PROBABILITÉ SUBJECTIVE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La « prise de risque »

Sous la forme la plus simple, le risque désigne le niveau d'incertitude subjective à partir duquel un individu est prêt à s'engager dans une action particulière. De deux sujets qui sont prêts à s'engager dans l'action, celui qui pense qu'il a 5 chances sur 10 de succès (ψ = 0,5) prend un risque plus grand que celui qui pense avoir 7 chances sur 10 de succès (ψ = 0,7). Ainsi donc, dans ce cas particulier de probabilité subjective, celui qui prend un risque ne procède pas seulement à une estimation ou à un jugement, mais passe effectivement à l'action, par exemple en investissant une somme d'argent, en faisant un pari ou en effectuant une manœuvre particulière avec sa voiture sur la route. Selon les circonstances, différentes échelles peuvent être utilisées pour mesurer l'incertitude. On peut employer une échelle de ψ allant de 0 à n, dans laquelle les nombres de 0 à n correspondent aux succès attendus par le sujet au cours de n essais. Cette échelle peut alors être convertie en une échelle ψ allant de 0 à 1. L'étendue de l'échelle peut aussi aller de ψ = 0,5 (incertitude maximale) à 1 (certitude maximale). On peut encore utiliser une échelle d'estimation à n valeurs, dans laquelle chaque point correspond à la confiance attribuée par le sujet à un certain résultat qui a eu lieu ou qui doit encore se produire.

Dans certaines situations, une telle estimation constitue une probabilité subjective du deuxième ordre. On dira que l'estimation du premier ordre, ψ1, représente l'estimation du nombre de performances réussies dans une tâche donnée, tandis que l'estimation du deuxième ordre ψ2 exprime la confiance de l'individu dans sa première estimation ; elle indique, pour ainsi dire, le degré de certitude que possède le sujet de sa propre certitude. Il est possible, en principe, d'obtenir des valeurs de ψ d'un ordre encore supérieur, mais leur mesure ne présente plus une fidélité suffisante. On peut admettre que toute affirmation, toute estimation ou tout jugement de la catégorie ψ1 émis par un sujet implique tacitement l'existence d'une certaine valeur [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : professor of Psychology and Head of Department, University of Manchester, Royaume-Uni

Classification

Autres références

«  PROBABILITÉ SUBJECTIVE  » est également traité dans :

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « Croyance, probabilité, scepticisme »  : […] On peut dire que c'est la grandeur de la philosophie du belief , chez Hume, d'avoir aperçu cette unité profonde de la créance, par-delà l'opposition que les philosophies platoniciennes (et Descartes encore une fois est un platonicien à cet égard) avaient instituée entre l'opinion et la vérité. Le belief humien, c'est d'abord la créance prise dans son sens indivis, comme lorsque, dans le langage o […] Lire la suite

DOUTE

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 731 mots

Présent dans les discours les plus divers, le doute n'est pas plus un concept méthodologique qu'un argument pédagogique, à quoi cependant on l'a maintes fois réduit. De Socrate à Descartes, de Montaigne à Lessing et de Kierkegaard à Nietzsche, il transforme le cours d'une réflexion en expérience ; dans un discours en première personne comme dans un dialogue, il ordonne une progression, fait repère […] Lire la suite

HASARD

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 6 801 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le hasard est-il objectif ou subjectif ? »  : […] Si l'accord est réalisé entre les mathématiciens au sujet du calcul des probabilités, il n'en va pas de même de l'interprétation du hasard : est-il une propriété des relations entre les choses ou de notre relation avec les choses ? Mesure-t-il des aléas et des fréquences observables dans la nature ou l'état de notre savoir et de nos croyances à l'égard des événements ou des phénomènes ? Bref, est- […] Lire la suite

STATISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges MORLAT
  •  • 14 018 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorie de la décision dans l'incertain »  : […] Ainsi, la théorie axiomatisée de la décision dans l'incertain, telle que la présente Savage, constitue l'une des meilleures justifications philosophiques de la probabilité subjective. Esquissons les grandes lignes de cette théorie. Une situation de décision dans l'incertain est caractérisée par la donnée d'un ensemble S d'états, d'un ensemble K de conséquences, et les actes sont des applications d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

John COHEN, « PROBABILITÉ SUBJECTIVE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/probabilite-subjective/