  •  • 6 502 mots

Dans le chapitre « Transfert de valeurs »  : […] Enfin, le transfert des valeurs dans le temps et dans l'espace représente le moins spécifique des métiers bancaires. Dans le monde à croissance lente précédant le xviii e  siècle, l'essentiel des profits dérive de la matérialisation d'un écart de prix entre deux lieux (l'argent métal vaut plus en Chine qu'en Europe ou au Japon du xv e au xviii e  siècle) ou entre deux moments (le prix du grain at […] Lire la suite

CAPITALISME - Sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 3 509 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Les origines du capitalisme »  : […] Au xviii e  siècle, le capitalisme industriel commence à déplier ses ailes. Dans les premiers écrits qu'il consacre à cette rupture majeure, notamment dans L'Idéologie allemande (1845-1846), Karl Marx brosse un tableau de vaste ampleur destiné à rendre raison des conditions de développement des forces productives. La séparation entre la ville et la campagne donne un coup d'envoi décisif dès le […] Lire la suite

COMMERCIAL DROIT

  • Écrit par 
  • Yves GUYON
  •  • 5 739 mots

Dans le chapitre « Domaine du droit commercial »  : […] Puisqu'il est un droit d'exception, qui déroge au droit civil commun, le droit commercial devrait avoir un domaine d'application strictement délimité. Malheureusement, il n'en est rien. Les frontières qui séparent le droit civil du droit commercial ont été tracées en fonction de considérations d'opportunité beaucoup plus que de logique. Elles sont incertaines et mouvantes, de telle sorte qu'il est […] Lire la suite

COMPTABILITÉ - Comptabilité financière

  • Écrit par 
  • Bernard COLASSE
  •  • 4 245 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le bilan (« balance sheet ») »  : […] C'est l'état qui, à un moment donné, en général la fin de l'année civile, décrit la situation financière de l'entreprise, c'est-à-dire l'ensemble de ses actifs et de ses dettes. Les actifs sont constitués par les biens dont elle est propriétaire ou sur lesquelles elle exerce un contrôle de fait. Ses dettes, on dit encore ses passifs ou son passif exigible, sont les obligations à caractère certai […] Lire la suite

COMPTABILITÉ - Analyse financière

  • Écrit par 
  • Elie COHEN
  •  • 3 634 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La méthode des ratios »  : […] La méthode des ratios permet de rechercher des rapports, des relations significatives entre certaines grandeurs caractéristiques du patrimoine (traduites par des postes du bilan) et de l'activité (traduites par des postes du compte de résultat ou des tableaux de flux). – Des ratios de structure peuvent être calculés à partir du bilan. Les ratios d'actif traduisent la composition des moyens d'ac […] Lire la suite

CONCURRENCE, économie

  • Écrit par 
  • Alain BIENAYMÉ
  •  • 7 210 mots

Dans le chapitre « Pouvoir de marché et rente de monopole »  : […] Le monopole pur de la théorie conserve toutes les propriétés des marchés parfaits, sauf une : un seul vendeur fait face à un grand nombre de clients potentiels. Dans ce cas, l'offreur satisfait toute la demande solvable et il subit directement la loi de saturation de la demande qui le contraint à baisser son prix sur la totalité des ventes, si ce prix est unique et s'il souhaite augmenter les qua […] Lire la suite

DES PRINCIPES DE L'ÉCONOMIE POLITIQUE ET DE L'IMPÔT, David Ricardo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Nicolas CHAIGNEAU
  •  • 1 149 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une théorie de la valeur et de la répartition »  : […] Les Principes sont avant toute chose une recherche sur les conditions de l'accumulation du capital, accumulation dont dépend la croissance économique. Cet objectif conduit Ricardo à s'attaquer à ce qu'il considère comme « le principal problème en économie politique » : déterminer comment le revenu tiré d'une marchandise – le prix – se répartit entre les classes sociales impliquées dans sa produc […] Lire la suite

DROGUE

  • Écrit par 
  • Alain EHRENBERG, 
  • Olivier JUILLIARD, 
  • Alain LABROUSSE
  • , Universalis
  •  • 12 113 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Évaluation des profits du marché des drogues »  : […] Le marché des drogues illicites génèrent des bénéfices très importants qui ont pour origine les particularités liées la fabrication et à l'acheminement des ces produits. Dans le cas de la cocaïne et de l' héroïne, les différentes étapes de la transformation de la matière première – feuilles de coca, opium – en produit fini sont une première cause de l'escalade des profits. La seconde, la plus […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

24-30 janvier 2022 France. Mise en cause du groupe Orpea.

Celui-ci met notamment en cause le groupe privé français Orpea, qui est accusé de privilégier la recherche du profit sur le bien-être des résidents, et dénonce l’« impuissance » des autorités de tutelle. Orpea, l’un des géants mondiaux du secteur, gère onze cent cinquante-six maisons de retraite et cliniques de soin dans vingt-trois pays d’Europe et d’Amérique latine. […] Lire la suite

17 janvier 2022 France. Condamnation d'Éric Zemmour pour « provocation à la haine et à la violence ».

Les deux hommes sont également condamnés solidairement à 19 000 euros de dommages et intérêts au profit des associations de défense des droits de l’homme qui s’étaient portées parties civiles. Éric Zemmour est notamment reconnu coupable d’avoir qualifié les mineurs migrants isolés de « voleurs », « violeurs » et « assassins », en septembre 2020, dans l’émission « Face à l’info » de la chaîne d’information. […] Lire la suite

13-23 décembre 2021 Union européenne – Russie – Mali. Sanctions européennes contre le groupe Wagner.

Wagner est accusé de violations des droits humains et d’organisation d’opérations clandestines au profit de la Russie, notamment en Ukraine, en Syrie, en Libye et en Afrique. Après avoir nié son existence, Moscou présente maintenant le groupe Wagner comme un acteur indépendant. Le 23, dans un communiqué commun, seize pays occidentaux engagés dans la lutte antidjihadiste au Sahel – Allemagne, Belgique, Canada, Danemark, Espagne, Estonie, France, Italie, Lituanie, Norvège, Pays-Bas, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni et Suède – condamnent « fermement le déploiement de mercenaires sur le territoire malien » et accusent la Russie « d’un soutien matériel au déploiement du groupe Wagner ». […] Lire la suite

3 novembre - 18 décembre 2021 Royaume-Uni. Affaiblissement du Premier ministre Boris Johnson visé par plusieurs scandales.

Le 16, le Parti conservateur perd, au profit du Parti libéral-démocrate, l’élection partielle destinée à pourvoir le siège laissé vacant par la démission d’Owen Paterson, dans une circonscription des Midlands considérée comme un fief conservateur. Le 18, l’annonce de la démission du ministre chargé du Brexit, David Frost, en désaccord avec la politique fiscale et sanitaire du gouvernement, affaiblit encore Boris Johnson. […] Lire la suite

19 novembre 2021 Belgique – République démocratique du Congo. Publication de l'enquête « Congo Hold-up ».

Celle-ci révèle comment la Banque gabonaise et française internationale (BGFI), basée au Gabon, a été utilisée pour détourner des fonds publics et des ressources naturelles de la République démocratique du Congo (RDC), principalement au profit de Joseph Kabila et de ses proches. Elle accuse l’ancien président d’avoir détourné environ 138 millions de dollars du budget de l’État entre 2013 et 2018, alors qu’il était au pouvoir. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques LEBRATY, « PROFIT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/profit/