PROBABILITÉ SUBJECTIVE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aspects génétiques

Les idées se rapportant au registre de la probabilité subjective ne surgissent pas toutes faites du cerveau de l'adulte, mais connaissent une longue histoire dont les débuts se situent dans la première enfance. Jusqu'à l'adolescence, on constate une régression graduelle des éléments subjectifs et une convergence corrélative vers les interprétations objectives, encore que le subjectif ne perde jamais entièrement ses droits. Cette convergence est imputable partiellement à la maturation et partiellement aux effets de l'apprentissage, ces derniers fournissant une connaissance des résultats et donc un renforcement. Vers l'âge de cinq ans, l'enfant utilise des mots comme « probablement » et d'autres expressions tirées du sous-langage de l'incertitude, pour indiquer, ne fût-ce que de façon ordinale, la probabilité subjective qu'il attribue à une possibilité particulière (par exemple, la possibilité que son jouet se trouve dans telle chambre ou dans telle autre). On peut mettre en évidence à ce propos des stades de développement que servent à illustrer les notions d'indépendance et de distribution.

Indépendance

D'une urne, dont on dit au sujet qu'elle contient des jetons bleus et des jetons jaunes, on extrait l'un après l'autre trois jetons, apparemment au hasard, deux de ceux-ci ayant la même couleur et le troisième l'autre couleur. La tâche du sujet consiste à deviner la couleur du quatrième jeton à extraire. De six à quinze ans, la tendance à prédire, pour le jeton suivant, la couleur non prépondérante diminue de façon régulière, tandis que s'affirme la tendance à déclarer que le quatrième jeton pourrait avoir indifféremment l'une ou l'autre couleur. Autrement dit, dans ces conditions, l'« effet négatif de récence » diminue avec l'âge.

Plus généralement, les enfants de moins de sept ans qui doivent prédire le résultat d'un événement binaire, au cours d'une série d'essais avec connaissance des résultats, ont tendance à prévoir B quand l'événement précédent est A, et réciproquement ; lorsqu'ils ne procèdent pas exacte [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : professor of Psychology and Head of Department, University of Manchester, Royaume-Uni

Classification


Autres références

«  PROBABILITÉ SUBJECTIVE  » est également traité dans :

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « Croyance, probabilité, scepticisme »  : […] On peut dire que c'est la grandeur de la philosophie du belief , chez Hume, d'avoir aperçu cette unité profonde de la créance, par-delà l'opposition que les philosophies platoniciennes (et Descartes encore une fois est un platonicien à cet égard) avaient instituée entre l'opinion et la vérité. Le belief humien, c'est d'abord la créance prise dans son se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croyance/#i_35853

DOUTE

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 731 mots

Présent dans les discours les plus divers, le doute n'est pas plus un concept méthodologique qu'un argument pédagogique, à quoi cependant on l'a maintes fois réduit. De Socrate à Descartes, de Montaigne à Lessing et de Kierkegaard à Nietzsche, il transforme le cours d'une réflexion en expérience ; dans un discours en première personne comme dans un dialogue, il ordonne une progression, fait repère […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/doute/#i_35853

HASARD

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 6 801 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le hasard est-il objectif ou subjectif ? »  : […] Si l'accord est réalisé entre les mathématiciens au sujet du calcul des probabilités, il n'en va pas de même de l'interprétation du hasard : est-il une propriété des relations entre les choses ou de notre relation avec les choses ? Mesure-t-il des aléas et des fréquences observables dans la nature ou l'état de notre savoir et de nos croyances à l'égard des événements ou des phénomènes ? Bref, est- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hasard/#i_35853

STATISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges MORLAT
  •  • 14 018 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorie de la décision dans l'incertain »  : […] Ainsi, la théorie axiomatisée de la décision dans l'incertain, telle que la présente Savage, constitue l'une des meilleures justifications philosophiques de la probabilité subjective. Esquissons les grandes lignes de cette théorie. Une situation de décision dans l'incertain est caractérisée par la donnée d'un ensemble S d'états, d'un ensemble K de conséquences, et les actes sont des applications d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/statistique/#i_35853

Pour citer l’article

John COHEN, « PROBABILITÉ SUBJECTIVE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/probabilite-subjective/