PROBABILITÉ SUBJECTIVE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Influence de la croyance à la chance

Un aspect de la probabilité subjective qui joue un rôle important est la croyance à la chance. Ce que nous croyons qui arrivera est fonction de ce que nous pensons qui arrivera si nous avons de la chance ou non. Cette croyance a tendance à s'établir de manière ferme et cohérente. Considérons la question suivante : « Combien de fois pensez-vous effectivement pouvoir enfiler dans le chas d'une aiguille donnée un fil donné pendant une demi-heure ? » Le sujet auquel on a posé la question est averti qu'après avoir fourni une estimation réaliste à propos de celle-ci, il aura la possibilité de montrer son habileté pour cette tâche avec des aiguilles de différentes dimensions. On lui demande alors de procéder à quatre ensembles supplémentaires d'estimations en supposant qu'il aura de la chance (c), qu'il aura beaucoup de chance (C), qu'il aura de la malchance () ou qu'il aura beaucoup de malchance (C̄). Les estimations varient, bien entendu, selon la tâche considérée, mais un type de résultat (pour un sujet hypothétique) est exprimé schématiquement par la figure, où r désigne l'estimation réaliste. Pour certaines catégories de tâches, comme les performances athlétiques, les sujets s'attendent généralement à ce que leurs estimations réalistes se confirment en moyenne dans un essai sur six, et à avoir beaucoup de chance ou beaucoup de malchance dans un essai sur quatorze. Ils espèrent en outre que, s'ils ont de la chance, leur performance s'améliore de 6 à 12 p. 100, et, s'ils ont beaucoup de chance, de 12 à 26 p. 100. En cas de malchance, ils s'attendent à ce que leur performance diminue de 15 à 40 p. 100, et, s'ils ont beaucoup de malchance, de 17 à 80 p. 100.

Variations d'une estimation réaliste

Dessin : Variations d'une estimation réaliste

Dessin

Estimation du nombre d'aiguilles de dimensions différentes qui peuvent être enfilées en une demi-heure dans des conditions variables de chance et de malchance 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : professor of Psychology and Head of Department, University of Manchester, Royaume-Uni

Classification

Autres références

«  PROBABILITÉ SUBJECTIVE  » est également traité dans :

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « Croyance, probabilité, scepticisme »  : […] On peut dire que c'est la grandeur de la philosophie du belief , chez Hume, d'avoir aperçu cette unité profonde de la créance, par-delà l'opposition que les philosophies platoniciennes (et Descartes encore une fois est un platonicien à cet égard) avaient instituée entre l'opinion et la vérité. Le belief humien, c'est d'abord la créance prise dans son sens indivis, comme lorsque, dans le langage o […] Lire la suite

DOUTE

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 731 mots

Présent dans les discours les plus divers, le doute n'est pas plus un concept méthodologique qu'un argument pédagogique, à quoi cependant on l'a maintes fois réduit. De Socrate à Descartes, de Montaigne à Lessing et de Kierkegaard à Nietzsche, il transforme le cours d'une réflexion en expérience ; dans un discours en première personne comme dans un dialogue, il ordonne une progression, fait repère […] Lire la suite

HASARD

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 6 801 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le hasard est-il objectif ou subjectif ? »  : […] Si l'accord est réalisé entre les mathématiciens au sujet du calcul des probabilités, il n'en va pas de même de l'interprétation du hasard : est-il une propriété des relations entre les choses ou de notre relation avec les choses ? Mesure-t-il des aléas et des fréquences observables dans la nature ou l'état de notre savoir et de nos croyances à l'égard des événements ou des phénomènes ? Bref, est- […] Lire la suite

STATISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges MORLAT
  •  • 14 018 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorie de la décision dans l'incertain »  : […] Ainsi, la théorie axiomatisée de la décision dans l'incertain, telle que la présente Savage, constitue l'une des meilleures justifications philosophiques de la probabilité subjective. Esquissons les grandes lignes de cette théorie. Une situation de décision dans l'incertain est caractérisée par la donnée d'un ensemble S d'états, d'un ensemble K de conséquences, et les actes sont des applications d […] Lire la suite

Pour citer l’article

John COHEN, « PROBABILITÉ SUBJECTIVE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/probabilite-subjective/